Démystifier un curieux mythe sur la marijuana

L'Université de Washington a mené une étude pour essayer d'appuyer ou de faire tomber un mythe : la consommation de cannabis renforce-t-elle la créativité ?
Démystifier un curieux mythe sur la marijuana

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 09 février, 2023

L’idée que fumer de la marijuana augmente la créativité est largement répandue. Ce mythe vient peut-être du fait que de nombreuses personnes dans le monde de l’art ont été ou continuent d’être des consommateurs. Charles Baudelaire lui-même disait que les mots les plus simples, les idées les plus triviales, prenaient une physionomie étrange et nouvelle après avoir consommé du haschisch.

Bien que des personnes célèbres telles que John Lennon, Bob Marley et même des scientifiques tels que Carl Sagan aient été parmi les consommateurs de cannabis, le mythe selon lequel fumer de la marijuana augmente la créativité ne semble pas avoir beaucoup de fondement. C’est ce que corrobore une étude récente publiée dans le Journal of Applied Psychology.

Même si les scientifiques eux-mêmes pensent que le sujet n’est pas clos et que des recherches supplémentaires devraient être menées, la vérité est que les preuves disponibles indiquent que fumer de la marijuana a un impact minime sur la créativité et que cela ne s’applique qu’à certaines personnes. Voyons ce que la science en dit vraiment.

cerveau créatif
« Le cannabis ne vous rendra probablement pas plus ou moins créatif. » (Christophe Barnes).

Fumer de la marijuana et être créatif, une enquête

La recherche publiée dans le Journal of Applied Psychology a été dirigée par Christopher Barnes, psychologue à l’Université de Washington. L’objectif était de savoir si fumer de la marijuana nous rendait plus créatifs. Pour le vérifier, il a fait appel à 430 volontaires consommateurs occasionnels de cannabis.

Tous les participants ont passé un test de créativité entre 15 minutes et 12 heures après la consommation. Pour rendre le processus plus efficace, une seconde étude parallèle a été réalisée ; 191 volontaires ont été divisés en deux groupes. Le premier groupe a été invité à passer le test de créativité 15 minutes après la consommation, et le second 12 heures après.

En plus des tests de créativité, à différents moments, les participants ont été invités à « brainstormer ». À la fin, un panel de juges a noté les tests et les idées qui ont émergé. Aucun d’eux ne savait quel volontaire il évaluait afin d’éviter tout type de biais.

Résultats de la recherche

Les résultats ont montré qu’il n’y avait pas de différence entre les participants qui ont fait le test sous l’influence du cannabis et ceux qui étaient sobres au moment du test. Par conséquent, il a été conclu que fumer de la marijuana n’influençait pas la créativité.

Cependant, les chercheurs ont constaté que les personnes sous l’influence de la drogue ont tendance à surestimer leurs propres idées, ainsi que celles des autres participants. En d’autres termes, ils ont estimé qu’eux-mêmes et les autres étaient plus créatifs, même s’ils ne l’étaient pas.

Cela nous donne également des indices pour comprendre pourquoi tant de personnes s’engagent dans des activités créatives et attribuent leurs compétences à la consommation de marijuana. Les scientifiques pensent ainsi que l’humeur positive que le cannabis favorise chez la plupart des gens est un point de départ important pour être plus créatif. Dans ce cas, ce n’est pas la consommation elle-même qui favorise la créativité, mais la disposition positive à créer.

ampoule colorée
La marijuana ne rend pas les utilisateurs plus créatifs mais plus susceptibles de surestimer leurs idées et de penser qu’ils sont créatifs, même s’ils ne le sont pas.

Autres études

Les conclusions de Christopher Barnes sont cohérentes avec d’autres études qui ont analysé la relation entre la marijuana et la créativité, bien qu’avec certaines nuances.

Des recherches menées en 2012 ont révélé que la consommation de cannabis stimulait légèrement la pensée divergente, ce qui est typique de la pensée créative. Cependant, cet effet n’a été remarqué que chez les personnes qui avaient normalement des difficultés à innover, sans que l’effet soit non plus trop significatif.

D’autres recherches ont testé les effets du cannabis dans trois groupes : l’un a reçu du TCH (l’ingrédient actif de la marijuana), un autre une faible quantité et un autre un placebo. Aucun des participants ne savait dans quel groupe il se trouvait.

Une série de tests ont ensuite été effectués pour mesurer la créativité. Les résultats ont indiqué qu’il y avait plus de créativité chez ceux qui consommaient de faibles quantités de TCH ou un placebo que chez ceux qui en recevaient de grandes quantités. En fait, dans ce dernier cas, il y a eu une réduction notable de la capacité créative. Ainsi, jusqu’à présent, il n’y a aucune preuve, et c’est même le contraire, que la consommation de marijuana nous rend plus créatifs.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Heng, Y. T., Barnes, C. M., & Yam, K. C. (2022). Cannabis use does not increase actual creativity but biases evaluations of creativity. Journal of Applied Psychology. Advance online publication. https://doi.org/10.1037/apl0000599.
  • Schafer, G., Feilding, A., Morgan, C. J., Agathangelou, M., Freeman, T. P., & Curran, H. V. (2012). Investigating the interaction between schizotypy, divergent thinking and cannabis use. Consciousness and cognition, 21(1), 292-298.
  • Kowal, M. A., Hazekamp, A., Colzato, L. S., van Steenbergen, H., van der Wee, N. J., Durieux, J., … & Hommel, B. (2015). Cannabis and creativity: highly potent cannabis impairs divergent thinking in regular cannabis users. Psychopharmacology, 232(6), 1123-1134.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.