Déclencheurs de traumatismes : de quoi s'agit-il ?

Avez-vous déjà réagi avec angoisse et souffrance en voyant des informations à la télévision ou sur les réseaux sociaux ? Dans notre vie quotidienne se produisent des événements auxquels de nombreuses personnes s'identifient et qui, dans certains cas, les amènent à réagir de manière exagérée. C'est-à-dire avec une intensité émotionnelle excessive et douloureuse.
Déclencheurs de traumatismes : de quoi s'agit-il ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 01 janvier, 2023

Certains les appellent “boutons de traumatisme”. C’est comme s’il y avait des ressorts dans l’esprit humain qui, au contact de certains stimuli, permettent de reproduire le souvenir d’un événement indésirable de manière vivante et terrifiante… Comme quelqu’un qui regarde un film et s’y plonge. Bientôt, le cerveau est inondé de peur, de nervosité et d’un grand désespoir.

La principale caractéristique du stress post-traumatique est ce que l’on appelle le « couplage traumatique ». C’est le processus par lequel une expérience négative est reliée à une série de déclencheurs qui génèrent une réponse négative involontaire. Cela peut aller des flashbacks classiques aux attaques de panique. Pourquoi ces réactions émotionnelles accablantes apparaissent-elles ? Que pouvons nous faire ? Nous l’analysons.

Il est inutile de déplacer ou de ne pas donner d’importance à ces stimuli qui nous rappellent un événement douloureux. Si la racine du traumatisme n’est pas traitée, les déclencheurs s’intensifieront.

Homme avec dissociation due à des déclencheurs de traumatisme
Le déclencheur de traumatisme peut être n’importe quel stimulus qui provoque de la peur ou des souvenirs pénibles chez la personne affectée.

Les déclencheurs de traumatisme, un pont vers la douleur émotionnelle

Il est possible qu’un avertissement que Netflix applique avant de commencer une série ou un film de son catalogue ait retenu notre attention. Dans un de ses coins, il indique que le contenu que nous allons voir comporte des images potentiellement angoissantes (violences sexuelles, drogue, suicide, images stroboscopiques, etc.).

Il est évident qu’une partie importante de la population porte en elle un certain type de traumatisme psychologique. Une étude menée auprès de diverses universités à travers le monde révèle que près de 70 % des personnes interrogées affirment avoir subi de telles expériences. Cela implique d’être conditionné à ce type de stimuli qui, à un moment donné, peuvent évoquer des douleurs passées.

Les déclencheurs de traumatismes sont les souvenirs involontaires ressentis au contact d’un stimulus psychologique. La plupart du temps, ces stimuli sont anodins et non menaçants. Cependant, la réponse psychophysiologique est intense et incontrôlée. Il convient également de noter que ces phénomènes sont étudiés depuis le 19ème siècle.

Les déclencheurs de traumatismes ne provoquent pas seulement la colère ou l’inconfort d’une personne, ils génèrent une grande souffrance émotionnelle et même les mêmes sensations physiques que lorsque l’expérience négative a été subie.

Quels sont les déclencheurs les plus courants ?

Le déclencheur de traumatisme le plus fréquent et le plus intense est l’odorat. Une étude des docteurs Eric Vermetten et Douglas Bremner indique qu’il suffit parfois de sentir une odeur pour ressentir une réaction émotionnelle intense. Celle qui ramène une personne à son traumatisme passé.

  • Les sons sont aussi des ponts directs vers le souvenir d’un événement stressant ou douloureux d’hier.
  • Les saveurs nous font également ressentir des émotions et des sensations qui peuvent activer la mémoire du traumatisme.
  • Les textures.
  • Des scénarios spécifiques ou des lieux aussi fréquents qu’une baignoire, par exemple, agissent également comme déclencheurs.
  • Voir certains visages qui nous rappellent d’autres personnes.
  • Regarder certains films, séries ou être exposé à certaines actualités en sont un autre exemple.
  • Des sensations corporelles, comme sentir le frottement du drap sur le cou, peuvent rappeler une attaque.
  • Des mots, des voix, de la musique…
  • De même, nous ne pouvons pas exclure les déclencheurs de traumatismes internes, c’est-à-dire ceux que la personne elle-même peut activer avec ses propres pensées.

D’une manière ou d’une autre, toute personne victime d’un traumatisme est exposée à tout stimulus évoquant de manière récurrente le drame vécu dans son passé. C’est un phénomène incontrôlable qui cause de grandes souffrances.

Le cortisol nous garde vigilants lorsque nous avons vécu une expérience négative. Cela peut nous rendre toujours hypervigilants, en concentrant constamment notre attention sur les menaces possibles.

Psychologue avec un patient en thérapie travaillant sur les déclencheurs de traumatisme
La thérapie psychologique est la meilleure stratégie pour traiter la blessure des traumatismes et leurs déclencheurs.

Comment traiter ces déclencheurs douloureux ?

Certaines personnes s’efforcent de contrôler les pensées et les émotions négatives. Vous voulez éviter et éviter ces stimuli qui, d’une manière ou d’une autre, vous ramènent à quelque chose dont vous ne voulez pas vous souvenir. Eh bien, nous devons comprendre que contrôler ou échapper à nos déclencheurs de traumatisme est inutile si nous ne nous attaquons pas à la racine originale de cet événement douloureux.

De plus, l’exposition aux déclencheurs elle-même est une stratégie courante dans le traitement du stress post-traumatique. Cela signifie que, dans le cas où nous portons avec nous la marque d’un événement traumatisant, il est nécessaire de franchir le pas et de demander une aide spécialisée. Il existe des thérapies psychologiques très valables et efficaces qui nous permettront de retrouver la qualité de vie.

Examinons ces stratégies thérapeutiques :

Thérapie cognitivo-comportementale

Un outil apporté par la thérapie cognitivo-comportementale est de pouvoir modifier les schémas de pensée dysfonctionnels, pour progressivement laisser place à des approches plus fonctionnelles. Cela nous permet de réduire le fardeau de la souffrance.

Il convient de noter que nous avons le modèle cognitivo-comportemental axé sur les traumatismes de l’enfance et de l’adolescence (TF-CBT) et qu’il est très efficace dans ces cas.

Thérapie d’exposition prolongée

L’exposition prolongée est une autre ressource psychothérapeutique très utile pour traiter le trouble de stress post-traumatique. C’est une modalité de la thérapie cognitivo-comportementale elle-même et se concentre sur le traitement des déclencheurs de traumatismes eux-mêmes. L’objectif est de réduire l’impact émotionnel des souvenirs associés à l’événement indésirable.

Pour ce faire, le patient est exposé à la mémoire du traumatisme lui-même, à la fois de manière imaginaire et dans des situations vécues. C’est-à-dire qu’ils sont approchés de manière sûre et contrôlée de ces stimuli qui évoquent une réaction émotionnelle intense.

Thérapie EMDR

La thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) est l’une des stratégies les plus recommandées pour le traitement des traumatismes. Ce modèle a été développé par la neurologue Francine Shapiro dans les années 1980 autour de plusieurs hypothèses.

La première était que certains types de mouvements oculaires favorisent la réduction de l’intensité émotionnelle associée aux souvenirs négatifs. Un certain calme est atteint dans le système nerveux central. La deuxième hypothèse est que, par la conversation et l’exposition imaginée du traumatisme, ces souvenirs peuvent être travaillés pour réduire leur impact et favoriser leur intégration.

L’importance de la thérapie

Toute stratégie psychologique orientée vers le traitement des traumatismes se concentre sur le but que le patient peut traiter, accepter et intégrer ce qui s’est passé dans sa vie. L’objectif est de vivre avec cet événement indésirable sans que son souvenir n’altère la vie, le bien-être et la capacité de relation du patient.

Il convient seulement de noter que ces thérapies ont des preuves scientifiques suffisantes et qu’elles sont efficaces. Par conséquent, en cas de souffrance des déclencheurs de traumatismes décrits ici, nous ne nous limitons pas à les éviter. Acceptons qu’ils soient là et demandons une aide spécialisée.

Cela pourrait vous intéresser ...
En quête de sécurité : une thérapie des addictions
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
En quête de sécurité : une thérapie des addictions

Najavits est un chef de file mondial dans le traitement des traumatismes et des dépendances. Voici sa proposition de thérapie.



  • Benjet, Corina & Bromet, Evelyn & Karam, Elie & Kessler, Ronald & Ruscio, A & Shahly, V & Stein, Dan & Petukhova, Maria & Hill, E & Alonso, Jordi & Atwoli, Lukoye & Bunting, B & Bruffaerts, Ronny & Caldas de Almeida, José & de Girolamo, Giovanni & Gureje, Oye & Huang, Y & Koenen, K. (2015). The epidemiology of traumatic event exposure worldwide: results from the World Mental Health Survey Consortium. Psychological medicine. 46. 1-17. 10.1017/S0033291715001981.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.