Stress post-traumatique chez les journalistes et reporters

Les journalistes sont exposés à de multiples situations qui peuvent déclencher un stress post-traumatique. La manière de le gérer sur le plan personnel et dans l'environnement professionnel et familial est cruciale pour en minimiser l'impact.
Stress post-traumatique chez les journalistes et reporters
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 30 octobre, 2022

Lorsque nous pensons à l’impact d’une guerre, d’une catastrophe naturelle ou d’un attentat, nous avons tendance à nous concentrer sur les victimes et les personnes directement impliquées, oubliant ces hommes et ces femmes qui sont témoins de situations traumatisantes, vivent des environnements vraiment hostiles et mettent leur vie en danger, dans le but de rapporter ce qui se passe. L’effet de ces scénarios sur leur santé mentale est fort et, de fait, le stress post-traumatique chez les journalistes et reporters est une réalité courante.

Selon certaines études, la prévalence du trouble de stress post-traumatique chez les reporters de guerre est de 28,6 % (atteignant des taux similaires à ceux subis par les anciens combattants eux-mêmes).

Les journalistes qui couvrent la lutte contre le trafic de drogue au Mexique présentent des symptômes dans 35 % des cas, et même les photographes sont plus touchés que les reporters eux-mêmes. Malgré cela, ses conséquences sont souvent méconnues. Le manque de médias et de ressources dont ils disposent lors de la couverture journalistique, et l’absence de prise en charge psychologique ultérieure aggravent la situation. Pour cette raison, il est important de se concentrer sur la réalité émotionnelle complexe qu’ils vivent.

femme anxieuse
Le trouble de stress post-traumatique chez les journalistes et les responsables de guerre peut s’accompagner d’anxiété, d’insomnie et de stress.

Stress post-traumatique chez les journalistes et reporters : comment se manifeste-t-il ?

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est classé dans les troubles liés aux traumatismes et au stress. Il se caractérise par un ensemble de réactions qui se déclenchent après avoir vécu une expérience traumatisante ; c’est-à-dire un événement qui a un impact émotionnel négatif parce qu’il menace l’intégrité physique ou psychologique de la personne.

Il convient de mentionner que c’est l’interprétation subjective qui détermine si le trouble sera déclenché. Autrement dit, cela dépend du degré auquel la personne se sent menacée. Cela signifie que, étant donné le même événement, toutes les personnes ne développeront pas de SSPT. Cependant, il y a certaines situations que l’on peut considérer comme très menaçantes pour la majorité.

Le traumatisme survient face à des expériences qui mettent la personne en danger. Par exemple, dans le cas des journalistes et des reporters, cela peut être une situation de guerre ou de conflit armé, mais cela peut aussi se produire indirectement, en observant le mal chez les autres ou en écoutant et en apprenant les expériences traumatisantes des autres.

Les journalistes et reporters sont témoins d’attentats, d’accidents et de toutes sortes de morts non naturelles. Ils interrogent les victimes et recueillent leurs témoignages et vivent également des situations à haut risque personnel, qui marquent leur psychisme et peuvent avoir un fort impact sur leur santé mentale.

Principaux symptômes

La symptomatologie que ces professionnels présentent lors du développement du trouble est la même que leurs critères diagnostiques :

  • Ils éprouvent des souvenirs intrusifs, pénibles et récurrents du traumatisme qu’ils ont vécu. Ceux-ci peuvent apparaître sous la forme de flashbacks ou de cauchemars très vifs.
  • Des réactions dissociatives peuvent apparaître dans lesquelles la personne ressent et agit comme si elle revivait l’événement traumatique. Vous pouvez même perdre conscience de votre environnement.
  • Ils ressentent un inconfort psychologique intense lorsqu’ils sont exposés à des stimuli rappelant ou associés à la situation vécue ; cela peut déclencher des réactions physiologiques importantes.
  • Pour la même raison, la personne a tendance à éviter toute pensée, personne, lieu, objet ou activité liée à l’expérience.
  • L’état émotionnel est altéré, faisant apparaître la peur, la culpabilité, la honte, l’irritabilité, la colère ou l’apathie. Il est fréquent que la personne se désintéresse des activités qu’elle pratiquait auparavant et s’isole des autres, ainsi qu’elle se sente détachée ou étrangère par rapport à l’environnement.
  • Des réactions d’hypervigilance et des réactions de sursaut exagérées se produisent souvent.

En plus de tout ce qui précède, le stress post-traumatique chez les journalistes s’accompagne souvent de symptômes de dépression, d’insomnie, d’idées suicidaires et de graves difficultés à reprendre une vie normale. On a même constaté que 15 % des correspondants de guerre abusent de l’alcool et d’autres substances.

Homme chez le psychologue
Le SSPT affecte le bien-être émotionnel ainsi que le rendement au travail et les relations.

Prévention et soins en santé mentale dans ce secteur professionnel

Le trouble de stress post-traumatique chez les journalistes et les reporters peut être très invalidant, affectant non seulement le bien-être émotionnel des personnes, mais aussi leur santé, leurs performances professionnelles et leurs relations personnelles. C’est pourquoi il est important de sensibiliser, de prévenir et d’offrir les ressources pour minimiser l’impact de cette réalité. Certaines des mesures les plus importantes à cet égard comprennent :

  • Briser le tabou de la santé mentale pour faciliter l’accès à une aide professionnelle. Parfois on considère encore que seul un reporter faible peut être affecté par ce qu’il a vécu et que la ténacité et l’objectivité sont les qualités d’un bon professionnel, alors qu’en réalité les réactions post-traumatiques sont fréquentes et attendues.
  • Éduquer sur le trouble et ses symptômes afin que l’identification soit plus facile. Étant donné que les symptômes peuvent mettre du temps à apparaître, on ne comprend pas toujours quel événement spécifique a déclenché le traumatisme et s’il existe des traitements efficaces disponibles.
  • Minimiser l’exposition aux traumatismes peut être important en tant que forme de soins personnels. S’il est détecté que le travail lui-même commence à affecter la santé mentale, il est important de fixer des limites, comme ne pas trop s’exposer à des détails, des témoignages ou des événements ou s’arrêter si nécessaire.
  • Promouvoir l’expression émotionnelle et le soutien de l’environnement. Étant donné qu’ils se trouvent dans des situations de grande vulnérabilité, il est important que les journalistes et les reporters aient des contacts réguliers avec leurs proches, qui peuvent les soutenir et les encourager à exprimer ce qu’ils ressentent face à ce qu’ils vivent.

Tout d’abord, si l’exposition à ces situations traumatisantes commence à affecter la santé émotionnelle ou la vie privée, il est très important de consulter un professionnel. Le soutien de l’environnement professionnel et familial est un facteur de protection, mais les interventions psychologiques sont essentielles lorsque le trouble a déjà fait ses débuts.

Cela pourrait vous intéresser ...
Traumatisme relationnel complexe : en quoi consiste-t-il ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Traumatisme relationnel complexe : en quoi consiste-t-il ?

Un traumatisme relationnel complexe apparaît lorsqu'une personne est victime d'abus physiques et émotionnels pendant des années par d'autres person...



  • American Psychiatric Association – APA. (2014). Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales DSM-5 (5a. ed. –.). Madrid: Editorial Médica Panamericana.
  • Feinstein, A., Owen, J., & Blair, N. (2002). A hazardous profession: war, journalists, and psychopathology. American journal of psychiatry159(9), 1570-1575.
  • Flores Morales, R., Reyes Pérez, V., & Reidl Martínez, L. M. (2012). Síntomas de estrés postraumático (EPT) en periodistas mexicanos que cubren la guerra contra el narcotráfico. Suma Psicológica19(1), 7-17.