Curiosités sur la danse

La danse est une discipline qui exploite pleinement le pouvoir de communication que nous avons grâce au dynamisme de notre corps. Aujourd'hui, nous voulons partager avec vous certaines de ses curiosités.
Curiosités sur la danse

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 30 octobre, 2022

La danse, en tant que canal d’expression spontané, a une histoire presque aussi longue que celle de notre espèce. Depuis que l’Homo sapiens existe, nous utilisons le corps pour exprimer des idées et des émotions. Comme d’autres manifestations artistiques, elle évolue et s’inscrit dans des rituels collectifs, sacrés ou profanes.

L’être humain n’est pas le seul animal qui utilise la danse pour s’exprimer. Il existe plusieurs espèces qui utilisent des mouvements que l’on pourrait qualifier d’harmoniques, notamment lors des rituels de parade nuptiale. Cependant, c’est chez l’homme que cette pratique s’est transformée en un art qui exploite comme par magie les possibilités dynamiques de notre corps.

La Grèce antique a été la première culture qui a donné à la danse la nature d’art. Elle a aussi été la première à l’associer au théâtre. On dit que Socrate a été loué par ses contemporains parce qu’il dansait magnifiquement. En revanche, Platon n’avait pas de rythme et ne voulait pas apprendre à danser, ce pour quoi il a reçu beaucoup de critiques.

« La danse peut révéler tout le mystère que la musique accorde ».

-Charles Baudelaire-

femme, danse, dehors

Quelques curiosités sur la danse

En parlant de Platon, grand philosophe et piètre danseur, ce dernier a quand même eu le temps de réfléchir au sujet de la danse. Il a ainsi dit qu’il en existait trois types : imitatif, athlétique et suspect. Le premier type de danse était typique de la vie sociale et considéré comme convenable. Le second recherchait le maximum de grâce dans le corps. Et le troisième encourageait l’ivresse et les excès : on devait donc l’interdire.

Dans la Rome antique, il existait une danse très curieuse. Quand quelqu’un mourait, une personne prenait la robe du défunt et couvrait son visage d’un masque. Elle se mettait alors devant le cortège funèbre et son rôle était de représenter les mœurs et les manières du défunt, sans dire un mot : en laissant parler le corps.

Au Moyen Âge, on a assisté à un déclin de la danse, qui n’a repris un rôle important qu’au moment de la Renaissance. La première académie de danse que nous connaissons était située en France, parrainée par Louis XIV, le Roi Soleil, en 1661. Sautant de continent en époque, entre Américains et Africains, la danse était une expression commune, associée à la fois à la vie religieuse et sociale.

Curiosités sur le ballet

Le ballet est l’expression artistique la plus reconnue de la danse. Il est né dans l’Italie de la Renaissance, mais a atteint sa splendeur en France. Presque dès le début, les cinq positions de base ont été instituées, et elles restent en vigueur à ce jour. Les œuvres les plus célèbres sont Le Lac des Cygnes, Casse-Noisette  et La Belle au Bois dormant, toutes de Marius Petipa, un Français qui a vécu la majeure partie de sa vie en Russie.

Il y a deux éléments du ballet qui sont presque mythiques : le fameux tutu et les chaussons. À ses débuts, le tutu était souple et arrivait jusqu’aux chevilles. On pensait qu’en utilisant ce vêtement, les danseuses auraient l’air « plus aériennes ». Le 26 juillet 1862, le tutu d’Emma Livry a pris feu sur scène. Depuis lors, ce jour est considéré comme portant malheur chez les danseurs.

Quant aux chaussons, contrairement à ce que beaucoup pensent, ils n’ont pas de bout en plâtre, mais se composent de carton et de tissu. Les pieds de ceux qui pratiquent le ballet sont si forts que lorsqu’ils sautent et retombent, ils peuvent supporter jusqu’à trois fois leur propre poids.

danseurs de ballets

La danse, un univers fantastique

Le professeur Tomoyuki Yamamoto, de l’Institut supérieur des sciences et technologies du Japon, a mené une étude dans laquelle il a été conclu que les joueurs de football amélioraient considérablement leurs performances lorsqu’ils savaient danser la samba. Cela a-t-il quelque chose à voir avec les succès de l’équipe de football brésilienne ou avec le fait qu’ils semblent avoir le rythme dans la peau ?

L’Université du Missouri, pour sa part, a mené des recherches qui indiquent que la danse est d’un grand bénéfice pour les personnes âgées. En particulier, elle aide beaucoup à améliorer l’équilibre. C’est pourquoi c’est un splendide antidote aux chutes, si fréquentes à ces âges. De plus, elle oxygène et maintient le cerveau actif.

D’autre part, la danse a été utilisée comme moyen thérapeutique de diverses manières. Les recherches indiquent qu’il s’agit d’un excellent complément pour soulager les effets secondaires de certains traitements, comme ceux contre le cancer. De même, elle réduit la dépression, l’anxiété et la fatigue, tout en réduisant la perception de la douleur. Extraordinaire, non ?

Cela pourrait vous intéresser ...
Danser, c’est capturer le rythme de la vie
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Danser, c’est capturer le rythme de la vie

Danser est une manière de faire de la poésie avec le corps. Nous allons vous présenter tous les bienfaits physiologiques de la danse et vous expliq...



  • Iguchi, J., Yamamoto, T., & Fujinami, T. (2006). Samba helps football players improve their skill. Journal of Biomechanics, (39), S556.
  • Krampe, J. (2013). Explorando los efectos de la terapia basada en la danza sobre el equilibrio y la movilidad en adultos mayores. Revista occidental de investigación de enfermería35 (1), 39-56.
  • Markessinis, A. (1995). Historia de la danza desde sus orígenes. Lib. Deportivas Esteban Sanz.
  • Sebiani, L. (2005). uso de la danza-terapia en la adaptación psicológica a enfermedades crónicas.(cáncer, fibrosis, sida). Reflexiones84(1), 49-56.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.