Votre corps récupère-t-il après avoir arrêté de fumer ?

· 12 avril 2017

Nous savons tou-te-s que le tabac est mauvais pour la santé, que le tabac tue mais malgré cela, il y a autour de nous des milliers de personnes qui ne réussissent pas ou qui ne souhaitent pas arrêter de fumer. La plupart d’entre elles utilisent l’excuse suivante : les effets secondaires de l’arrêt du tabac seraient plus forts que les bienfaits que l’on obtiendrait en arrêtant.

Dans cet article, nous allons essayer de vous expliquer les bienfaits et les contre-indications qui surgissent lorsqu’on arrête de fumer, tout en démolissant les idées reçues que nous avons tou-te-s déjà entendues. Ainsi, si vous avez pour objectif d’arrêter cette drogue, vous pourrez en connaître les avantages et les inconvénients.

Bienfaits de l’arrêt du tabac pour votre corps

Arrêter de fumer génère de nombreux changements dans le corps, et notamment l’amélioration de la santé dès les premières minutes. Les bienfaits augmentent au fil des années que l’on passe sans fumer :

  • Au bout de quelques minutes, la pression artérielle et le rythme cardiaque ralentissent, augmentent ainsi l’afflux sanguin et améliorant la circulation.
  • Environ 8 heures sans fumer et les niveaux de monoxyde de carbone baissent et l’oxygène augmente à des niveaux normaux dans le sang.
  • Au bout des premières 24-48 heures, les sens de l’odorat et du goût commencent à se normaliser. L’halitose provoquée par le tabac disparaît ainsi que la couleur jaunâtre sur les doigts des fumeur-se-s.
  • Entre les 2 à 3 semaines qui suivent : la circulation sanguine s’améliorer et il est plus facile de marcher car les poumons fonctionnent mieux (la fonction pulmonaire s’améliore de 5%). Le syndrome d’abstinence physique disparaît et on peut passer des heures sans penser au tabac.
femme-coupant-une-cigarette

  • Entre 1 et  9 mois plus tard, les symptômes comme la toux, la congestion nasale, la fatigue et la difficulté respiratoire s’améliorent. Le système immunitaire a tendance à moins subir les rhumes ou l’asthme.
  • Au bout d’un an, le risque de cardiopathie coronaire est diminué de moitié par rapport à quelqu’un qui fume.
  • Au bout de 5 ans sans fumer, le risque de souffrir de cancer de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, du col de l’utérus et de la vessie diminue de moitié. Au bout de 10 ans, le risque de mourir d’un cancer du poumon est divisé par deux par rapport à des gens qui fument.
  • Cela améliore aussi l’état de la peau car le rythme de vieillissement diminue, la qualité du sperme augmente et la rétablissement après n’importe quelle opération demande un temps moindre grâce à l’amélioration de la circulation sanguine et l’oxygénation des tissus.

À tous ces bienfaits pour la santé, on peut ajouter les bienfaits économiques, aussi bien pour l’économie que suppose le fait de ne plus acheter de cigarettes mais également les économies en médicaments et autres éléments secondaires en lien avec la santé du/de la fumeur-se et celle de cellexux qui l’entoure.

Effets secondaires quand on arrête de fumer

Cependant, comme pour toutes drogues, le tabac produit aussi des effets secondaires en lien avec le syndrome d’abstinence, aussi bien physiques que psychologiques, qui font que le processus de déshabitude du tabac est désagréable. Voyons-en plus.

L’augmentation de l’anxiété est l’un des symptômes qui inquiètent le plus. Les fumeur-se-s ont tendance à dire que le tabac les détend, mais ce n’est pas vrai puisque la principale substance que l’on trouve dans les cigarettes qui est une substance activatrice en elle-même.

Alors, pourquoi fumer les détend ? Car le type de respiration qu’ont les fumeur-se-s implique une respiration profonde similaire à celle qui est utilisée dans les différentes techniques de relaxation. Alors, si vous ne voulez pas ressentir d’anxiété, pratiquez la relaxation quand vous arrêtez de fumer.

anxiete

Le second effet secondaire a un lien avec la peur de grossir. Arrêter de fumer ne signifie pas forcément prendre du poids. On grossit pour trois raisons : car nous sommes anxieux-ses, ce que l’on peut résoudre avec des techniques de respiration ; car on fume généralement à la fin de chaque repas et dans ce cas il faut trouver un rituel de substitution qui est souvent de la nourriture ; car le métabolisme ralentit quand la substance active de la nicotine n’est pas présente.

Un simple régime qui établit la fin claire des repas et leurs quantités évite ce problème : on ne grossit pas et on n’a pas faim.

Le troisième effet secondaire est liée aux changements d’humeur. Il est évident que les changements d’humeur et l’irritabilité sont des symptômes très patents de la déshabitude tabagique. Ces symptômes sont temporaires, et sont présents au maximum pendant les 3 premiers mois après l’arrêt de fumer.

Des techniques de relaxation et de sport pour se déstresser aident souvent. De plus, des stratégies de communication et de résolution de problèmes sont souvent centrales pour éviter les disputes lorsque nous sommes irritables.

Le quatrième effet regroupe une série de symptômes physiques. Nous parlons de constipation, de nausées, de toux et de maux de tête. Ces symptômes sont temporaires et se manifestent surtout le premier mois. Ils se produisent car votre corps se nettoient des toxines que vous y introduisiez avec le tabac.

La toux et les nausées sont souvent matinales et sont dues au nettoyage de tout le système respiratoire. La constipation et les maux de tête surviennent car le fonctionnement digestif diminue à cause du ralentissement du métabolisme et car l’afflux sanguin augmente tout comme l’oxygénation cérébrale.

Alors, si vous y pensez bien, les bienfaits que vous apportent le fait d’arrêter de fumer dépassent les effets secondaires qui sont souvent temporaires et même évitables avec un régime particulier ou des techniques psychologiques comme la relaxation via la respiration ou la résolution de problèmes. N’attendez pas plus, votre santé est en jeu !