L’inquiétude, le meilleur ami de l’anxiété

· 22 septembre 2016

L’inquiétude est le véritable noyau de l’anxiété. Une fois qu’elle s’est mise en marche, il n’y a pas moyen de l’arrêter.

Cette émotion est aussi nocive que la colère ou l’énervement, car elle nous épuise peu à peu et, parfois, nous paralyse également.

Elle a un gros impact sur notre santé, puisque notre corps se tend et nous nous sentons beaucoup plus préoccupés et perturbés.

Il est vrai que tout le monde s’inquiète de temps à autre. C’est quelque chose de naturel et de totalement normal.

Le gros problème survient quand cette angoisse commence à nous affecter.

L’inquiétude excessive et le fait d’assumer la responsabilité de presque tout est un des plus grands problèmes auxquels beaucoup de gens sont confrontés.

L’inquiétude sans raison d’être

Rappelons-nous que l’inquiétude est liée à notre façon d’envisager les différentes situations et à notre manière d’y faire face.

Voilà pourquoi il y a des gens qui ont l’air de ne jamais s’inquiéter et d’autres, en revanche, qui ont tendance à toujours s’inquiéter de tout.

Mais est-ce que cela sert vraiment à quelque chose de s’angoisser autant ?

L’inquiétude peut être positive à la seule condition qu’elle vous permette de réfléchir sur la situation qui vous tourmente et que vous puissiez la résoudre à la fin. 

Mais si elle reste seulement dans des pensées qui tournent en boucle éternellement, elle fera place ensuite à la tension et à l’anxiété.

image-2

Il est vrai que l’inquiétude est associée à la peur. C’est pour cela que parfois, il est bon de nous arrêter pour nous demander s’il y a quelque chose dans notre vie que nous ne faisons pas correctement.

Nous sommes même parfois conscients d’une situation qui ne nous plaît pas, mais comme nous n’y mettons pas fin, elle génère des pensées récurrentes et négatives qui, à la longue, peuvent affecter notre santé.

Les inquiétudes ont une grande mission : trouver des solutions face à des menaces possibles.

Mais, à la fin de celles-ci, il faut aller au bout de ces solutions. Si nous ne le faisons pas, notre esprit continuera de nous prévenir que nous devons résoudre le problème qui génère une inquiétude après l’autre.

C’est alors que ces pensées peuvent exercer un autre type de pression sur vous pour que vous soyez conscient que vous ne pouvez plus ignorer la situation.

Les nausées, les douleurs sur différentes parties du corps, l’anxiété, les tachycardies peuvent commencer à apparaître sans raison. Mais vous savez qu’elles sont là. C’est le moment de passer à l’action.

Je veux cesser de trop m’inquiéter

Pour cesser de trop nous inquiéter, il est nécessaire d’agir.

Si nous laissons s’installer tout ce qui nous passe par la tête, si nous ignorons le fait qu’il y a un problème que nous devons résoudre.

Tout cela s’incrustera jusqu’au point où cela affectera véritablement notre santé.

image-3

Pour tout cela, nous allons partager avec vous quelques exercices simples que vous pouvez réaliser pour cesser de vous inquiéter autant.

Comme nous l’avons dit, c’est le moment de passer à l’action, de cesser de tant réfléchir et de commencer à agir :

  • Écrivez ce qui vous inquiète : vous n’accordez peut-être pas suffisamment d’importance au fait d’écrire tout ce qui vous passe par la tête.
    Mais quand vous le ferez, vous découvrirez que c’est comme une pommade pour vous.
    De plus, écrire vous permettra de mettre toutes ces pensées en ordre pour que vous puissiez voir les choses de façon plus claire.
  • Posez-vous des questions : quand nous nous inquiétons, il faut que nous nous posions des questions comme, par exemple, si nous sommes capables de résoudre la situation qui nous affecte à ce point.
    Si vous vous rendez compte que vous ne pouvez rien faire, alors c’est le moment d’arrêter de vous angoisser.
  • Ce que vous avez à faire, faites-le aujourd’hui : si vous pensez à ce que vous devez faire pour résoudre ce problème qui vous tourmente, mais que vous le remettez toujours à plus tard, l’inquiétude ne fera que grandir.
    Souvenez-vous du proverbe : “Ne remettez jamais à demain ce que vous pouvez faire le jour même.”
  • Appuyez-vous sur ceux que vous aimez le plus : c’est le moment à présent de confier vos inquiétudes aux personnes en qui vous avez le plus confiance.
    Elles peuvent vous faire voir la situation différemment et elle vous aideront à mettre de l’ordre dans votre tête.
  • Réfléchissez aux avantages : même si vous avez peur de faire face à une circonstance, dites-vous qu’il n’y a rien de pire que l’inquiétude et tout ce qu’elle peut provoquer chez vous.
    C’est terrifiant de faire face à une situation que nous ne savons pas comment résoudre. Malgré cela, réfléchissez aux avantages pour vous, au grand poids duquel vous vous libérerez.

C’est positif de s’inquiéter, mais prenez garde à ce que ça ne devienne pas une constante dans votre vie.

Quand l’anxiété frappe à votre porte, elle vous prévient que quelque chose ne va pas bien.

C’est alors le moment de nous demander pourquoi nous ne faisons rien par rapport à ça.

image-4

Rester passifs et continuer à nous inquiéter n’est pas une solution valable. Parlez avec les personnes que vous aimez le plus, écrivez et efforcez-vous de faire face au problème une fois pour toutes.

Même si cela vous fait peur, dites-vous que tout ira de mal en pis si vous ne vous arrêtez pas. Vous ne croyez pas qu’il vaut mieux courir ce risque ? En fin de compte, vous n’avez rien à perdre…