Connaissez-vous les différences entre psychopathe et sociopathe ?

· 26 février 2017

Soyons sincères : qui n’a jamais donné le nom de psychopathe ou de sociopathe à son/sa voisin-e, son/sa camarade de classe, son/sa collègue ou son ex ? Et même, s’iel le mérite, à son conjoint actuel. Normalement, nous utilisons les termes psychopathe et sociopathe sans faire de distinctions, pour faire référence à une personne qui s’éloigne des normes sociales, agit sans scrupules, manque d’empathie ou est simplement une manipulatrice…

Mais connaissons-nous les véritables différences entre un psychopathe et un sociopathe ? Une petite dissection de ces deux profils nous aidera par la suite à les utiliser adéquatement et également à déterminer si cette personne à laquelle nous pensons correspond à l’un d’eux ou si elle est simplement peu sociable.

Points communs et différences

Le trait d’union entre ces deux notions se situe dans la conduite anti-sociale. Cela dit, bien que tou-te-s les psychopathes puissent être diagnostiqué-e-s comme souffrant d’un trouble de la personnalité antisocial, le contraire ne se produit pas.

La principale différence réside dans l’origine de ce schéma de comportement. Nous parlons d’une altération de la conduite provoquée par une lésion cérébrale ou d’un traumatisme dans l’enfance pour les sociopathes, et d’un type de personnalité produit par la génétique de l’individu dans le cas des psychopathes.

En ce sens, selon les explications du généticien David Lykken, la personnalité du psychopathe serait la conséquence d’un sous-développement de la partie du cerveau qui contrôle les impulsions et les émotions.

Les principales caractéristiques du psychopathe

On ne peut pas désigner le psychopathe comme un malade mental puisqu’il est l’acteur principal de ses actions et non pas un simple spectateur qui ignore ce qu’il fait. C’est-à-dire que le psychopathe agit sous sa responsabilité, en discernant ses actions et en ne sentant aucun mal-être ou aucun type d’interférence dans sa vie quotidienne.

hombre-psicopata-trabajando

Garrido Genovés (2000), dans son livre Le psychopathe, signale les caractéristiques principales de ce type de personnalité.

En ce qui concerne le domaine émotionnel et interpersonnel :

  • Iels sont très loquaces et ont un charme superficiel.
  • Iels sont égocentriques, avec un sens grandiose de leur propre valeur.
  • Iels ne ressentent ni remords ni culpabilité.
  • Iels manquent totalement d’empathie et ont tendance à mentir et manipuler.

Et, par rapport à leur style de vie :

  • Iels sont impulsif-ve-s.
  • Iels manquent d’auto-contrôle.
  • Iels ont besoin d’une constante excitation (iels ne répondent qu’à des stimuli puissants)
  • Iels n’ont pas le sens de la responsabilité.
  • Iels souffrent de problèmes de comportement précoces et sont antisociaux à l’âge adulte.

De leur côté, certains rapports médicaux indiquent d’autres caractéristiques : une forte estime de soi, de la méticulosité, du perfectionnisme, de la rigidité et de l’obstination. En peu de termes, on pourrait dire que le psychopathe voit l’être humain comme un instrument pour arriver à ses fins, sans s’impliquer émotionnellement.


Avec une personnalité charmante en apparence, il peut s’intégrer facilement et manipuler les autres jusqu’à gagner leur confiance. Malgré son incapacité à ressentir des émotions, il apprend à imiter ces dernières et à dissimuler sa véritable nature.


De cette façon et aussi étranges soient-iels, les psychopathes sont souvent bien éduqué-e-s, avec des relations et un travail stables. C’est pour cela que les voisins qui apprennent que l’homme du cinquième étage est un tueur en série  déclarent souvent qu’il « saluait toujours dans l’ascenseur ».

psicopata-estrechando-la-mano

D’un autre côté, les psychopathes ont du mal à comprendre les expériences émotionnelles en raison de leur difficulté à intégrer les pensées et les émotions. Ainsi, iels peuvent identifier des sentiments et les appeler par leurs noms mais ne peuvent pas les ressentir. En d’autres termes, iels peuvent les comprendre intellectuellement, voire les simuler parce qu’iels ont appris que telle situation génère normalement tel sentiment, mais pour elleux ce ne sont pas des « moteurs d’actions naturelles ».

Comment est une personne sociopathe ?

Les experts expliquent que la sociopathie n’est pas une maladie psychiatrique dans le sens strict du terme. Selon le médecin psychiatre Jose A. Posada, on calcule qu’au moins 3% des hommes et 1% des femmes ont dans leur profil de personnalité des traits sociopathiques.

La sociopathie fait référence à une série de modèles de conduites considérées comme anti-sociales et/ou criminelles par la majeure partie de la société, mais jugées comme normales – voire nécessaires – par la sous-culture de l’environnement social dans lequel vivent les sociopathes.

À la différence des psychopathes, les sociopathes peuvent disposer d’une conscience bien développée et d’une bonne capacité à être empathiques, à ressentir de la culpabilité ou de la loyauté envers certains individus, mais leur conception du bien et du mal se base sur les normes et les attentes de leur groupe.

Jose A. Posada énumère certaines des principales caractéristiques :

  • Le-a sociopathe est immoral-e, impulsif-ve et irresponsable.
  • Iel est incapable d’aimer.
  • Iel n’a pas de projet de vie.
  • Iel ne ressent pas de honte et n’apprend pas des expériences passées.
  • Ses réactions affectives sont pauvres ou inadéquates.
  • Iel a une vie sexuelle mal intégrée et/ou des pratiques sexuelles particulières.
  • Iel manipule souvent, ment, vole et arnaque.
  • Iel peut agresser physiquement et psychologiquement.
  • Iel fait usage d’alcool ou de drogues.

D’autres études indiquent que les sociopathes ont tendance à être nerveux-ses et s’énervent facilement. Iels vivent et travaillent seul-e-s, en raison de leurs difficultés à s’adapter au travail en équipe et à rester à un seul endroit.

hombre-enfadado

Quand iels prennent la décision de commettre un délit, les psychopathes planifient soigneusement chaque détail. Ted Bundy serait un bon exemple du tueur en série psychopathe et organisé. En revanche, la majorité des crimes commis par des sociopathes révèlent souvent un profil désorganisé et spontané.

Conclusions

La psychopathie suppose que l’individu n’a ni empathie, ni sens de la morale. La sociopathie indique que le sujet a bien un sens de la morale et une conscience bien développée, bien que son sens du bien et du mal soit particulier.

Les sociopathes sont capables de ressentir une connexion émotionnelle mais uniquement avec des individus concrets, comme un membre de la famille ou un-e ami-e, et seulement dans des contextes spécifiques. Les psychopathes, au contraire, sont simplement incapables de faire preuve d’empathie et de créer des liens émotionnels réels avec qui que ce soit. C’est précisément leur capacité à imiter de façon efficace la connexion émotionnelle qui les rend particulièrement dangereux-ses, car iels arrivent à perpétrer leurs crimes avec grand succès.