La culpabilité, une émotion inutile ?

17 mai 2015 dans Emotions 16 Partagés

“J’ai commis le pire des péchés qu’un homme puisse commettre. Je n’ai pas été heureux. Que les glaciers de l’oubli me traînent et me perdent, impitoyables”. Ainsi  commence le poème Le remords, écrit par Jorge Luis Borges.

Dans ces premières lignes, on sent la pesanteur, la mélancolie qui s’empare de celui qui a mal agit.

Dans ces vers, le poète s’en veut d’avoir laissé s’échapper le bonheur. Dans nos actions du quotidien, nous faisons également face à des sentiments semblables, qui nous génèrent de la pesanteur et de la désespération.

Il existe d’autres types de remords, des préoccupations moindres, qui nous rappellent simplement que nous n’avons pas agit selon nos principes. Si nous sommes au régime et que mangeons un bonbon, un sentiment de culpabilité nous envahit car nous savons que nous avons ingéré des calories dont notre corps n’a pas besoin.

Le remords est un sentiment souvent associé à un second, le repentir. Nous commettons tous des erreurs et nous nous en voulons bien souvent, mais il existe des occasions où les fautes commises se transforment en un poids émotionnel tel que cela peut avoir des répercussions négatives sur notre bien-être personnel ou sur nos relations avec notre entourage.

Il y a des auteurs, comme Wayne Dyer, qui décrivent la culpabilité comme une émotion inutile. Dyer défend cette position en se basant sur l’idée que “la culpabilité signifie que nous sommes bloqués dans le présent à cause de notre comportement passé”.

Pour éviter cela, il propose une leçon pour apprendre de nos erreurs passées, afin de ne pas rester bloqué mais plutôt opter pour trouver une solution à cette situation de mal être.

Demander pardon ou s’en laver les mains

Réussir à renverser ces pensées négatives dépendra de plusieurs circonstances. Toutes les actions n’ont pas les mêmes conséquences, car certaines font plus de mal que d’autres, mais il est toujours possible de demander pardon et soulager un peu ce mal.

Il est important d’assumer la responsabilité de ce que l’on fait, car il sera toujours plus bénfique d’accepter notre erreur que de rejeter la faute sur d’autres pour nous défaire de nos responsabilités.

Cependant, il existe des personnes capables de laver leur conscience d’un jet d’eau et de savon. Nous nous souvenons tous de la scène de Pilate, qui, après avoir pris la décision de la mise à mort, s’avance vers une vasque pour se laver les mains.

Selon une expérience réalisée par un groupe de chercheurs de l’Université du Michigan aux Etats-Unis, réaliser ce geste peut en effet aider à éliminer le remords.

Il semblerait que, comme semble le démontrer cette étude, l’eau et le savon aident à réduire le mal être que nous nous auto-générons en agissant contre nos valeurs.

A découvrir aussi