Comment travailler avec les orphelins ayant été victimes de violence de genre ?

· 19 décembre 2018
Le cas des orphelins dont la mère est assassinée par le père peut être très compliqué à gérer.

La perte de la figure maternelle est toujours une situation complexe. Il s’agit d’une période difficile à vivre et à surmonter en tant qu’adulte, mais ceci est d’autant plus vrai lorsque nous sommes enfants. Il se peut que nous ne parvenions pas à bien comprendre ce qui s’est passé, de sorte que l’élaboration du deuil devient plus compliquée. Cette situation peut être encore plus difficile pour les orphelins ayant été victimes de violence de genre. 

Outre le fait que la mère soit morte, leur père est responsable de la situation. La réalité est que la violence de genre laisse de multiples victimes dans son sillage… Que pouvons-nous faire pour aider les enfants des femmes assassinées ?

« Nous ne versons pas de larmes pour les personnes que nous avons perdues. Mais pour nous.. Pour pouvoir nous en souvenir, les célébrer, les regretter et nous sentir humain. »

-CJ Redwine-

Quels facteurs influencent le deuil des orphelins ayant été victimes de violence de genre ?

Les orphelins ayant été victimes de violence de genre doivent faire face à un double deuil : celui causé par la mort de leur mère et celui dû à la perte de leur père, qui se suicide, fuit ou est arrêté. Cette situation compliquée peut avoir pour conséquence que le deuil des enfants devienne pathologique.

orphelins ayant été victimes de violence de genre

Que les mineurs élaborent un deuil sain ou pathologique dépend de nombreux facteurs. Parmi eux, l’âge et le développement cognitif et émotionnel des enfants, ainsi que l’information qui leur est transmise sur ce qui s’est passé et la personne qui communique la mort de leur mère. En outre, le fait d’avoir été présents au moment du meurtre et la relation affective que les enfants avaient avec les deux parents joue également un rôle important.

Comment les orphelins ayant été victimes de violence de genre réagissent-ils face à la mort de la mère ?

Après les événements, les orphelins ayant été victimes de violence de genre se retrouvent dans un monde confus et incertain, auquel ils doivent s’adapter sans les figures d’attachement qui leur ont apporté la sécurité et dont ils dépendaient. Il est par conséquent normal qu’ils ressentent de l’insécurité ou qu’apparaissent un grand nombre d’émotions, telles que la colère, la tristesse et l’anxiété.

« Si vous supprimez trop le deuil, il peut se tordre. »

Molière

Apparaît alors la peur d’être laissé seul et sans protection, ainsi que d’être abandonné. Il s’agit de la raison pour laquelle ils exigent généralement des doses supplémentaires d’attention et de soins de la part de leurs nouveaux protecteurs, ressentant une grande dépendance à leur égard. Des comportements correspondant à ceux d’enfants d’âges inférieurs peuvent même apparaître.

Le déni de la réalité est également très commun chez les orphelins ayant été victimes de violence de genre, tout comme l’incapacité d’exprimer les émotions vécues à la suite de ce qui s’est passé. Des idées obsessionnelles peuvent également apparaître à propos des événements, ainsi que des comportements d’isolement et de déni pour établir de nouvelles relations, et même des maux physiques de type psychosomatique.

orphelins ayant été victimes de violence de genre

Que pouvons-nous faire pour aider les orphelins ayant été victimes de violence de genre ?

Face à une situation aussi compliquée, il est normal que les orphelins ayant été victimes de violence de genre aient besoin d’une aide extérieure pour bien préparer leur deuil. Il est par conséquent essentiel que l’enfant comprenne, accepte et réintègre ce qui s’est passé. Pour cela, il sera fondamental que l’enfant exprime ce qu’il ressent.

« Personne ne m’a jamais dit que le deuil se ressent comme la peur. »

-CS Lewis-

Ainsi, il est important de travailler sur l’adaptation de l’enfant à son nouveau foyer et environnement familial, celui dans lequel sa mère n’est plus. Nous l’aiderons ainsi à franchir une autre étape clé : établir de nouvelles relations saines. Nous avancerons dès lors dans la régulation de la tristesse résultant de la perte et du souvenir de sa mère.

Enfin, il est important de travailler pour que l’enfant normalise les émotions qui apparaissent associées à son père. Nous l’aiderons par la même à légitimer sa colère et sa confusion, afin qu’il puisse les canaliser correctement.

Compte tenu de la complexité de la situation, il est conseillé de recourir à l’aide d’un psychologue spécialisé. Ce n’est qu’ainsi que nous serons à même de fournir la meilleure aide possible aux orphelins en raison de violence de genre.