Comment surmonter une image corporelle déformée

Une image corporelle déformée n'est pas en soi un problème. Du moins pas avant qu'il ne devienne un terreau fertile pour l'inquiétude, l'insécurité et la peur...
Comment surmonter une image corporelle déformée
Andres Camilo Espinosa Poveda

Rédigé et vérifié par Psychologue Andres Camilo Espinosa Poveda.

Dernière mise à jour : 08 novembre, 2022

Le corps est le véhicule dans lequel nous voyageons à travers la vie ; il est naturel pour nous de nous soucier de notre apparence. Le problème prend forme lorsque notre image corporelle est déformée, générant une gêne qui menace de devenir notre ombre.

Ainsi, une image mal adaptée de notre corps peut devenir un véritable fardeau. En plus de nous amener à commencer à dépenser beaucoup d’énergie pour changer cette image, elle peut aussi devenir un terreau fertile pour l’insécurité, et finalement la peur.

La façon dont nous nous voyons

Nous vivons en interprétant la réalité qui nous entoure. Nous créons et mettons constamment à jour des théories sur le fonctionnement du monde, dans lesquelles nous nous incluons. L’une de nos tâches principales est de mettre à jour fréquemment les idées sur notre état d’esprit, nos capacités, nos rêves, nos idées, nos forces, nos faiblesses, etc. Et aussi des idées sur notre image corporelle.

L’image que nous nous faisons de notre corps est enracinée dans des expériences très précoces, des opinions de personnes proches de nous, des normes de beauté auxquelles nous sommes exposés et dans d’autres informations que nous pouvons obtenir par nos sens. Toutes ces informations sont consolidées pour former une image corporelle, et avec elle, nous sommes confrontés à différentes situations au jour le jour.

Femme triste regardant dans le miroir
L’image corporelle est formée par la composante perceptive, cognitive, affective et comportementale.

Distorsion de l’image corporelle

Le problème survient lorsque l’image que nous formons dans notre esprit est trop éloignée de la réalité. Cela peut se produire en raison de deux facteurs qui, combinés, finissent par faire beaucoup de dégâts.

Tout d’abord, l’interprétation que nous faisons de notre corps n’est pas tout à fait exacte. Cela arrive avec beaucoup de choses ; notre cerveau intègre des informations sur la réalité, mais cela ne correspond pas toujours parfaitement aux faits.

Nos sens fournissent des données sur notre corps : ce que nous voyons dans le miroir et la proprioception. Cependant, dans cette interprétation, certaines informations sont privilégiées par rapport à d’autres, créant une image disproportionnée.

Le deuxième facteur qui s’ajoute au précédent est la nécessité d’une évaluation positive ou négative. En général, nous avons tendance à interpréter les informations sur une échelle de bien ou de mal, en évitant les points neutres.

Ainsi, l’image corporelle que nous construisons aura une évaluation positive ou négative majoritairement non relative, malgré le fait que les informations avec lesquelles elle est construite sont tout sauf absolues.

Comme facteur aggravant, le cerveau a tendance à accorder plus de valeur aux expériences négatives qu’aux positives, donc une seule expérience peut nous faire évaluer notre corps comme “mauvais”.

Les conséquences d’une image déformée

Ces deux facteurs peuvent conduire à ce que l’image corporelle que nous formons non seulement ne corresponde pas à la réalité, mais soit également largement déformée et affecte notre santé mentale. Parmi les symptômes qui peuvent indiquer qu’il existe une image corporelle déformée, nous pouvons trouver :

  • Sentiment continu et intense que les autres regardent les parties du corps qu’ils aiment le moins.
  • Ce qui signifie que trop de ressources sont investies, y compris mentales, pour essayer de cacher de supposés défauts.
  • De plus, la personne, dans son activité continue d’ajustement et de comparaison avec les autres, a tendance à tenir compte de la critique et à ignorer le compliment.

Comment gérer une image corporelle déformée

D’après tout ce que nous avons vu, le traitement de l’image corporelle déformée nécessite une approche à plusieurs volets.

Cognition

La partie cognitive de l’attitude est peut-être la plus facile à aborder, et celle par laquelle nous devrions commencer. Comprendre que la perception que nous avons de notre corps n’est pas réelle à cent pour cent est la clé.

Il s’agit d’accepter que l’image que nous avons formée peut être fausse, même si notre cerveau et nos sens nous disent le contraire. Accepter l’erreur et la relativité dans nos idées peut apporter beaucoup de soulagement et soulager nos épaules.

De la sphère cognitive, nous pouvons également démanteler les jugements de valeur nocifs en termes de bien ou de mal, en comprenant qu’il n’y a pas de norme unique de beauté et que ce qui est vraiment correct, c’est d’accepter le corps que nous avons.

Par la réflexion et la méditation, nous pouvons découvrir les idées cachées qui conduisent à des distorsions de notre image corporelle et les déconstruire petit à petit. Nous ne pouvons pas empêcher le cerveau de traiter l’information comme il le fait, mais nous pouvons en être conscients et construire des schémas cognitifs plus sains.

Émotion

Le domaine émotionnel est plus difficile, car il échappe souvent à notre contrôle conscient. Nous ne contrôlons pas directement ce que nous ressentons, mais nous pouvons gérer nos émotions. Reconnaissez l’anxiété et l’inconfort que notre apparence nous cause, puis essayez de construire une nouvelle image basée sur des expériences positives.

Nous ne pouvons pas contrôler ce que les autres pensent quand ils nous voient, mais nous pouvons nous accepter et penser à notre corps en termes positifs. L’idée est de créer une charge émotionnelle positive liée au corps, pour lequel il est important de se concentrer sur des concepts favorables et fiables comme l’acceptation de soi, plutôt que sur l’avis des autres.

Gardez à l’esprit que votre corps peut changer, tout comme les personnes que vous rencontrez, mais l’acceptation que vous vous donnez peut être constante, c’est pourquoi c’est une base plus solide pour vos émotions.

Femme regardant dans le miroir
Accepter notre corps en termes positifs nous aide à nous sentir mieux.

Comportement

Enfin, la partie comportementale, qui dépend largement des deux précédentes pour fonctionner. Si les schémas cognitifs ne sont pas modifiés et qu’une base émotionnelle saine n’est pas construite, les efforts du comportement peuvent jouer contre nous, augmentant l’anxiété. Au contraire, si nous avons mis de l’ordre dans nos pensées et nos sentiments, la sphère comportementale peut être productive et même amusante.

Une fois que nous nous sommes acceptés, nous pouvons prendre des mesures pour chouchouter notre corps. Faire de l’exercice, prendre soin de son alimentation, choisir des vêtements qui nous plaisent, tout cela peut augmenter l’estime de soi et améliorer l’image corporelle, tant que ce n’est pas motivé par l’anxiété.

Lorsque nous abandonnons les normes de beauté absurdes de la société et le désir de plaire aux autres, des activités comme l’exercice sont auto-motivées et peuvent nous aider à nous sentir de mieux en mieux, ainsi qu’à améliorer notre santé globale.

La distorsion de l’image corporelle peut causer des dommages considérables, atteignant un point où nos ressources individuelles ne sont plus suffisantes pour mettre en œuvre des stratégies d’adaptation adéquates. Dans ces cas il faudra demander l’aide d’un professionnel.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment surmonter une image corporelle déformée
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment surmonter une image corporelle déformée

Nous sommes tous sensibles à une image corporelle déformée, il est donc important de savoir comment la surmonter et avoir une image saine.



  • Baños, M. & Perpiñá, C. (1990). Distorsión de la imagen corporal: un estudio en adolescentes. Anales de Psicología.
  • Estévez, M. (2012). Relación entre la insatisfacción con la imagen corporal, autoestima, autoconcepto físico y la composición corporal en el alumnado de segundo ciclo de educación secundaria de la ciudad de Alicante. Universidad de Granada.
  • Sepúlveda, A. Botella, J. & León, J. (2001). La alteración de la imagen corporal en los trastornos de la
    alimentación: un meta-análisis. Psicothema.
  • Vaquero-Cristóbal, R., Alacid, F., Muyor, J. M., & López-Miñarro, P. Á. (2013). Imagen corporal: revisión bibliográfica. Nutrición hospitalaria28(1), 27-35.