La façon dont vous touchez votre visage est liée à vos émotions

Lorsque nous sommes tristes nous nous couvrons le visage, lorsque nous ressentons de l'anxiété ou de l'inquiétude nous nous grattons le front, les sourcils, le menton... Le visage est cet espace que nos mains recherchent lorsque les émotions nous assaillent.
La façon dont vous touchez votre visage est liée à vos émotions
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 27 décembre, 2022

Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais la façon dont vous touchez votre visage est liée à vos émotions. Vous portez votre main à votre front lorsque vous êtes surpris ou inquiet. Vous vous couvrez le visage lorsque l’angoisse, la tristesse et même le désespoir vous envahissent. Qui plus et qui moins a un tic quand les nerfs l’assaillent ; certains se grattent le nez, d’autres les sourcils ou le menton…

Nous sommes des êtres émotionnels et cette partie de notre corps semble être le territoire privilégié pour relâcher les tensions. Non seulement le visage est le miroir de l’âme et le reflet de ce que nous ressentons, mais c’est aussi cette partie que nos mains recherchent constamment. Nous avons besoin de nous toucher.

D’une manière ou d’une autre, le cerveau établit une connexion avec le front, les joues, les yeux, le menton et la bouche pour nous calmer. Elle est pratiquée par les jeunes enfants qui ont besoin de porter leur pouce à la bouche lorsqu’ils sont fatigués, stressés ou ennuyés. Même les adultes le font quand on prend ce stylo ou ce crayon pour le mâcher quand les nerfs nous agressent…

« De tous les sens, la vue est le plus superficiel ; l’oreille, la plus fière ; odeur, la plus voluptueuse ; le goût, le plus superstitieux et volage ; toucher, le plus profond ».

-Denis Diderot-

Femme triste avec ses mains sur son visage
Toucher nos joues, notre front ou nos tempes est un moyen de trouver un soulagement lorsque nous sommes nerveux, irrités ou inquiets.

Le lien entre le toucher et les émotions

Cela peut vous sembler frappant, mais aucune partie de notre corps ne reçoit autant de types de contact que notre visage. Nous reposons nos têtes sur nos mains quand nous pensons. Il y a ceux qui ne peuvent s’empêcher de toucher leurs boutons ou de se gratter les sourcils presque inconsciemment en réfléchissant, en lisant ou en étudiant. Certains se couvrent les yeux lorsqu’ils ont peur, et d’autres font de même lorsqu’ils se sentent gênés.

David J. Linden, professeur de neurosciences à la Johns Hopkins University School of Medicine, a écrit un livre intéressant sur le sujet. Dans Touch : la science de la main, du cœur et de l’esprit, il explique comment le toucher a un lien direct avec les émotions. Nous avons besoin de toucher les autres pour établir des liens, favoriser le développement des enfants et valider les sentiments.

Cependant, nous ne pouvons pas exclure un aspect. L’être humain a aussi besoin de se toucher pour canaliser et exprimer ses sentiments. Et le visage, la façon dont nous touchons nos visages, a une relation directe avec ce que nous ressentons à tout moment.

Le toucher parle aussi

Joe Navarro est un ancien agent et superviseur du FBI bien connu qui est devenu très populaire avec ses livres sur la communication non verbale. Des titres comme The Body Speaks ( 2012) sont une référence dans ce domaine. Ce qu’il nous fait remarquer dans ses travaux, c’est que le cerveau dispose de tout un arsenal d’échappatoires lorsqu’il éprouve une émotion.

Les analystes du comportement humain savent que la façon dont nous touchons nos visages révèle un sentiment, une émotion, une inquiétude. A tel point que de nombreux policiers ou agents de sécurité dans les aéroports savent qui fouiller en fonction de ce type de geste.

Par exemple, lorsqu’une personne est agitée ou inquiète, elle a tendance à toucher son visage avec son index ou son pouce. Le cerveau préfère le toucher de ces doigts qui ont les pointes plus larges lorsque nous sommes pensifs. À tel point que lorsque nous sommes assaillis par une inquiétude ou une frustration intenses, nous avons alors tendance à nous gratter la joue ou le front.

Les situations stressantes exigent des mouvements plus dynamiques, et le visage est aussi cette surface sur laquelle les mains cherchent à canaliser les tensions.

Les nerfs de Merkel dans nos doigts

La façon dont vous touchez votre visage est liée à vos émotions et le mécanisme qui médiatise ce processus est les nerfs de Merkel. Des recherches de l’Université de Cincinnati indiquent que les doigts et le visage ont une famille de nerfs essentiels pour discriminer les textures, les formes, la pression, etc.

Maintenant, ces systèmes sensoriels sont aussi un moyen d’expression émotionnelle pour le cerveau. Les nerfs Merkel du visage et du bout des doigts sont fréquemment touchés comme moyen de canaliser les émotions.

Prenons un exemple. Nous avons un rendez-vous important et en entrant dans le wagon du métro, celui-ci s’arrête brusquement car il y a une panne. On s’énerve et on commence à se gratter le menton, le front… Le cerveau a besoin de ces sensations pour canaliser le stress et disposer d’une ressource basique de relaxation.

Femme inquiète touchant son visage
Les gens utilisent de multiples ressources relaxantes ou apaisantes dans notre communication non verbale. Se toucher ou se gratter le visage en est un exemple.

Lire les autres à travers la façon dont ils touchent leur visage

La communication non verbale est un sujet fascinant, cela ne fait aucun doute. Maintenant, il est vrai que jusqu’à présent nous nous sommes concentrés sur des aspects tels que le mouvement des mains ou des bras, le ton de la voix, les gestes, les épaules, etc. Il convient également de prendre en compte la façon dont les autres touchent leur visage.

La personne qui se touche continuellement les cheveux, qui se gratte le lobe de l’oreille ou la nuque, peut révéler une insécurité. Nous savons également que gratter ou gratter la cloison nasale avec l’index et le pouce exprime une profonde inquiétude. Mettre votre main sur votre front ou vous couvrir les yeux avec votre main est un signe de peur, de vigilance ou même de honte.

Les gens sont souvent des livres ouverts qui révèlent des états émotionnels d’une intensité relative. Se comprendre est aussi une compétence à développer pour agir en conséquence.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les émotions positives sont la meilleure arme contre l’adversité
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les émotions positives sont la meilleure arme contre l’adversité

L'éducation basée sur les émotions positives nous permet de trouver le bonheur avec plus de précision, augmentant notre bien-être personnel.



  • Buijs, R. M., De Vries, G. J., Van Leeuwen, F. W., and Swaab, D. F. (1983). Vasopressin and oxytocin: distribution and putative functions in the brain. Prog Brain Res. 60, 115–122.
  • Linden, D. J. 2015. Touch: The Science of the Hand, Heart, and Mind. New York: Viking
  • Montagu, Ashley. 1986. Touching: The Human Significance of the Skin. New York: Harper & Row, Publishers.
  • Napier, J. R. (1965). Evolution of the Human Hand. Proceedings Royal Institute of Great Britain, Volume 40, p.544–557.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.