Comment sortir de la cage construite par un prédateur émotionnel

24 novembre 2016 dans Psychologie 1149 Partagés

Tout au long de notre vie, nous construisons des relations qui nous invitent à donner le meilleur de nous-même, mais nous sommes aussi plongés dans des relations dévastatrices qui nous consument et nous gaspillent, pouvant même nous détruire complètement en nous enfermant dans des cages construites par des prédateurs émotionnels.

Tout comme dans la nature, il existe des prédateurs émotionnels qui annihilent d’autres animaux plus fragiles pour s’alimenter, chez l’être humain on peut trouver un phénomène similaire dont les protagonistes sont des prédateurs émotionnels qui ne s’alimentent pas des personnes les plus fragiles mais des plus aptes et des plus fortes, car ces dernières ont un don qu’ils envient.

Un mot ou un regard peuvent être des facteurs suffisants pour débuter un processus de destruction psychologique d’une personne.
Partager

Profil du prédateur émotionnel

La vie d’un prédateur émotionnel est un jeu de stratégies aux objectifs égoïstes. Bien que chaque prédateur émotionnel a ses particularités, tous paraissent partager une série de caractéristiques :

Ce sont des artistes artificiels

Un prédateur émotionnel est un maître de l’artifice qu’il utilise envers tous les âges, genres et classes sociales.

Ses stratégies sont encore plus efficaces dans les relations les plus proches, comme le couple. Comme un caméléon, il transforme son apparence selon les couleurs de son entourage.

C’est un prédateur qui a une propriété d’adaptation, et il cause donc des dommages profonds à la victime sans que les personnes alentour ne s’en aperçoivent.

Ils absorbent l’énergie des autres 

Ce sont des personnes avides de l’énergie que les autres possèdent. Immergés dans des univers de colère et de ressentiment envers ceux qui sont capables de ressentir et de vibrer.

Leurs victimes sont des personnes vertueuses, joyeuses, honnêtes, d’une grande vitalité, enthousiastes, empreintes de caractéristiques qui manquent au prédateur émotionnel.

Ils les envient car elles représentent tout ce qu’ils ne sont pas capables d’être. C’est pour cela qu’ils ressentent le besoin de détruire, de nier, d’humilier et de détruire tout ce qui leur fait penser à ça.

Les prédateurs émotionnels sont immergés dans des univers de colère et de ressentiment envers les personnes capables de sentir et qui sont pleines de vitalité. 

pantin

Ils sont incapables de ressentir 

La caractéristique principale d’un prédateur émotionnel est son incapacité à être en contact avec ses sentiments, produite par un manque de connexion émotionnelle entre son esprit et ses émotions.

Ce manque d’harmonie subsiste généralement depuis très longtemps et il s’y est donc adapté. Il ne la voit donc pas comme un dysfonctionnement.

Beaucoup de ces déconnexions ont pour origine l’enfance, lorsque d’une certaine manière les propres sentiments ont court-circuité le système à cause d’une décharge si intense que le propre système de défense s’est déconnecté. Ainsi, les émotions ont disparu du monde et seule l’intellectualisation de celle-ci est restée.

C’est pour cela que les prédateurs considèrent que les personnes sont des objets qu’ils peuvent utiliser pour arriver à leurs fins.

Ils se rejettent eux-mêmes 

Les prédateurs émotionnels ressentent un grand auto-rejet et de l’aversion pour eux-même à cause de leur incapacité à ressentir, se cachant derrière un masque pour ne pas être accusés.

Ils se sentent désorientés, différents et dans de nombreux cas, victimes de leur destin. Ils comprennent, d’une manière ou d’une autre, que la manière dont ils traitent les autres est tout simplement une reproduction de la manière dont ils ont été traités.

Ce sont de grands simulateurs 

Ils ne sentent pas mais ils font semblant. Leur stratégie est préméditée et discrète, et elle passe inaperçue pour ceux qui les entourent.

Tout d’abord, ils séduisent leurs victimes grâce à la proximité et le temps, pour ensuite réussir à les influencer et finalement les dominer, les privant de toute liberté et d’autonomie.

Un processus complexe et silencieux durant lequel ils construisent une toile d’araignée pour attraper leurs victimes.

Comment identifier une relation avec un prédateur émotionnel

Une victime peut rester très longtemps dans une relation avec un prédateur émotionnel, sans s’en rendre compte.

Parfois, elle ne le sait pas jusqu’à ce qu’elle se sente épuisée émotionnellement et qu’elle sente qu’elle a perdu toute l’essence de ce qu’elle était.

Pour pouvoir identifier si vous êtes ou non dans ce type de relations toxiques, que ce soit avec votre conjoint, un proche, un ami ou un collègue, réfléchissez aux questions suivantes  :

  • Vous vous sentez isolé ? Vous avez coupé le contact avec vos êtres chers ? Vous avez des difficultés à voir votre famille, vos amis ?
  • Vos valeurs et votre manière de penser a changé ? Vous considérez que ces changements vous ont fait vous éloigner de la personne que vous étiez avant ? Vous pensez que vous avez perdu votre identité
  • Comment est-ce que vous vous évaluez ? Vous sentez-vous plein de culpabilité ? Avez-vous peur d’exprimer ou de donner votre avis ?

Si vous vous sentez isolé, sans aucun soutien affectif, que vos valeurs ont changé, que vous avez peur de vous exprimer et que vous avez une vision négative de vous-même, vous êtes peut-être dans une relation avec un prédateur émotionnel.

tigre-rouge-et-personne

Sortir de la cage émotionnelle

Sortir des griffes d’un prédateur émotionnel n’est pas une tâche facile, surtout car la peur, l’insécurité et la culpabilité ont réussi à s’installer à l’intérieur de la victime.

La victime n’est plus la personne qu’elle était et il faudra restructurer ses pensées et ses émotions.

La libération de cette situation constitue avant tout un processus durant lequel il est indispensable de recourir à une aide professionnelle pour pouvoir se rétablir.

En être conscient est la première étape pour s’en libérer. Pour pouvoir sortir de ce piège, la victime doit s’en rendre compte.

Sinon, il est possible qu’elle ne reconnaisse pas la situation comme dangereuse ou que les barreaux de la culpabilité soient si forts qu’ils ne lui permettent pas d’entrevoir une solution.

La victime doit identifier le processus de prédation émotionnel qui lui fait penser qu’elle est responsable et coupable du conflit, et mettre toute son énergie à se sauver elle-même.

Elle doit comprendre qu’elle doit se protéger et pour cela arrêter de se justifier face à l’agresseur.

femme-cousant-un-coeur

Une fois que la personne est consciente de la situation dans laquelle elle se trouve immergée, elle doit chercher un réseau de soutien car c’est fondamental.

Elle doit surtout reprendre le contact avec les personnes avec lesquelles elle avait de forts liens affectifs et que le prédateur s’est chargé de couper. Ces personnes peuvent être le soutien émotionnel dont la personne a besoin pour s’appuyer lors du processus de libération de la cage.

Consulter un spécialiste devient alors indispensable dans ces cas. La victime a souvent des difficultés à sortir de cela et quand elle le fait, elle se rend que ce n’est plus la même personne. Elle combine grande souffrance avec sentiments de culpabilité et de peur.

Un psychologue pourra l’aider sur le chemin de la rencontre avec elle-même et dans le rétablissement de son bien-être et son autonomie personnelle.

L’intervention de la justice peut parfois être nécessaire pour la résolution d’un conflit de ce type.

Mais il y a parfois des complications quand des preuves sont sollicitées pour démontrer les faits, puisque les humiliations, le mépris et les offenses sont difficiles à démontrer.

C’est pour cela qu’il est bon de conserver tous les documents et archives qui peuvent constituer des preuves pour la justice.

A découvrir aussi