Comment se perçoivent les personnes dépressives ?

3 novembre 2019
La dépression est un lieu, malheureusement commun, auquel on peut accéder depuis différents angles. Dans cet article, nous vous présenterons l'un des plus importants.

Nous livrons tous d’innombrables batailles. Le travail, la famille, nos relations, etc. Chaque jour est un nouveau défi à bien des égards. En ce sens, c’est la bataille que nous nous livrons à nous-mêmes qui peut entraîner des états dépressifs qui nous paralysent. Nous savons aujourd’hui que les personnes dépressives augmentent souvent la résonance de leurs symptômes.

Un rapport publié par le Dr. Kopala-Sibley suggère que dans les états dépressifs, il convient de moins se concentrer sur les symptômes. Et plus sur la façon dont une personne se sent avec elle-même. Cela pourrait être l’une des clés de l’origine de la dépression. Mieux vaut traiter l’origine que les symptômes.

Les conclusions du rapport avalisent la théorie de la divergence de soi de HigginsSelon cette théorie, notre « Moi » possède 3 aspects différents : le Moi réel, le Moi idéal et le Moi responsable. Cette recherche réalisée par Kopala-Sibley indique que lorsqu’il existe une divergence entre le Moi idéal et le Moi réel, il est très probable que nous soyons en présence de personnes dépressives.

 

Les personnes dépressives sont plongées dans une profonde tristesse

Comment se produit la divergence de soi ?

On construit sa divergence de soi en fonction de plusieurs variables. Nous croyons que notre « moi » est une entité unique, alors que ce n’est pas le cas. Ainsi, nous possédons un Moi qui nous définit, celui que nous sommes en réalité et au moment présent, le Moi réel.

Mais il existe d’autres Moi parallèles, comme le « Moi » que nous pouvons devenir. On y trouve également le Moi idéal. Le Moi responsable fait également partie du groupe. C’est celui qui indique comment nous devrions agir face aux coutumes et aux rôles que nous adoptons en société.

Vous pouvez être sûr d’être une personne compétente, intelligente et travailleuse. Néanmoins, si dans la vie réelle, ces caractéristiques ne portent pas leurs fruits parce que votre situation professionnelle vous met des limites, le conflit apparaît. Dans ce cas, l’écart entre le Moi idéal et le Moi réel est celui qui vous fera tomber dans la dépression.

Quant à elle, l’estime de soi dépend également de la distance perçue entre le Moi réel et le Moi idéal. L’estime de soi est très liée à notre bien-être psychologique. Son érosion nous rend plus vulnérables face à la dépression. Les niveaux de matière grise chez les personnes avec une faible estime d’elles-mêmes sont moindres dans certaines zones du cerveau qui sont responsables de devenir ce que les autres pensent de nous.

L’histoire interne

Notre Moi réel et notre Moi idéal sont liés en fonction de l’histoire que nous avons construite sur nous-mêmes et de la manière dont les autres nous perçoivent. L’estime de soi est bonne lorsque cette distance est minime. Il est ainsi probable que si des signes de dépression apparaissent, nous soyons face à une divergence importante entre le Moi réel et le Moi idéal.

Les histoires internes que nous entretenons pendant les périodes de dépression nous font croire que notre Moi idéal est trop éloigné de notre Moi réel. Pour pouvoir rapprocher ces 2 réalités, nous pouvons modifier nos histoires et notre dialogue interneNous concentrer sur ce que nous pourrions changer pour nous rapprocher de notre Moi idéal est un bon début.

La pleine conscience

Si après avoir réalisé un changement d’histoire interne, nous considérons toujours qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour se rapprocher du Moi idéal, nous pouvons nous concentrer sur la pratique de la pleine conscience. Ce type de pratique ferme les brèches entre le Moi réel et le Moi idéal.

Le bénéfice immédiat de ce type de méditation est qu’on peut apprendre à observer ses propres pensées sans les juger. Abandonner la position de juge améliore considérablement l’état dépressif. L’auto-acceptation progressive chez les personnes dépressives est une autre forme de rapprochement de ces 2 réalités.

Une femme profite du soleil les yeux fermés

Perception des personnes dépressives : aligner les êtres réels avec les idéaux

Il ne s’agit peut-être pas d’atteindre la perfection, mais d’admettre cet espace d’amélioration comme un terrain pour nous dépasser. Nous traiter avec amour nous offrira un environnement émotionnel plus tranquille pour fixer des objectifs, pendant que nous en éliminons d’autres.

Un état émotionnel négatif augmente souvent la distance existante entre notre Moi réel et notre Moi idéal… Jusqu’à ce que nous finissions pour interrompre la relation entre ces 2 concepts. La pratique de ces stratégies peut énormément aider au contrôle de nos attentes ainsi qu’à la frustration qui peut en résulter. La dépression, en ce sens, est sans doute un signe pour que nous nous intéressions à nos divergences internes et que nous les travaillons.

 

Bak W. (2014). Self-Standards and Self-Discrepancies. A Structural Model of Self-Knowledge. Current psychology (New Brunswick, N.J.), 33(2), 155–173. doi:10.1007/s12144-013-9203-4

Kopala‐Sibley, Daniel; Zuroff, David C. (2019) The self and depression: Four psychological theories and their potential neural correlates. US National Library of Medicine National Institutes of Health. doi: 10.1111/jopy.12456.

Pillay, Srini (2019) How Does Your « Sense of Self » Relate to Depression? New research explains why self congruence matters. Psychology Today