Comment les antidépresseurs agissent-ils sur notre cerveau ?

17 novembre 2019
Bien que l'effet des antidépresseurs sur le cerveau entraîne une sensation de bien-être en peu de temps, à long terme, il ne résout pas le problème. Les pilules ne sont qu'un soutien temporaire dans le processus de surmonter la dépression.

Les antidépresseurs provoquent des changements physiologiques dans notre cerveau qui améliorent l’humeur. Ces changements sont induits par l’action chimique des médicaments. Ils ont aussi une durée limitée. Ils génèrent également une série d’effets secondaires qui n’ont pas encore été entièrement compris.

La dépression est presque une épidémie dans le monde. Les cas signalés augmentent d’année en année et on sait qu’il y a sous-déclaration. En d’autres termes, toutes les personnes qui souffrent de cette condition ne viennent pas consulter. Ce que nous savons, c’est que la consommation de médicaments a augmenté dans le monde entier. D’où l’importance de connaître l’action des antidépresseurs dans le cerveau.

Il est important de noter que les médicaments ne sont pas la seule façon de traiter le problème. Les antidépresseurs modèrent les symptômes du trouble, mais ne les éliminent pas. En d’autres termes, ils le font passer dans un état latent, mais n’y mettent pas fin. C’est pourquoi il existe des traitements qui sont exclusivement axés sur la psychologie. Il existe aussi des interventions alternatives comme celles offertes par la psychanalyse ou la méditation.

L’action des antidépresseurs sur le cerveau

Parler des antidépresseurs, c’est parler d’une vaste gamme de médicaments. Fondamentalement, nous trouvons les antidépresseurs tricycliques classiques, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (ISRSN).

Les antidépresseurs agissent sur le cerveau

Examinons-les de plus près :

  • Tricycliques classiques : ce sont les plus traditionnels. Les tricycliques se composent d’un anneau à sept éléments et d’un azote terminal à trois éléments. Ils stimulent la production de sérotonine, mais n’inhibent pas sa recapture. Ils ont de nombreux effets secondaires
  • ISRS : ils augmentent les taux de sérotonine et empêchent qu’elle ne soit recapturée ou réabsorbée par l’organisme. Ils sont apparemment sont plus sûrs, bien que le Prozac, leur représentant phare, ait été fortement remis en question par certains scientifiques
  • ISRSN : ils sont considérés comme les plus efficaces. Ces médicaments ont l’avantage de ne pas produire d’états de sédation. Cependant, l’effet de cet antidépresseur sur le cerveau entraîne parfois des tremblements, des changements d’appétit et d’autres symptômes

Selon la plupart des scientifiques, les antidépresseurs ne causent pas de dépendance physique, bien qu’ils puissent causer une dépendance psychologique. Plusieurs études ont montré un effet très nocif de ces pilules, en particulier lorsqu’elles sont consommées depuis plus de cinq ans. Un psychiatre responsable considère les médicaments comme une aide temporaire et non comme une condition dont un patient doit dépendre à vie.

Autres façons de composer avec la dépression

Bien que les antidépresseurs aident à générer et à maintenir une bonne humeur relativement stable, ils ne résolvent finalement pas le problème central. Il est possible de surmonter la dépression, mais cela ne se fait pas uniquement avec les pilules. Le traitement conventionnel pour ce type de trouble exige que la psychothérapie soit ajoutée à l’intervention pharmacologique. Ce sont ces deux facteurs qui, ensemble, ouvrent une porte de sortie.

Les médicaments sont une aide temporaire. Ils servent à modérer les symptômes et à rendre possible le travail psychothérapeutique. Les êtres humains ne sont pas seulement un corps biologique, mais aussi des êtres symboliques.

Cela signifie que les neurotransmetteurs conditionnent notre humeur, mais il en va de même de notre façon d’interpréter et de donner un sens à nos expériences. Aucune pilule ne donne un sens à notre vie. Cela ne peut se faire que par des processus qui nous permettent de réinterpréter et de construire de nouvelles significations.

Les antidépresseurs dans une main

Approches alternatives

Or, du point de vue psychanalytique, la dépression n’est pas une entité clinique en soi. Il s’agit plutôt d’une façon de se positionner face à la réalité. Jacques Lacan a parlé de la dépression comme d’une manifestation de « lâcheté morale ». Ce serait l’effet de « céder au désir », c’est-à-dire de ne pas réaffirmer l’être. La personne n’assume pas l’entière responsabilité de sa propre vie et de ses actes. Ne pas le faire conduit à la dépression.

Du point de vue des philosophies orientales, la dépression est le fruit d’un attachement excessif. L’accent est mis sur quelque chose d’extérieur ; la même chose que ce dont on dépend. Cette dépendance, à son tour, conduit à la peur et au déni de l’éphémère. C’est l’une des explications possibles de la dépression.

Certaines études nous disent que les psychothérapies, la psychanalyse et la méditation peuvent avoir des effets similaires à ceux d’un médicament. L’action d’un antidépresseur dans le cerveau est presque immédiate et de courte durée. La psychothérapie exige un plus grand effort de la part du patient et est plus lente. En retour, elle n’a pas d’effets secondaires, redonne au patient le contrôle de sa vie et va à la racine du problème.

 

  • Del Río, J. (2004). Fármacos antidepresivos y antimaníacos. Florez J (Director). Farmacología Humana. Masson, Barcelona.