Comment l'anxiété et la dépression influencent-elles si vous souffrez de TOC ?

Le TOC s'accompagne souvent d'autres entités cliniques très significatives, comme l'anxiété ou les troubles de l'humeur. Lorsque cela se produit, la personne éprouve une détérioration plus profonde, ce qui complique l'approche thérapeutique.
Comment l'anxiété et la dépression influencent-elles si vous souffrez de TOC ?

Dernière mise à jour : 24 novembre, 2022

Le trouble obsessionnel-compulsif est une entité clinique très limitante qui se caractérise par la présence d’obsessions et de compulsions. Le temps que la personne y passe est vraiment un problème. On parle d’intervalles entre 1 et 3 heures pour les symptômes légers ou modérés et de périodes quasi constantes pour les symptômes les plus invalidants. L’anxiété et la dépression dans le TOC influencent grandement l’évolution des symptômes.

Le contenu des obsessions peut varier selon les personnes : il peut s’agir d’obsessions de propreté, de symétrie, de répétition, d’ordre ou de pensées interdites. Imaginez qu’à chaque fois que vous avez la conviction que quelque chose est sale, vous êtes submergé par l’envie irrépressible de le nettoyer – même si c’est vraiment propre. Encore et encore. Vous êtes incapable d’y résister. C’est le TOC.

Qu’est-ce que le TOC ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) caractérise le TOC par la présence d’obsessions ou de compulsions persistantes, ou les deux :

  • Les obsessions sont des pensées récurrentes et persistantes qui peuvent prendre la forme d’images ou d’impulsions (urgences). Elles sont souvent gênantes et indésirables. De plus, elles peuvent être vécues avec anxiété parce que la personne essaie de les ignorer, de les supprimer ou de les neutraliser en exécutant des compulsions.
  • Les compulsions sont des comportements répétitifs qui suivent des règles rigides. Il peut s’agir de rituels comportementaux (par exemple, nettoyer plusieurs fois le même objet) ou mentaux (par exemple, compter jusqu’à 100 en progressant deux par deux).

De plus, pour le diagnostic, les obsessions et les compulsions doivent produire une détérioration significative dans les domaines personnels, familiaux, sociaux, professionnels, éducatifs – ou autres domaines pertinents pour la personne.

Femme accablée de pensées
« Dans 65 % des cas, le TOC se manifeste avant l’âge de 25 ans, et moins de 5 % des patients rapportent un début après l’âge de 40 ans. » (Belloch)

Les personnes atteintes de TOC peuvent avoir peu conscience des actes qu’elles commettent. Pour cette raison, l’OMS établit une nouvelle classification basée sur le fait que les patients sont conscients que leurs croyances peuvent être irréelles ; si, au contraire, ils croient fermement que l’accomplissement de leurs rituels les aidera :

  • Patients avec une introspection passable à bonne. Dans ces cas, la plupart du temps, le patient est capable de comprendre la possibilité que ses croyances liées aux obsessions et aux compulsions ne soient pas vraies. Il est prêt à accepter une explication alternative pour ses symptômes.
  • Patients avec une introspection déficiente ou absente. La plupart du temps, voire tout le temps, la personne est convaincue que les croyances et les pensées liées au trouble sont vraies. Elle refuse donc d’accepter une explication alternative à son expérience.

L’influence de l’anxiété et de la dépression

Les personnes atteintes de TOC éprouvent un large éventail de réponses affectives, notamment l’anxiété, la dépression, le dégoût ou le besoin d’éviter des lieux, des personnes ou des objets.

En psychologie, la cooccurrence de deux troubles ou plus en même temps et chez la même personne est appelée comorbidité. Eh bien, dans le TOC, la comorbidité la plus élevée survient avec les troubles anxieux et les troubles dépressifs ; viennent ensuite d’autres troubles anxieux, tels que la phobie sociale ou des troubles addictifs (principalement l’alcoolisme).

Dépression et TOC

Les deux entités cliniques surviennent chez la même personne dans près de la moitié des cas. La dépression apparaît souvent après l’installation du TOC. Actuellement, on émet l’hypothèse que le TOC pourrait être un trouble dépressogène, c’est-à-dire capable de produire une dépression chez le sujet. Et dans ce processus de co-occurrence du TOC et de la dépression, la rumination y est pour beaucoup.

Il faut ici s’arrêter pour examiner en quoi consiste la rumination. Imaginez un cercle. Placez maintenant votre index sur ce cercle et suivez sa circonférence. Les personnes qui sont en train de ruminer ont beaucoup de mal à sortir de ce cercle car elles se retrouvent dans une boucle de pensées qui se traduit par une attention trop focalisée sur leurs propres problèmes et symptômes. La rumination est un processus transdiagnostique, c’est-à-dire qu’elle apparaît dans une multitude d’entités cliniques telles que le traumatisme, la dépression, l’anxiété et le TOC. À d’autres moments, la dépression peut masquer le TOC.

« Lorsque la comorbidité TOC-dépression survient, la gravité du trouble est plus grande, la qualité de vie se détériore et l’altération fonctionnelle est significativement plus importante. De plus, la dépression a un impact plus important sur les obsessions que sur les compulsions. »

-McNally-

Il y a des patients qui viennent à la consultation en rapportant des symptômes dépressifs, les considérant comme « plus appropriés » pour recevoir une assistance professionnelle par rapport aux symptômes de TOC ou parce que les symptômes dépressifs sont plus reconnaissables.

femme souffrant de dépression
« Jusqu’à 90 % des patients atteints de TOC ont au moins un autre trouble mental concomitant. » (Belloch)

Anxiété et TOC

Le trouble anxieux le plus courant chez les patients atteints de TOC est la phobie sociale. Le trouble anxieux généralisé et les phobies spécifiques suivent de près. Entre 30 % et 40 % des patients atteints de TOC ont également un trouble anxieux. De plus, ces patients présentent un pourcentage élevé de crises de panique : jusqu’à 34 % des personnes atteintes de TOC en souffrent.

Elles font aussi souvent face à des difficultés supplémentaires pour accomplir des tâches rapidement et efficacement. De même, indirectement, le TOC peut influencer la confiance qu’ils sont capables d’alimenter chez leurs enfants.

L’anxiété et la dépression sont deux entités cliniques pertinentes pour planifier le traitement du TOC. À l’heure actuelle, on considère que le traitement avec la plus grande preuve scientifique disponible est l’exposition avec prévention de la réponse, qui consiste à s’exposer à un contenu obsessionnel en empêchant l’apparition de la réponse compulsive.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment maîtriser un trouble obsessionnel-compulsif ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment maîtriser un trouble obsessionnel-compulsif ?

dans cet article, nous allons vous donner quelques pistes et recommandations afin de maîtriser un trouble obsessionnel-compulsif.



  • Belloch, A. (2022). Manual de psicopatología, vol II.
  • Lozano-Vargas, A. (2017). Aspectos clínicos del trastorno obsesivocompulsivo y trastornos relacionados. Revista de neuro-psiquiatría, 80(1), 35-35.
  • Martínez, S. B. (2002). Subtipos de trastorno obsesivo-compulsivo, características diferenciales de los obsesivos puros y asociación con síntomas de ansiedad, depresión y preocupaciones. Clínica y Salud, 13(2), 207-231.