Comment la maltraitance dans le couple affecte-t-elle les enfants ?

24 janvier 2018 dans Famille 136 Partagés
enfant triste

Par chance, nous prenons de plus en plus conscience des innombrables conséquences de la maltraitance dans le couple. Le mal physique et le réel danger de mort pour la femme ont été soulignés, mais on explique aussi de plus en plus qu’il n’y a pas que les coups qui font mal.

Les dommages se font aussi sur le plan psychologique. Et pas seulement pour elle. Il est important de prendre conscience du fait que les enfants en souffrent aussi. Ce sont les témoins silencieux d’une situation incontrôlable et pleine de violence, dont ils se sentent souvent responsables… Mais comment cela les affecte-t-il au niveau psychologique ?

“Est considéré comme abus tout comportement qui vise à contrôler et soumettre un autre être humain à travers l’utilisation de la peur, de l’humiliation et d’attaques physiques ou verbales.”

-Susan Forward-

adolescent préoccupé

Les conséquences de la maltraitance dans le couple sur l’attachement des enfants

Quand un enfant naît, il a différents besoins comme celui de la protection, de l’amour parental, de la stabilité ou de la socialisation. Si ceux-ci sont satisfaits de manière adéquate et cohérente, le petit développera sa confiance envers les soins de ses parents, en plus de sentir qu’il les mérite.

Si une situation de maltraitance dans le couple arrive, tous ces besoins peuvent rester, d’une certaine façon, à découvert. Il est très difficile que, dans ces circonstances, les enfants trouvent une sécurité dans les soins, la communication et la relation avec leur figure d’attache. Cet adulte n’est normalement pas disponible sur le plan émotionnel et ne peut pas non plus offrir de solutions et d’affection. Il est plutôt source d’émotions négatives.

En fait, ces mêmes adultes devant constituer un repère pour les enfants qui recherchent une consolation quand ils se sentent mal et le centre à partir duquel ils peuvent explorer le monde leur transmettent, face à la situation, une peur indescriptible. Ils voient à quel point ils sont terrorisés dans leur propre maison. Ils crient et pleurent sans pouvoir s’arrêter.

C’est pour cette raison que l’attache développée par les enfants au cours de ces situations de maltraitance dans le couple sera probablement évitante ou peu sûre. En fait, on a découvert que les progénitrices qui souffrent de mauvais traitements peuvent avoir des représentations plus négatives de leurs bébés et d’elles-mêmes en tant que mères, cela pouvant conduire à une dépression périnatale.

main sur une vitre

Comment la maltraitance conditionne-t-elle le développement des enfants ?

Cette maltraitance dans le couple ne nuit pas seulement au développement d’un attachement sûr qui est essentielle pour le futur bien-être de l’enfant. Elle a aussi des conséquences sur le développement psychologique normal des petits. Comme nous pouvons l’imaginer, être exposés très jeunes à tout cela influe sur le bien-être émotionnel et social des enfants.

Par ailleurs, des problèmes d’identification et de régulation émotionnelle peuvent apparaître. Les enfants se sentent coupables de la situation qu’ils vivent. Des problèmes d’anxiété peuvent apparaître, même s’ils ne comprennent pas ce qu’ils ressentent ou pourquoi ils se sentent comme cela. Ils essayent aussi d’éviter et de supprimer ces émotions, ce qui les rend de plus en plus chroniques.

On peut aussi trouver des problèmes significatifs d’estime de soi et au niveau du développement de l’image de soi. Il ne faut pas oublier que ces petits ont aussi, normalement, des problèmes de comportement, en plus de problèmes sur le plan social, au niveau de leurs relations avec d’autres enfants et adultes.

“La violence crée plus de problèmes sociaux qu’elle n’en résout.”

-Isaac Asimov-

La maltraitance dans le couple et le syndrome de stress post-traumatique chez les enfants

Le syndrome de stress post-traumatique peut se développer chez les enfants exposés à des situations de maltraitance car ils sont eux-mêmes des victimes indirectes. Mais comment est ce trouble chez les enfants ? Nous devons nous dire que, comme d’autres problèmes de santé (aussi bien physiques que mentaux), les symptômes associés aux maladies ne sont pas identiques à ceux présentés par les adultes.

En fait, on a observé que les enfants refont l’expérience du fait traumatique à travers des jeux traumatiques, des souvenirs réitérés de ce qu’ils ont vécu dans des environnements ludiques, des cauchemars, des flashbacks, des dissociations ou un mal-être au moment de se souvenir du fait traumatique.

On peut aussi noter un certain retard dans l’acquisition de responsabilités, c’est-à-dire qu’on observe une distanciation sociale, une perte de capacités qu’ils avaient déjà acquises, une diminution de l’amusement et une réduction de l’expérience et de l’expression émotionnelle.

Enfin, une augmentation de l’activation peut avoir lieu, ce qui peut mener à des difficultés pour trouver le sommeil, à un hyperéveil, à une diminution de la concentration ou à d’excessives et intenses réponses à l’improviste. Il est important que ces petits suivent, pour leur bien, une thérapie d’un psychologue qualifié, car les conséquences de situations indirectes de maltraitance sont néfastes pour eux… Alors, aidons-les !

“Face aux atrocités, nous devons prendre parti. Le silence stimule le bourreau.”

-Elie Wiesel-

Images de Peter Forster et Elijah Henderson

A découvrir aussi