Comment faire face à l’insatisfaction chronique ?

· 25 juillet 2018

Beaucoup de gens ne reflètent pas un niveau de satisfaction de vie proportionnel à leurs conditions de vie. On pourrait dire qu’ils ont leurs besoins couverts et pourtant il est très difficile de voir un sourire dessiné sur leur visage. Nous pouvons alors parler d’insatisfaction chronique.

Vivre dans la plainte est l’un des grands maux, mais aussi l’une des tentations du XXIe siècle. Face à cette réalité, il existe deux approches différentes. L’une d’entre elles nous dit que nous devons accepter pleinement notre situation. Tout est dans notre tête, nous disent-ils ; faire face à l’insatisfaction chronique est donc une question d’apprendre à être heureux avec ce que nous avons.

L’autre approche est totalement contraire. Si vous n’êtes pas satisfait de votre situation, changez-la, nous disent-ils. Fixez-vous un objectif, travaillez dur pour l’atteindre, et quand vous l’atteindrez, tout ira bien. Mais que se passerait-il si nous vous disions que la clé pour faire face à l’insatisfaction chronique est un mélange de ces deux approches ?

Pourquoi ressentons-nous de l’insatisfaction ?

Nous nous sommes tous sentis insatisfaits de quelque chose à certains moments. Personne n’a une vie parfaite. Cependant, le problème se pose lorsque ce sentiment domine le quotidien.

L’insatisfaction chronique est généralement liée à deux choses : ne pas accepter la réalité et ne pas travailler activement pour changer ce que nous n’aimons pas. Le secret que beaucoup de gens ne connaissent pas, c’est que les deux éléments sont cruciaux pour se sentir bien. L’application d’un seul des deux est une recette pour des émotions douloureuses, déprimantes et désagréables.

insatisfaction chronique et bonheur

Que se passe-t-il si vous n’acceptez que le présent ?

Imaginons d’une part que vous essayez simplement d’accepter ce qui vous arrive. Même s’il y a des éléments dans votre vie que vous n’aimez pas du tout, vous décidez d’arrêter de vous inquiéter à leur sujet. Après tout, profiter du présent tel qu’il vient est l’une des clés du bonheur.

De cette façon, vous vous forcez à cesser de vous inquiéter de ce que vous n’aimez pas. Si votre patron vous traite mal, vous tendez l’autre joue. Si vous n’avez pas assez de ressources pour avoir des enfants, abandonnez l’idée d’en avoir. Comment pensez-vous que vous vous sentiriez après avoir agi de la sorte ?

Vous aurez probablement l’impression de ne pas avoir le contrôle de votre vie. Vous allez vous sentir comme un bateau à la dérive, et à juste titre. L’acceptation est un outil très puissant, mais seulement de deux façons : comme point de départ du changement (si je n’accepte pas un problème, il me sera difficile de me mettre au travail pour le résoudre) et comme moyen d’assimiler ce que vous ne pouvez pas modifier.

D’autre part, il est probable que le fait de se résigner à tout ce qui vous déplaît, en faisant une fausse acceptation, finira par générer un grand malaise, basé sur la dissonance cognitive.

Est-ce que le fait d’agir, sans accepter ce qui se passe, est la clé du bonheur ?

Prenons maintenant l’exemple inverse. Imaginez que vous détestez votre situation actuelle et décidez de vous mettre au travail pour la changer. Cependant, vous n’acceptez pas que vous avez une partie de la responsabilité parce qu’il y a eu de nombreuses fois où vous n’avez pas fait preuve de tact.

À ce stade, vous pouvez vous mettre au travail pour faire la différence. Mais, sans accepter votre part, c’est beaucoup plus compliqué que l’effort que vous faites pour obtenir l’effet que vous voulez. Ainsi, le manque d’honnêteté envers vous-même vous conduira à prendre de mauvaises décisions, ce qui vous éloignera de plus en plus de ce que vous voulez.

Comment affronter à l’insatisfaction chronique ?

Si vous n’êtes pas satisfait de votre situation actuelle, la solution est de combiner les deux stratégies ci-dessus. Pour être vraiment bien, il est aussi nécessaire d’accepter ce qui nous arrive que de travailler activement à le changer. Bien que cela puisse sembler contradictoire, un exemple vous aidera à le comprendre.

insatisfaction chronique et responsabilité

Imaginez que vous avez un indice de masse corporelle (IMC) élevé et que vous aimeriez le réduire. De plus, vous pensez vraiment que vous seriez plus heureux si vous étiez en meilleure forme physique. Et bien, la première étape est de reconnaître, dans un dialogue sincère avec vous-même, que vous avez ce désir. Ou que vous ne l’avez pas, si vous ne l’avez vraiment pas. Dans un cas comme dans l’autre, le nier ne fera que vous aider à adopter des stratégies qui ne vous aideront pas.

Mais d’un autre côté, commencer à suivre un régime et à faire de l’exercice pendant que vous êtes torturé parce que vous avez atteint ce point ne vous aidera pas non plus. Se sentir mal à l’aise est un rocher contre sa propre motivation. Alors, si vous vous aimez vraiment, que devez-vous faire ?

  • Tout d’abord, acceptez que vous n’aimez pas votre corps (ou oui, si vous l’aimez). Vous avez un IMC élevé et vous aimeriez rester en forme.
  • Une fois que vous l’avez reconnu, assurez-vous que votre situation actuelle ne vous définit pas. Ce qui compte, c’est ce que vous faites pour le changer.
  • Ensuite, fixez-vous un objectif et commencez à travailler pour l’atteindre. Dans ce cas, vous pourriez changer vos habitudes alimentaires, par exemple, ou commencer à faire de l’exercice régulièrement. Il est préférable d’avoir recours à l’aide de quelqu’un qui connaît et qui veut vous aider.
  • Tout au long du processus, observez objectivement ce qui fonctionne et modifiez ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Gardez également à l’esprit que vous pouvez avancer lentement, que vous pouvez parfois reculer, mais que vous devez garder votre objectif en tête.

Si vous appliquez ces quatre étapes, l’insatisfaction chronique disparaîtra. Rappelez-vous simplement que le fait d’accepter la situation et de travailler à la changer sont deux étapes sur le même chemin. Il est difficile d’établir un plan d’action intelligent sans d’abord analyser et accepter la situation actuelle.