Comment entraîner son attention selon Daniel Goleman

21 avril 2019
Découvrez ici les précieux conseils de Daniel Goleman !

Pour entraîner son attention, selon Daniel Goleman, il faut se concentrer sur deux dimensions que nous pourrions identifier comme « l’interne » et « l’externe ». Dans un monde aussi rempli de stimulus, de pressions et de demandes, il signale que nous négligeons cet univers intérieur qui abrite nos sentiments, nos peurs et nos besoins. Nous oublions peut-être aussi de focaliser notre attention sur ces aspects essentiels de notre environnement.

Se focaliser, faire attention, se connecter, discerner, se concentrer, fixer son attention… Tous ces processus sont essentiels dans notre quotidien pour tirer le plus grand profit de notre réalité. Réfléchissons-y un instant. Des dimensions comme le stress, l’anxiété ou la dépression sont des états qui brouillent notre vision et nous poussent à confondre les détails avec les choses superflues.

Lorsque le cerveau maintient nos sens en alerte, en proie à des milliers de stimulus, alors qu’il s’occupe déjà de millions de pensées, de sensations, d’émotions et de préoccupations, le monde devient chaotique. Personne ne peut être productif dans un tel environnement. Qui plus est, personne ne sera heureux dans un micro-univers saturé où aucun rayon de lumière ne peut entrer.

Daniel Goleman a écrit Focus en 2013 avec un but précis : nous apprendre à entraîner notre attention pour sortir de ce labyrinthe de chaos et de souffrance. Dans un monde caractérisé par la distraction, nous sommes obligés de rediriger notre regard, de rester tranquilles et de faire attention à ce qui en vaut vraiment la peine.

entraîner son attention

Les clés pour entraîner l’attention selon Daniel Goleman

Selon Daniel Goleman, pour entraîner notre attention, nous devons identifier un point important. L’attention, tout comme la majorité de nos processus psychologiques de base, fonctionne comme un muscle : elle doit être entraînée.

Si nous la pratiquons au quotidien avec volonté et détermination, nous gagnerons en bien-être. La clé consiste donc à être conscients de ce besoin. Nous vous disons cela pour une raison bien précise qui se produit fréquemment.

Nos dispositifs électroniques sont chaque jour dotés d’une plus grande « intelligence ». Nos téléphones portables et nos ordinateurs remplacent progressivement ces processus que nous avions l’habitude de réaliser mentalement.

Nous sommes tellement conditionnés par ces dispositifs que notre attention est exclusivement liée à eux, au lieu d’être connectée à ces univers que Daniel Goleman considère comme essentiels : notre monde interne et notre contexte social le plus significatif.

Petit à petit, en négligeant ces sphères et en étant « contaminés » par autant de stimulation, d’informations, de pression et de données, nous finissons par être complètement épuisés (« infoxiqués »). Un « effort cognitif excessif » se produit alors. C’est un peu comme lorsque nous forçons trop sur le plan physique : nous ne pouvons pas en faire plus et nous affaiblissons.

Par ailleurs, cet épuisement nous rend plus vulnérables à certains états adverses : le stress, l’anxiété… Nous allons donc voir quelles sont les pratiques ou stratégies qui peuvent nous aider à entraîner notre attention.

La prise de possession de votre esprit

William James est l’une des plus grandes figures de l’histoire de la psychologie moderne. Il a défini l’attention d’une façon très juste et inspirante : il s’agit de la prise de possession par l’esprit, sous une forme claire et vive, d’un objet ou d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles.

  • L’attention est un outil de pouvoir. Elle consiste à fixer son regard, sa volonté et sa concentration sur un point concret. Pour que cette prise de possession ait lieu, nos émotions doivent être en harmonie, dans un état de calme.
  • Comprendre l’anatomie de l’attention nous aidera à l’améliorer.
entraîner son attention

 

La recette du contrôle de soi

L’entraînement de l’attention passe par la pratique du contrôle de soi. Nous avons tellement de stimulus autour de nous et tellement d’idées, de pensées et de sensations au fond de notre être que l’esprit devient progressivement plus erratique, moins concentré.

Des études comme celle réalisée à l’Université de l’Etat de Pennsylvanie (Etats-Unis) par la docteure Heather A. Wadlinger nous révèlent que l’attention est directement liée aux émotions. Par conséquent, en prenant soin de la première dimension, nous pourrons améliorer la seconde. Mais comment y parvenir ?

La recette du contrôle de soi pour entraîner l’attention et réguler les émotions passe, selon Daniel Goleman, par le mindfulness ou l’attention pleine. Ainsi, dans son livre The art of meditation, il nous apprend comment le faire et nous indique les bénéfices que nous obtenons grâce à l’exercice millénaire de la méditation.

Connexion intérieure et connexion extérieure

Celui/celle qui avance dans son quotidien en étant complètement déconnecté de sa réalité interne finit toujours par s’égarer. Ceux qui cessent de se connecter aux personnes qui leur importent véritablement et aux choses qui sont réellement précieuses dans leur environnement perdent en qualité de vie et en bonheur.

  • Nous devons être capables de nous écouter, de ne pas remettre à demain ce qui nous fait mal, nous dérange ou nous préoccupe dans le présent.
  • Nous devons aussi prendre pleinement conscience de nous-mêmes, à chaque instant, conscience de ce dont nous avons besoin, de ce que nous méritons, de ce qui se produit en nous.
  • Par ailleurs, un aspect que Daniel Goleman juge essentiel pour entraîner l’attention est le fait de prendre soin de notre empathie. Grâce à elle, nous parvenons à mieux nous connecter aux autres, découvrons ce qui est important en nous et chez ceux qui nous entourent.

 

Faites-vous ce que vous aimez ?

Aimez-vous ce que vous faites au quotidien ? C’est l’une des questions que Daniel Goleman nous pose dans son livre Focus. Le célèbre auteur de L’intelligence émotionnelle nous signale que beaucoup de gens passent une grande partie de leur temps à stresser ou à s’ennuyer.

Le simple fait de ne pas trouver un sens ou un but à notre vie affaiblit notre attention. Il n’y a rien de motivant, il n’y a aucun stimulus et cet éclat dans le quotidien qui nous pousse à être plus créatifs, à fixer notre regard sur ce qui nous intéresse perd du brio et de la force…

Nous avons souvent tendance à céder face à la réalité et à écarter l’idée de faire ce que nous aimons. Il est vrai que tout le monde n’a pas la chance d’avoir un travail passionnant ou une routine pleine de grands stimulus. Cependant, l’idéal est de trouver un équilibre. Nous devons avoir des buts, des activités qui nous passionnent et être entourés de personnes qui nous donnent de l’énergie et de la joie.

Les objectifs nous aident à fixer notre attention. Un état émotionnel favorable nous permet aussi de mieux gérer nos ressources attentionnelles. Ce sont assurément des petits aspects auxquels nous devons réfléchir pour améliorer notre qualité de vie. Faisons-le, entraînons notre attention, prenons soin de ne pas perdre notre enthousiasme vis-à-vis de la personne que nous sommes et de ce que nous avons.

 

  • Goleman, Daniel (2013) Focus: desarrollar la atención para alcanzar la excelencia. Kairós