Comment arrêter d’être une personne obsessionnelle

· 20 juin 2018

Nous connaissons tous des personnes qui pensent trop, au point qu’elles peuvent avoir des problèmes dans leur vie quotidienne à cause de cela. Il s’agit de personnes qui pensent beaucoup au même sujet. Elles éprouvent donc de l’anxiété, de la préoccupation extrême et du stress. Nous parlerons de personne obsessionnelle lorsque cela se produit régulièrement.

Nous verrons dans l’article d’aujourd’hui quelles sont les causes qui conduisent une personne à entrer dans ces types de cercles vicieux, ainsi que certaines des dernières théories sur le sujet.

Pourquoi les obsessions se produisent-elles ?

Les théories cognitives sur les troubles anxieux considèrent que les déficits dans le traitement de l’information constitue l’un des facteurs les plus importants pour l’origine et le maintien de ce type de trouble (Beck, Emery et Greenberg, 1985). L’intérêt pour les aspects cognitifs des personnes atteintes de trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est cependant récente. Il existe actuellement très peu d’études sur le traitement de l’information émotionnelle de la personne obsessionnelle.

personne obsessionnelle

Des recherches récentes ont montré que les personnes obsessionnelles ont des déficits dans les tâches conçues pour mesurer les distorsions et les biais cognitifs (Steketee, Frost, Rhéaume et Wilhelm, 2001). Les études menées sur le traitement des informations émotionnellement pertinentes indiquent que la personne obsessionnelle pourrait être plus sensible aux stimuli qui sont liés à ses peurs. 

La personne obsessionnelle entre dans un cercle vicieux lorsque ses réactions émotionnelles, provoquées par ses pensées sur ses peurs, sont similaires à celles qui se produisent face aux stimuli réels. Les obsessions se définissent comme des pensées, des impulsions ou des images récurrentes et persistantes qui sont vécues à un moment donné comme intrusives et inappropriées, et qui causent une anxiété ou une gêne significative.

Les pensées, les impulsions ou les images ne se réduisent pas à de simples préoccupations excessives sur les problèmes de la vie réelle. Elles vont beaucoup plus loin. La personne essaie d’ignorer ou de supprimer ces pensées, impulsions ou images, ou tente de les neutraliser par d’autres pensées ou actes.

L’objectif de ces actes ou comportements est la prévention ou la réduction du mal-être d’un événement ou d’une situation négative. Ces comportements ou opérations mentales ne sont cependant pas reliés de façon réaliste à ce qu’ils prétendent neutraliser ou de prévenir, ou sont manifestement excessifs.

« La passion est une obsession positive. L’obsession est une passion négative. »

Les obsessions, l’anxiété du 21ème siècle

Dans les dernières éditions, l’American Psychological Association (APA) a inclus le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Cela est dû à ses propriétés invalidantes, ainsi qu’à sa haute incidence dans la population ces derniers temps.

Les personnes souffrant de cette maladie se sentent prisonnières d’elle, répétant pendant des heures, dans les cas les plus extrêmes, une action spécifique sans aucun contrôle sur leurs actes. Ces personnes sont en outre plus sujettes à la dépression et à d’autres troubles psychologiques (tels que l’hypocondrie ou les phobies). Il s’agit d’une conséquence directe de l’anxiété produite par les TOC.

Selon les experts, les TOCs peuvent être classés en plusieurs catégories. Les plus importantes sont les suivantes :
  • Nettoyage ou obsession de l’hygiène
  • Vérification, insécurité et vérification constante des situations domestiques
  • Ordre, recherche de symétrie et de précision

Il existe cependant de nombreux autres types d’obsessions. Certaines sont typiques de la société moderne, notamment l’addiction aux réseaux sociaux. Leur ascension les a transformés en une autre forme d’obsession dans la mesure où se répètent les mêmes paramètres et les mêmes contraintes que dans les obsessions traditionnelles.

personne obsessionnelle

Les mêmes schémas de pensées, d’idées et de comportements se répètent dans les obsessions de la vie sentimentale. La particularité ici que nous cherchons à contrôler une autre personne au lieu d’un objet. Le désir incontrôlable d’être avec quelqu’un devient parfois une obsession si forte que nous finissons par le confondre avec l’amour.

Ce type d’obsession nous oblige à agir de manière compulsive pour obtenir ce que nous voulons, c’est-à-dire être avec la personne. Ces comportements obsessionnels finissent paradoxalement par éloigner définitivement la personne aimée.

« L’obsession implique que l’amour devient insatiable dans la relation. Un membre du couple n’est jamais satisfait de leur relation. Il ne peut rien faire sans son partenaire et montre une grande dépendance. »
-Walter Riso-

Traitements pour cesser d’être une personne obsessionnelle

Le traitement pour éliminer les obsessions est basé sur la modification des croyances erronées que la personne obsessionnelle a sur les intrusions de ses craintes. Nous essayons ainsi de réduire l’anxiété générée par les pensées.

Ce type de traitement tend également à éradiquer les obsessions impliquées dans le maintien des croyances de responsabilité (Salkovskis, Richards et Forrester, 2000). L’idée centrale du traitement cognitivo-comportemental est que les réponses émotionnelles et comportementales sont nuancées et fortement influencées par les cognitions et les perceptions.

personne obsessionnelle

L’objectif principal de cette approche comportementale est d’encourager la personne obsessionnelle à développer des schémas de comportement spécifiques qui conduisent à des changements dans la façon dont le patient se voit et voit le monde extérieur. L’accent devrait donc être mis sur le changement des processus mentaux et des pensées ainsi que sur la manière habituelle de se comporter de la personne.

Bibliographie

Beck, AT, Emery, G. et Greenberg, RL (1985). Troubles anxieux et phobiques : une approche cognitive. De base, New York.

Marié Martin, Y. (2008). Traitement émotionnel chez les personnes présentant des symptômes obsessionnels compulsifs.

Salkovskis, PM, Wroe, AL, Gledhill, A., Morrison, N., Forrester, E., Richards, C., et Thorpe, S. (2000). Les attitudes de responsabilité et les interprétations sont caractéristiques du trouble obsessionnel-compulsif. Recherche comportementale et thérapie,  38  (4), 347-372.

Steketee, G., Frost, RO, Rhéaume, J. et Wilhelm, S. (2001). Théorie et pratique de la thérapie cognitive du trouble obsessionnel-compulsif. Les troubles obsessionnels.

Vallejo Pareja, M. Á. (2001). Traitements psychologiques efficaces pour le trouble obsessionnel-compulsif. Psicothème ,  13 (3).