Comment aider efficacement une personne anxieuse

23 juin 2019
Une personne de votre entourage souffre d'anxiété et vous ne savez pas comment la soutenir ? Découvrez ici tous nos conseils !

Aider une personne anxieuse nécessite tact, empathie et intelligence. Il ne suffit pas de dire « calme-toi, çà va passer » ou « ce n’est rien, ce que tu devrais faire, c’est prendre les choses différemment« . En effet, celui qui souffre de cette affection est la cible d’une série de sensations physiques et émotionnelles l’empêchant de penser clairement.

Soyons clair. Lorsque nous parlons de stress ou de troubles de l’anxiété, les solutions mettent du temps à présenter des résultats. Il n’y a pas de conseils miracles ou de stratégies qui aient un effet immédiat en l’espace de deux minutes.

Pour commencer, le cerveau humain fonctionne différemment lorsque il est sujet à cette réalité psychologique. Toutes les structures cérébrales sont imprégnées de noradrénaline et de cortisol, deux hormones qui assombrissent nos pensées et ne nous font envisager que deux réponses : l’évitement et la fuite.

Si nous voulons aider une personne souffrant d’anxiété, tout d’abord, il est nécessaire de faire preuve d’empathie et de se montrer patient.

L’amygdale cérébrale et l’hippocampe prennent le contrôle absolu. Une personne anxieuse est donc envahie par la peur et a le sentiment d’être entourée de menaces.

De plus, et si cela ne suffisait pas, notre corps est également sujet à d’innombrables effets : tachycardie, transpiration, douleurs abdominales, tensions musculaires… Sachant tout cela, comment pourrait-on aider une personne avec anxiété en lui disant simplement « de se calmer » ?

Peu importe notre bonne intention ou notre tact. Parfois, de tels propos ne font que creuser le fossé qui nous éloigne de cette personne. Prenons donc connaissance des stratégies qui peuvent nous guider pour aider quelqu’un souffrant d’anxiété.

une personne anxieuse
1. Prendre conscience de la réalité personnelle de l’autre personne

Vivre avec une personne qui souffre d’anxiété n’est pas facile. Son humeur change, sa motivation s’estompe et ses messages et attitudes deviennent soudainement très négatifs. Une certaine hypersensibilité s’ajoute à cela. Elle sursaute à la moindre occasion, elle a du mal à se concentrer, est confuse et même de mauvaise humeur.

Si nous laissons ses émotions nous imprégner, nous ne gagnerons rien. Si nous baissons les bras et agissons de manière défensive face à chacun de ses symptômes, nous intensifierons encore plus l’anxiété et instaurerons un climat lourd et opressant.

Une personne proche traverse un moment compliqué. Elle souffre d’anxiété et, par conséquent, nous devons être plus sensibles et comprendre un certain nombre de choses.

  • Nous pouvons rechercher sur Google ce qu’est l’angoisse. Cependant, ce que nous pouvons lire ne correspond pas toujours à ce que cette personne proche expérimente
  • Pour commencer, il faut savoir qu’il existe de nombreux types d’anxiété : troubles paniques, anxiété généralisée, phobies, troubles obsessionnels compulsifs…
  • Il est conseillé de commencer par solliciter l’aide d’un professionnel. Ce n’est qu’à partir du moment où le diagnostic est posé que l’on peut comprendre ce qu’il se passe.

2. Surveiller le mode de communication

Lorsqu’il s’agit d’aider une personne anxieuse, certains n’hésitent pas à dire les phrases habituelles : « change d’attitude », « ressaisis-toi », « c’est toujours pareil avec toi, il y a des personnes qui ont de pires problèmes que toi », etc.

Ce genre de phrases s’apparente à un B52 qui bombarderait l’estime de soi de quiconque serait sujet à l’anxiété. En effet, une personne qui traverse cette passe ne se soucie pas du fait que d’autres traversent une période plus difficile encore. Elle ne se soucie pas de la faim dans le monde ou des guerres. Elle ne peut voir que sa propre (et étouffante) réalité intérieure.

Ceci devrait le style de communication que nous devrions appliquer :

  • Démontrer un soutien inconditionnel : « Lorsque tu as besoin de moi, je suis là pour toi. Je te soutiens et je t’aime. Je suis avec toi quoi qu’il arrive »
  • Ne pas juger : la personne anxieuse n’a pas cherché à se trouver dans cette situation et ne souhaite pas y rester
  • Normaliser la situation : souffrir d’un trouble anxieux n’est pas un stigmate. C’est une maladie à affronter, à traiter et à gérer. Nous ne devrions pas hésiter à en parler
une personne anxieuse

3. Etre patient, ne pas faire pression ou attendre des résultats rapides

Souvent, lorsque nous voulons aider une personne anxieuse, nous n’hésitons pas à acheter des livres, à rechercher des informations sur Internet. Ainsi, et avec toute la bonne foi du monde, nous n’hésitons pas à donner des conseils à la personne en question. Nous suggérons des techniques de respiration, de pleine conscience, de sport, de yoga …

Cependant, lorsque nous formulons ces suggestions, nous nous attendons à ce que l’autre personne les applique et à ce qu’elle voie des résultats immédiats. Cependant, cela n’arrive pas vraiment. Car vivre dans l’anxiété, c’est parfois souhaiter passer l’après-midi au lit dans le noir et en silence. Une telle attitude peut frustrer l’entourage.

Il faut aussi comprendre un autre aspect ; le processus de récupération dépend du sujet lui-même, et ses progrès se font par petites étapes.

Par conséquent, dans de tels cas, il est nécessaire de pratiquer l’empathie et d’être patient. Ne vous attendez pas à ce que la personne souffrant d’anxiété se conforme à chacune de vos suggestions. Ce dont elle a le plus besoin, c’est de notre compréhension et de notre proximité. Sans pression.

4. Apporter un soutien positif et opter pour un accompagnement spécialisé

Nous n’avons pas toujours la formation clinique spécialisée nous permettant de réagir efficacement à ce type de problème. Voici donc quelques conseils pour aider une personne souffrant d’anxiété :

  • Encourager la personne anxieuse à consulter un professionnel
  • Prendre conscience du fait qu’elle a besoin d’un diagnostic et d’une stratégie thérapeutique
  • La convaincre de suive les consignes de l’expert : aller en thérapie, prendre des médicaments si nécessaire, bien manger… Pour ce faire, nous veillerons, sans mettre la pression, à ce que tout cela soit bien respecté et appliqué

Finalement, en ce qui concerne les problèmes de santé mentale, nous ne sommes pas tous experts. Parfois même, en agissant de la manière la plus subtile possible, nous finissons par engendrer une réponse défavorable. Celle que nous voulions le moins susciter.

Pour aider une personne souffrant d’anxiété, nous devons normaliser la situation et faire appel à des professionnels. Ce n’est qu’alors que nous pourrons agir et communiquer de manière plus sûre, en ayant des propos pertinents et en donnant des conseils avisés. De même, partager avec elle chaque avancée et chaque victoire implique un renforcement stimulant permettant de percevoir le progrès et de régler efficacement chaque nouveau comportement, chaque nouvelle perception mentale.