Clonazépam (Rivotril) : qu’est-ce que c’est et à quoi sert-il ?

9 octobre 2019
Le clonazépam, en renforçant l'effet inhibiteur du GABA, diminue l'activité du système nerveux central en supprimant la propagation des crises.

Le clonazépam, ou Rivotril, est un médicament que l’on utilise largement et qui exerce son action sur le système nerveux central.

Dans cet article, nous verrons quels sont ses indications, ses effets et les précautions à prendre pendant le traitement.

Qu’est-ce que le clonazépam ?

Le principe actif clonazépam, également commercialisé sous la marque Rivotril, est une benzodiazépine utilisée principalement comme antiépileptique, tant pour les enfants et les adolescents que pour les adultes.

Nous pouvons trouver plusieurs présentations pharmacologiques de ce médicament : sous forme de comprimés et de gouttes orales. On peut aussi le trouver sous forme de préparation injectable pour administration intraveineuse ou intramusculaire.

La voie intraveineuse est habituellement utilisée pour le traitement de l’état épileptique. La voie intramusculaire doit cependant être réservée aux situations exceptionnelles.

Une boîte de comprimés de clonazépam

A quoi sert-il ?

Le clonazépam est une benzodiazépine et, à ce titre, a un effet antiépileptique, sédatif, relaxant musculaire et anxiolytique. Cependant, on l’utilise généralement surtout dans le traitement de l’épilepsie.

Les indications thérapeutiques du clonazépam, selon sa fiche technique, sont :

  • L’épilepsie du nourrisson et de l’enfant, en particulier
    • Petite maladie typique ou atypique
      Crise tonico-clonique généralisée
  • L’épilepsie chez l’adulte, en particulier
    • Crises convulsives focales
    • État épileptique

Il est particulièrement utile pour traiter les crises d’absence et les absences atypiques, bien qu’il soit également utilisé efficacement dans les crises de panique. Il a également une grande capacité à stabiliser l’humeur. On peut utiliser le clonazépam seul ou en combinaison avec d’autres médicaments.

Mécanisme d’action

Comme toutes les autres benzodiazépines, le clonazépam agit en augmentant la neurotransmission à médiation GABA. Le GABA est le neurotransmetteur inhibiteur de l’acide gamma-aminobutyrique. Ce médicament augmente l’affinité du récepteur GABA, ce qui potentialise ses effets à mesure que sa libération augmente.

Comme nous l’avons dit, le GABA est un neurotransmetteur inhibiteur qui détend l’excitation cérébrale et réduit l’activité des neurones. On en trouve en grande quantité dans notre corps. Il est lié à de nombreux troubles tels que la dépression, la schizophrénie, l’épilepsie, le trouble bipolaire, etc.

En ce sens, le clonazépam, en renforçant l’effet inhibiteur du GABA, diminue l’activité du système nerveux central en supprimant la propagation des crises, par exemple.

Les effets secondaires du clonazépam

Les effets indésirables les plus fréquents dans le traitement par le clonazépam sont :

  • Réactions allergiques
  • Troubles émotionnels et troubles de l’humeur
  • Confusion et désorientation
  • Dépression
  • Des réactions paradoxales, telles que :
    • Agitation et irritabilité
    • Comportement agressif
    • Agitation et nervosité
    • Hostilité
    • Anxiété
    • Troubles du sommeil
    • Délires et hallucinations
    • Modifications du comportement
    • Psychose
  • Somnolence
  • Diminution de la capacité de concentration
  • Troubles oculaires, comme le nystagmus
  • Faiblesse musculaire
  • Fatigue

En cas de détection d’effets indésirables découlant de l’administration du médicament, il faut consulter le spécialiste. Le changement de traitement ou l’ajustement de la posologie ne peuvent être décidés que par un professionnel de santé. Ceci devrait être individualisé pour chaque patient, en fonction de ses caractéristiques et de sa réponse au médicament.

Le traitement ne doit pas être interrompu sans indication médicale, car c’est une drogue qui peut entraîner une dépendance et générer un syndrome d’abstinence. Cela se produit surtout avec les traitements longs et les doses élevées, mais aussi lorsqu’il y a des changements soudains dans la dose.

Les symptômes de sevrage comprennent, sans toutefois s’y limiter :

  • Modifications comportementales
  • Anxiété
  • Troubles du sommeil
  • Symptômes gastro-intestinaux
  • Tremblements et crampes
  • Hallucinations
  • Crises d’épilepsie

Pour éviter cela, en cas de nécessité de suspendre le traitement, le spécialiste nous donnera les directives pour diminuer progressivement la dose. En cas de doute, il est toujours conseillé de le consulter.

Une femme anxieuse

Surdosage

De même, en cas de surdosage, il est fréquent d’observer des symptômes tels que somnolence, nystagmus, diminution de la coordination des mouvements ou troubles de la parole. Parfois, il est nécessaire d’appliquer un traitement pour combattre les symptômes. À d’autres moments, il est possible qu’il soit nécessaire d’administrer du flumazenil, un antagoniste des benzodiazépines.

Il convient également de noter que le clonazépam est un dépresseur du système nerveux central qui peut renforcer les effets de substances comme l’alcool. Il ne faut pas le combiner avec des boissons riches en caféine, par exemple.

 

  • Agencia Española de Medicamentos y Productos sanitarios (2017). Ficha técnica. Zyntabac. [Online] Disponible en: https://cima.aemps.es/cima/dochtml/ft/52334/FT_52334.html
  • Brotons, A., Ferrero, H., & Pol, E. Psiquiatría y cambio en el consumo de anticonvulsivantes en una década.
  • VASQUEZ, F. (2005). Reversor de benzodiazepinas en el intento de suicidio (Flumazenil). Revista de Neuro-Psiquiatría68(3-4), 172-181.
  • Cabrerizo, S., & Docampo, P. C. (2010). Alcohol y mezcla de fármacos: modalidad de abuso frecuente. Archivos argentinos de pediatría108(5), e111-e113.