Ce que j’aimerais que les gens comprennent sur la tristesse

· 6 avril 2016

Ce que j’aimerais que l’on comprenne sur la tristesse, c’est que nous avons le droit de la sentir et de la vivre, sans que l’on nous considère comme une personne fragile.

Notre monde se reconstruira à nouveau, pièce par pièce, quand nous nous serons confrontés à ses fluctuations et que nous aurons mieux compris nos démons.

Être triste, ce n’est pas être malade, ni être dépressif, ni avoir arrêté de lutter contre les difficultés de la vie.

La tristesse est une émotion, un état de moral ponctuel où le monde est immobilisé pour nous permettre de mieux le comprendre.

La tristesse, parfois, se cache derrière les sourires. C’est comme une passagère éternelle qui nous rend visite à sa guise pour nous rappeler que nous sommes des humains, et que de notre fragilité, peuvent émerger aussi beaucoup de forces.

S’il est évident que rester triste pendant une période prolongée peut déboucher sur la possibilité de souffrir de dépression ou de grande vulnérabilité, ce n’est pas systématique.

La tristesse va et vient, et parfois, même si nous essayons de lui trouver une origine, elle n’a pas d’explication : elle peut apparaître sans raison.

Ce sont des états émotionnels en chute qui apparaissent parfois, quand le brouhaha de la vie nous atteint, tout comme les rêves, les jours heureux et les rires, qui n’ont pas non plus toujours d’explications.

Il est nécessaire d’approfondir un peu plus cette émotion si commune dont il ne faut pas avoir peur.

Bonjour tristesse, aujourd’hui c’est ton jour

Fille-sur-passage-pieton-allee-d'arbres

Nous ouvrons les yeux le matin, et sans savoir pourquoi, nous ressentons cette sensation implacable qui nous coupe le souffle et qui nous fait plonger dans les souvenirs du passé.

La tristesse nous habille de son manteau froid et nous sommes alors comme paralysés.

Il se peut que vous fassiez partie des personnes qui se renferment dans un silence amer car elles savent que si elles prononcent un mot, les larmes couleront.

La tristesse fait partie de la vie, et nous pouvons dire sans nous tromper que c’est l’une des émotions parmi les moins comprises. Personne n’ose dire à voix haute « je suis triste », et nous préférons utiliser la dissimulation, le masque…

Encore pire, parfois, si nous osons le dire à quelqu’un, nous obtenons souvent la même réponse :“Allez, reprends-toi, la vie passe en un rien de temps, souris un peu !”. Mais ce n’est pas approprié à la situation.

La tristesse doit être comprise, et souvent, elle se résout en apprenant comment sourire à la vie. Voyons à présent quels sont les aspects essentiels que tout le monde doit comprendre.

La tristesse est une émotion aux nombreuses nuances.

Nous envisageons la tristesse comme une émotion négative, mais, même si elle est souvent associée à quelque chose de terrible, comme une rupture, une perte, un échec ou une déception, elle n’a pas toujours une origine « négative » en tant que telle.

  • Parfois, la tristesse est un simple abattement, une apathie, un besoin d’être seul avec soi-même et avec ses pensées.
  • Être triste n’est pas lié à la peur, au fait de vouloir fuir de quelque chose. Parfois, il y a des personnes qui ont tendance à mélanger la colère avec la tristesse (on m’abandonne et je réagis avec colère, mais tôt ou tard, j’accepterai la réalité en traversant une période de tristesse, avec toute sa douleur émotionnelle).
coeur-ouvert-qui-reprensente-la-tristesse-qui-part

Les déclencheurs de la tristesse ne peuvent pas toujours se définir.

Les raisons de la tristesse ne sont pas toujours très clairs, et nous en avons cités quelques uns : perte, échec, séparation, déception…

  • Il est fréquent que la tristesse apparaisse à la suite d’une expérience déterminée marquée par la colère, la peur… C’est le moment où le cerveau doit « accepter » ce qui s’est passé, et pour cela, il doit intérioriser et donner libre cours à ce qui est ressenti.
  • La tristesse peut apparaître à la suite d’un processus cognitif. Ce sont des instants où on valorise plutôt un aspect de sa vie présente ou passé, et que tout d’un coup, les émotions négatives prennent le dessus.
  • La tristesse peut aussi être présente sans que l’on comprenne très bien pourquoi. Parfois, c’est une simple baisse d’énergie, un regain de pessimisme, des facteurs climatologiques ou même un problème de santé.

La personne triste est reconnaissante de votre présence, de votre soutien et de votre intérêt, mais ne lui dites jamais qu’elle est « idiote » de se sentir ainsi.

  • Il est nécessaire de vivre cet instant et de le comprendre pour en débusquer l’origine. Et pour cela, si besoin, on peut recourir aux larmes.
  • Comprendre la tristesse suppose de faire un voyage intérieur et pour cela, nous avons besoin d’un temps limité par nous-même. Nous devons comprendre et nous reconstruire, et nous avons besoin de compréhension et de respect.
  • Toute émotion acceptée et comprise suppose le franchissement d’une étape vers le rétablissement, et il est nécessaire de savoir affronter toutes ses tristesses quotidiennes pour cela.
    Alors, ne les cachez pas derrière un masque, affrontez-les avant de vous représenter ce vide, petit à petit, avec un sourire mitigé qui s’élargira avec le temps.
Adieu tristesse, aujourd’hui, j’ai décidé de te faire face, d’ouvrir la fenêtre et de te laisser partir car j’ai appris à être fort, et parce qu’aujourd’hui, je suis rempli de nouveaux rêves et espoirs.
tristesse-2