Ce n'est pas ce que vous dites, mais comment vous le dites

La manière dont nous nous exprimons nous permet de transmettre bien plus que les mots eux-mêmes. Par conséquent, prêter attention au langage non verbal (y compris les émotions derrière ce que nous essayons de transmettre) est vital. Nous y réfléchissons dans cet article.
Ce n'est pas ce que vous dites, mais comment vous le dites
Gema Sánchez Cuevas

Relu et approuvé par Psychologue Gema Sánchez Cuevas.

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 23 mai, 2023

Dans Le Petit Prince, il est dit que « le langage est source de malentendus ». La phrase est très sage, si l’on tient compte du fait qu’il n’est pas facile de convertir nos pensées en mots et de les exprimer de manière à ce que notre interlocuteur les comprenne parfaitement. Ce que vous dites ne doit pas être compris selon votre façon de penser.

En fait, nos messages ne sont jamais compris à 100 %. Si quelqu’un dit, par exemple, « je suis amoureux », cela fait référence à une réalité qui sera difficilement comprise par l’autre.

« Je suis amoureux » peut être synonyme d’être enthousiaste, d’avoir atteint un lien très étroit avec son partenaire, ou simplement de se sentir très attiré par une autre personne. Il faudrait très bien connaître quelqu’un pour savoir ce qu’il dit quand il dit « je suis amoureux ».

« Quoi que vous pensiez, je pense qu’il vaut mieux le dire avec de bons mots. »

-William Shakespeare-

De même, les mots ne sont pas la seule source de communication car ils s’accompagnent d’attitudes, de gestes, de postures. Vous pouvez dire quelque chose avec votre langue et quelque chose de totalement opposé avec votre ton, votre regard ou votre attitude en général. Ainsi, apprendre à communiquer est un véritable art.

Ce que vous dites…

Le plus grand défi de communication survient lorsque l’on parle de notre monde intérieur. Surtout de nos sentiments, émotions ou perceptions. Outre le fait qu’il n’est pas facile de mettre tout cela en mots, il est impossible de se détacher des sentiments, des émotions et des perceptions que l’on peut générer en disant quelque chose. Pour communiquer, nous tenons toujours compte de la réaction que nous déclenchons chez ceux qui nous écoutent.

Nous ne communiquons pas seulement pour transmettre des informations, mais nous cherchons surtout à influencer, d’une manière ou d’une autre, nos interlocuteurs. Nous voulons qu’ils nous croient, nous admirent, nous valident, nous comprennent.

Mais, parfois, nous voulons aussi qu’ils nous craignent, nous obéissent, nous laissent nous imposer ou se sentent blessés. Nous en sommes parfois conscients, et parfois pas. Aussi étrange que cela puisse paraître, notre but en communiquant est parfois de créer de la confusion. On ne veut pas que les gens nous comprennent, mais qu’ils cessent de nous comprendre.

Femme triste et inquiète

Qu’y a-t-il derrière ce que vous dites ?

C’est précisément l’intention qui définit l’essence de chaque message. Vous pouvez flatter quelqu’un pour qu’il reconnaisse ses vertus, mais aussi pour flatter cette personne et la rendre plus vulnérable à une sorte de manipulation que vous souhaitez déclencher.

Cette intention, cependant, n’est même pas toujours claire pour nous-mêmes. Nous pensons que notre objectif est de « sortir quelqu’un d’autre de son erreur », mais nous n’avons pas envisagé la possibilité que l’autre ait raison.

Nous croyons que le but est de mettre à nu nos sentiments, mais nous ignorons le fait qu’au fond, ce que nous recherchons vraiment, c’est de la compassion ou du réconfort. Et si nous ne les obtenons pas, nous martelons qu’ils n’ont rien compris à ce que nous avons dit.

Au-delà des mots que vous dites

La communication humaine est un processus complexe, qui comporte toujours un certain degré d’incompréhension. Cela ne dépend pas seulement des mots que nous utilisons pour dire les choses (bien qu’ils soient très importants), mais d’innombrables circonstances.

Il faut tenir compte du moment, du lieu, de l’interlocuteur. Mais surtout, il doit y avoir un grand effort pour s’assurer, dans la mesure du possible, que nous disons vraiment ce que nous voulons dire.

Les êtres humains communiquent tout le temps. Avec l’expression de notre visage, la façon dont nous nous habillons, la façon dont nous marchons, notre regard et un long etcetera.

De cette manière, une bonne partie de nos messages sont délivrés au niveau de l’inconscient. Quand on dit que quelqu’un « nous donne un mauvais pressentiment », c’est parce qu’il nous a communiqué par ses gestes et ses attitudes qu’il n’est apparemment pas digne de confiance. Cela marche aussi pour le contraire. Ce que nous communiquons à tout moment sur nous-mêmes génère le précédent de liens constructifs, destructeurs ou neutres.

Communiquer avec affection

Les liens quotidiens, avec le boulanger par exemple, seront imprégnés de sensations et d’émotions auxquelles nous n’accordons probablement pas beaucoup d’importance. Mais lorsqu’il s’agit des grands liens dans nos vies, la question de la communication devient pertinente.

Les liens étroits sont pleins d’éléments communicatifs. Les mots, les silences, les regards, tout a en fait un sens.

C’est alors qu’il est plus important que jamais de générer des mécanismes pour que les messages circulent de manière saine. Pour y parvenir, il est important d’éradiquer certaines formes de communication et d’en favoriser d’autres.

Fondamentalement, il faut apprendre à communiquer avec affection. Faire allusion à ce que l’on ressent, de la manière la plus claire possible et éviter la funeste habitude de se référer à ce que l’autre ressent. Comment se fait-il que vous sachiez ce qu’une autre personne ressent, si vous ne savez probablement pas entièrement ce que vous ressentez vous-même ?

Ce n'est pas ce que vous dites, mais comment vous le dites

La communication agressive laisse toujours des traces profondes. Les seuls compagnons de la colère doivent être le silence et la pause. Sinon, il est fort probable que nous déformions ce que nous voulions vraiment dire. Lorsqu’une communication agressive se produit, l’interlocuteur peut se sentir mal à l’aise, blessé et contrarié. De cette façon, la seule chose que nous obtiendrons est le rejet de ces personnes à qui nous parlons mal.

Une bonne communication demande sérénité et pertinence. Trouvez le bon moment, le bon endroit et l’ambiance pour discuter de questions difficiles. Laissons nos affections couler spontanément lorsque nous sommes calmes et ouverts aux autres.

En réalité, ce qui entrave la communication n’est pas ce que vous dites, mais la façon dont vous le dites. Et ce qui enrichit un lien important, c’est d’avoir la délicatesse de choisir les meilleurs moyens de nous dire et de dire aux autres ce que l’on ressent et pense. De cette façon, quoi que nous disions, nous n’établirons aucun type de tension avec notre interlocuteur.

Aime-moi moins, mais aime-moi mieux

Beaucoup de gens disent que leur partenaire a un grand cœur, mais que leur caractère est insupportable. La manière d’être de beaucoup de gens les fait parler et dire les choses avec la même impulsion avec laquelle elles viennent à l’esprit. Le manque de tact est la raison pour laquelle de nombreuses relations se brisent. Il ne faut pas oublier que le respect, l’harmonie et une bonne communication sont essentiels dans une relation amoureuse.

Lorsque nous sommes incapables de parler à notre partenaire avec respect et calme, il est temps de s’arrêter et de réfléchir. Surtout si on nous a dit que notre manière de parler les blessaient. À maintes reprises, ceux dont les manières sont agressives nient le fait : « Je t’ai bien parlé, c’est toi qui m’as mal compris et qui t’offusques ». Cependant, ce qui se cache souvent derrière cette affirmation, c’est l’habitude d’être d’une telle manière et, de cette façon, nous ne sommes pas conscients de nos manières.


Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.