Avoir un travail et ne pas avoir de travail : deux grandes sources d'anxiété

Perdre son emploi peut être une expérience vraiment pénible. D'autre part, un certain travail peut aussi être une source importante de stress et d'anxiété. Comment pouvons-nous faire face à la pression d'un côté et de l'autre ?
Avoir un travail et ne pas avoir de travail : deux grandes sources d'anxiété
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 29 janvier, 2023

Lorsque nous rencontrons quelqu’un de nouveau, nous lui demandons généralement son nom ainsi que sa profession. Le travail n’est pas seulement un moyen de subsistance, d’obtention d’un salaire, c’est aussi un élément significatif pour nous et pour les autres, de bien d’autres façons.

Par exemple, notre travail est capable de conditionner complètement notre bien-être psychologique. Avoir un métier qui est en deçà de nos compétences, de notre formation et de nos aspirations peut devenir très frustrant. Être soumis à des conditions de travail précaires augmente le risque d’anxiété et de dépression.

Et que dire du fait d’être au chômage ? Le manque de travail nous fait tomber dans l’abîme de l’angoisse, de la faible estime de soi et du désespoir. Pour le meilleur ou pour le pire, ce qui nous donne un salaire façonne l’image que nous avons de nous-mêmes. De plus, dans le domaine de la santé mentale, nous savons que cette dimension est celle qui conditionne le plus souvent notre bien-être ou notre mal-être psychologique.

Le développement personnel va de pair avec le développement professionnel.

Homme pensant à l'effet d'avoir un emploi et de ne pas avoir d'emploi
Le travail est un pilier de notre santé psychologique.

Avoir un travail et ne pas avoir de travail, la boucle du malheur

Steve Jobs a dit que la seule façon de faire du bon travail est d’aimer ce que l’on fait. On ne peut pas lui donner tort mais parfois, malgré le fait qu’on aime son activité professionnelle et qu’on s’efforce de la réaliser de la meilleure façon possible, on ne se sent pas épanoui. Et on n’y parvient pas car il existe une infinité de facteurs qui réduisent, déforment et entravent ledit travail.

Nous avons été conditionnés à croire qu’un travail est avant tout une source de revenus, alors que c’est beaucoup plus. En effet, il ne suffit parfois pas d’avoir un bon salaire pour se sentir heureux et épanoui. Parce que… À quel prix obtient-on cette rétribution ? Au prix d’heures de travail infinies et avec une charge professionnelle élevée? En étant victime d’intimidation? En étant dans un environnement dangereux?

L’emploi construit notre identité et donne un fondement à nos vies (Gallo et al., 2005). Cependant, il y a aussi l’ironie subtile selon laquelle avoir un travail et ne pas avoir de travail sont les plus grandes sources d’anxiété chez les humains. Ce n’est pas parce que nous avons un travail que nous assurons notre satisfaction et notre bien-être mental. Et ne pas en avoir peut être aussi dévastateur que d’avoir un énorme contrat.

Le travail est un pilier fondamental de notre santé psychologique

Il est vrai que l’être humain ne doit pas orienter toute son existence vers le travail, mais quand ce dernier échoue, presque tout se met à vaciller. Le concept de soi tremble, les relations sociales et même la santé physique et mentale. Le psychologue David L. Blustein nous a expliqué dans un article de recherche que l’occupation professionnelle jouait un rôle central dans le développement et l’expression du bien-être psychologique.

Il le fait pour les raisons suivantes :

  • Le travail est le mécanisme par lequel nous parvenons non seulement à survivre, mais aussi à réaliser des rêves et à atteindre des objectifs personnels.
  • Il contribue à notre efficacité, il nous permet de nous sentir compétents.
  • C’est une dimension qui renforce notre image de soi. Nous nous percevons comme faisant partie de la société.
  • Un emploi nous permet d’acquérir des compétences, des apprentissages et des expériences qui retracent notre histoire de vie.

D’une manière ou d’une autre, notre travail de salarié ou de professionnel nous dépasse, nous pénètre et atteint les profondeurs de nos strates psychologiques. Pour cette raison, avoir un emploi et ne pas avoir d’emploi peuvent parfois générer le même niveau d’anxiété.

Perdre son emploi : une expérience traumatisante ?

Dans un rapport de la Mental Health Foundation de 2021, il est devenu clair que le chômage et l’incertitude professionnelle sont les principales sources d’anxiété pour la population générale. Environ 70 % des personnes voient leur santé mentale affectée par la perte d’emploi, et 25 % disent se sentir traumatisées.

Pour quelle raison? Pourquoi quelqu’un pourrait-il considérer la perte d’emploi comme un traumatisme ? En premier lieu, parce que tôt ou tard, le fonctionnement financier d’un foyer en sera affecté. À cela s’ajoute la perte d’un mode de vie et de la vision que nous avions de nous-mêmes. Nous brisons et laissons derrière nous une dynamique qui, jusqu’à il n’y a pas si longtemps, nous définissait. Lâcher prise sur tout cela peut être dévastateur.

Plus une situation de chômage ou une expérience de mauvaises conditions de travail dure, plus notre santé mentale est affectée.

Quand avoir un travail ne permet pas d’avoir une vie

Et parfois, une autre chose est possible… Vous avez un travail et celui-ci ne vous permet pas d’avoir la vie que vous vouliez. Peut-être qu’à un moment donné, vous rêviez d’atteindre telle position, telle catégorie ou telle place et, lorsque cela arrive, vous vous sentez déçu. Vous vous retrouvez plongé dans des conditions contraires à l’éthique et à la loi, dans un environnement sauvage et menaçant qui vous fait perdre le sommeil et vous fait craindre l’arrivée du lundi.

Lorsque le travail qui vous épuise s’allonge dans le temps, vous prenez conscience qu’au lieu d’avoir une vie, vous vous limitez à survivre. Vous savez que vous ne pouvez pas continuer comme ça, mais l’idée de ne pas avoir de travail vous donne la même angoisse. Ainsi, et presque sans savoir comment, vous êtes piégé à un carrefour existentiel des plus adverses.

fille pensant à l'effet d'avoir un emploi et de ne pas avoir d'emploi
L’incertitude professionnelle, la perte d’un emploi ou le sentiment que nous ne sommes pas heureux dans un travail sont l’une des plus grandes sources d’anxiété en ce moment.

Que pouvons nous faire?

Le fait d’avoir un seul travail à vie cesse progressivement d’être la norme. La plupart d’entre nous devront changer plusieurs fois de postes. Dans cette dynamique, les moments d’incertitude professionnelle se multiplient ; un fait immanent au changement qui met généralement à l’épreuve notre capacité d’adaptation, tant physique que mentale. Cependant, l’avenir de nos jeunes, par exemple, sera défini par ces hauts et ces bas, ces moments avec un salaire et ces mois où il faut lutter.

Compte tenu de ce scénario, nous pouvons développer de nouveaux outils, comme être plus compétitifs, créatifs ou innovants. Tout cela peut nous aider, mais s’il y a des compétences que nous devons intégrer, ce sont celles liées à l’aspect mental. Savoir gérer le stress et l’anxiété, être résilient ou avoir le soutien de nos amis dans les moments difficiles seront nos meilleurs sauveurs.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Blustein, D. L. (2008). The role of work in psychological health and well-being: A conceptual, historical, and public policy perspective. American Psychologist, 63(4), 228–240. https://doi.org/10.1037/0003-066X.63.4.228
  • Mental Health Foundation. (2021). Upheaval, uncertainty, and change: themes of adulthood. Author
  • Montgomery, S. M., Cook, D. G., Bartley, M. J., & Wadsworth, M. E. J. (1999). Unemployment pre-dates symptoms of depression and anxiety resulting in medical consultation in young men. International Journal of Epidemiology28(1), 95–100.
  • Moorhouse, A., & Caltabiano, M. L. (2007). Resilience and unemployment: Exploring risk and protective influences for the outcome variables of depression and assertive job searching. Journal of Employment Counseling44(3), 115–125.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.