Aspasie de Milet : biographie de la belle hétaïre

· 25 mars 2019
Savez-vous qui était Aspasie de Milet ?

Aspasie de Millet était une femme grecque qui a vécu au Vème siècle avant J-C. Le nom d’Aspasie signifie « la belle bienvenue ». Elle est née à Milet, tout comme certains des premiers philosophes grecs: Thalès, Anaximandre et Anaximène. Elle a ensuite abandonné sa ville natale pour aller vivre à Athènes alors qu’elle avait 20 ans.

On sait qu’Aspasie était une belle femme, très intelligente. Son père l’aurait poussée à se prostituer; cependant, contrairement aux pornai (les prostituées destinées aux hommes sans richesses), Aspasie de Milet avait une grande formation intellectuelle. Elle a donc rapidement fait partie des hétères ou hétaïres (femmes cultivées très respectées pour leur sagesse).

Les données sur la vie d’Aspasie sont un peu floues, même si son nom apparaît dans des œuvres d’auteurs comme Platon ou Aristophane. Aspasie a eu une grande influence sur la vie politique et culturelle d’Athènes en raison de sa relation avec Périclès.

Le nom d’Aspasie n’apparaît pas que dans des textes de l’Antiquité: on le retrouve aussi dans des oeuvres de l’époque moderne. Elle a en effet inspiré certains auteurs romantiques du XIXème siècle. Il est difficile de trouver des traces de sa biographie; la majorité des choses que nous savons se basent sur des suppositions. Nous vous invitons malgré tout à découvrir l’importance de cette femme de la Grèce Antique.

Vie d’Aspasie de Milet

Aspasie a commencé à diriger un bordel à son arrivée à Athènes. Les hommes des cercles les plus importants de la ville s’y rendaient. Parmi les visiteurs, on retrouvait des noms comme Socrate, Anaxagore et le gouverneur Périclès. On dit que ce dernier est tombé amoureux d’elle et en a fait son amante, en abandonnant son épouse légitime pour elle.

Aspasie de Milet a alors été victime de ridiculisation. Le poète comique Hermippos l’a forcée à comparaître devant la justice avec une double inculpation: impiété et libertinage. Périclès l’a cependant aidée pour qu’elle ne soit pas condamnée et a obtenu le pardon de ses juges.

Périclès II est né de l’union entre Aspasie et Périclès. On dit qu’Aspasie a été son maître en plus d’être sa mère. Elle s’est mariée avec Lysiclès après être devenue veuve et Poristès est né de ce mariage.

Aspasie de Milet et Socrate

Être une femme en Grèce

Plusieurs auteurs contemporains l’ont citée dans leurs textes. Certains l’ont jugée par sa profession et d’autres ont souligné sa beauté, son intelligence et son habileté dans les arts du langage. Aspasie de Milet a été une femme très importante dans l’Antiquité, mais sous quelles conditions a-t-elle atteint cette reconnaissance?

Il faut tout d’abord s’intéresser à la vie des femmes grecques. Celles-ci rencontraient de nombreux obstacles et connaissait beaucoup de restrictions et d’interdictions dans la polis. Les femmes n’avaient pas de droits civils, leurs tâches se limitaient à s’occuper de la maison et de l’éducation des enfants. Elles étaient exclues de la vie publique et ne quittaient leur maison que pour assister à des grandes fêtes. Il est cependant possible que la situation ait été différente à Milet et que les femmes y aient connu une plus grande liberté qu’à Athènes.

Être une femme signifiait appartenir à quelqu’un; les grands hommes avaient le droit d’avoir plusieurs femmes. En d’autres termes, elles étaient vues comme une sorte de « prix » ou de reconnaissance.

« L’amour a été l’opium des femmes, comme la religion est l’opium des masses. Il maintient les femmes dans la dépendance. »

-Kate Millett-

Les étiquettes d’Aspasie de Milet

En plus d’être une femme, Aspasie a dû vivre avec une autre étiquette: être une étrangère. Pour les Athéniens, les étrangers ne pouvaient pas, comme les femmes, participer aux décisions de la ville. Notre protagoniste réunissait donc ces deux conditions, ces deux formes d’altérité dans une société basée sur la prédominance de l’homme. Cependant, Aspasie a reçu une formation éducative différente de celle des Athéniens: elle a grandi avec une plus grande liberté et une plus grande culture.

Aspasie de Milet, même en étant une femme et une étrangère, ne se soumettait pas aux tâches qui lui étaient assignées. Elle a même participé à quelques-unes des tâches associées aux hommes. L’historienne Eva Cantarella signale que, dans la Grèce du moment, les hommes pouvaient avoir trois types de femmes: épouse (descendance), concubine (relations sexuelles) et hétaïre (obtention de plaisir).

Aspasie portait donc une étiquette supplémentaire: celle d’hétaïre. Cette étiquette n’était cependant pas négative, comme nous pourrions le croire. Les hétaïres étaient les seules femmes véritablement libresElles pouvaient sortir, participaient aux banquets aux côtés des hommes et « recevaient même des invités » si elles avaient la chance d’être entretenues par un homme puissant. Elles constituaient une exception à Athènes et étaient très différentes des épouses légitimes des hommes.

Les hétaïres, sur le plan de la formation, se situaient bien au-dessus des femmes mariées. Les politiciens et philosophes les appréciaient pour leur talent d’interlocutrices. Aspasie de Milet était particulièrement spéciale parmi les courtisanes car elle bénéficiait de la confiance de nombreux intellectuels et hommes importants.

Ce travail lui a valu de nombreuses critiques mais il lui permettait de fréquenter les hommes les plus importants de l’époque, comme Socrate, qui sollicitait ses services et recommandait à ses disciples d’étudier avec elle.

« L’homme qui sait penser mais ne sait pas exprimer ce qu’il pense est au niveau de celui qui ne sait pas penser. »

-Périclès-

Une grande oratrice

Les hétaïres avaient reçu une éducation importante en rhétorique et en art oratoire. Aspasie n’était pas une exception. On raconte que Socrate était fasciné par son intelligence. 

Grâce à cette habileté, elle a obtenu une certaine reconnaissance et a conquis le gouverneur Périclès, qui était aussi bien attiré sur le plan érotique que sur le plan amoureux. On raconte qu’il a abandonné son épouse légitime et a fait d’Aspasie son épouse illégitime ou concubine à cause de sa condition d’étrangère.

Les auteurs comiques de l’époque, comme Aristophane, signalaient de façon critique le fait qu’Aspasie écrive les discours de Périclès et ait une influence sur la politique de son époux.

Après la mort de Périclès, Aspasie a pris pour amant le marchand de moutons Lysiclès, un homme de basse condition qui, grâce à elle, a réussi à jouer un rôle politique important à Athènes pendant un certain temps. Aspasie a ainsi démontré son habileté dans les relations politiques et son influence pour atteindre le pouvoir.

Que savons-nous de ses discours ?

Etudier le rôle des femmes dans la Grèce Antique implique de faire face à une absence de preuves textuelles de leur travail. C’est pour cela que nous devons étudier scrupuleusement l’histoire de leurs vies, qui se trouvent presque toujours dans les témoignages -pas toujours fiables- d’autres penseurs.

Aspasie de Milet avec un philosophe

 

 

Dans un passage de son discours rhétorique, elle demande à Xénophon et Philésie s’ils préféreraient les époux de leurs voisins si ceux-ci étaient meilleurs que les leurs. Voyant qu’aucun ne lui répond, elle leur dit:

« Vous, Philésie, vous désirez d’avoir le mari le plus digne d’estime, et vous, Xénophon, la femme la plus vertueuse. Si donc vous ne faites pas en sorte chacun de votre côté que l’on ne puisse trouver ni un homme meilleure, ni une femme plus accomplie, vous regretterez toujours de ne pas posséder ce qui vous paraîtra le plus parfait; votre vœu sera toujours d’être vous, Xénophon, l’époux de la femme la plus vertueuse, et vous, Philésie, l’épouse de l’homme le plus digne d’estime ».

On voit ici le goût d’Aspasie pour les mots. Cette composition rhétorique n’est pas un argument qui exprime une véritable logique: c’est un discours qui est plaisant à l’oreille et qui invite à faire des efforts dans la vie de couple. Une chose similaire se produit avec l’Oraison funèbre de Périclès, qui a été présenté aux personnes proches de combattants décédés, et Aspasie confond les personnes en mêlant des choses vertueuses avec des choses réelles sans vertu.

Figure féministe

Aspasie de Milet a été l’un des personnages les plus emblématiques de la Grèce du Vème siècle av. J-C. Ses caractéristiques ne s’ajustaient pas au rôle traditionnel de la femme qui, à Athènes, était vue comme une bonne épouse honorable. Le seul rôle de la femme était d’être l’ombre de son époux et de passer inaperçue. L’image d’Aspasie contrastait avec celle de la majorité des femmes athéniennes de la seconde moitié du Vème siècle.

Aspasie a été une figure clé dans la sphère culturelle de la démocratie à Athènes. Elle a joué un rôle fondamental dans la naissance de l’émancipation de la femme. Grâce aux leçons qu’elles donnaient à de jeunes Athéniennes, elle leur a permis d’intervenir dans la vie publique de la ville. Par ailleurs, à travers ses discours, elle revendiquait discrètement la dignité de la femme.

Aspasie de Milet est donc la principale représentante d’une nouvelle façon d’interpréter l’Athènes de Périclès. Elle a réussi à démontrer qu’il y avait bien une place pour les femmes dans la société.

 

  • Calvo Martínez, J.L., (1995): La mujer en la época helenística” en Hijas de Afrodita: la sexualidad femenina en los pueblos mediterráneos. Madrid, Ediciones Clásicas.
  • Cantarella, E., (1991): La calamidad ambigua; Condición e imagen de la mujer en la antigüedad griega y romana. Madrid, Ediciones clásicas.
  • Gleichauf, I., (2010): Mujeres filosofas en la historia: Desde la antigüedad hasta el siglo XXI. Barcelona, La Desclosa.
  • González Suárez, A., (1992): Lo femenino de Platón. Madrid, Universidad Complutense, pp. 34-35.