Antidépresseurs et alcool : comment interagissent-ils ?

19 juillet 2019
La combinaison entre antidépresseurs et alcool a des effets très importants sur notre organisme. Découvrez comment interagissent ces substances.

Bien souvent, on s’interroge sur l’impact de la consommation d’alcool sur le succès des traitements médicamenteux.

Dans le cas de la combinaison entre antidépresseurs et alcool, nous devons avoir en tête le fait que ces substances sont psycho-actives, ce qui peut avoir des conséquences très néfastes sur notre organisme.

La consommation de ces deux substances est très fréquente dans notre société. En effet, il n’est pas rare de trouver des personnes dépressives qui consomment de l’alcool. Il n’est pas non plus rare de trouver des personnes alcooliques qui souffrent de dépression. Cependant, il est important de connaître les effets et les conséquences de cette combinaison. Apprenez en davantage dans cet article.

Qu’est-ce que l’alcool et comment agit-il ?

Lorsque nous parlons d’alcool, nous faisons référence à l’alcool éthylique ou à l’éthanol. L’alcool est une substance psycho-active que l’on trouve dans les boissons alcoolisés telles que le vin, la bière, les liqueurs ou les spiritueux.

Dans notre organisme, l’alcool agit en affaiblissant le système nerveux central. Concrètement, il inhibe les récepteurs GABA-A du neurotransmetteur GABA (acide gamma amine-butyrique).

antidépresseurs et alcool : effets

Certains effets de sa consommation en grande quantité peuvent être :

  • Désinhibition combinée à l’euphorie
  • Somnolence
  • Vertiges
  • Diminution des réflexes
  • Ralentissement des mouvements

L’alcool agit sur les mêmes récepteurs que de nombreux médicaments psychotropes. Dans certains cas, ses effets peuvent donc être similaires. Les benzodiazépines sont un exemple de médicaments agissant de manière similaire à l’alcool.

Antidépresseurs et alcool

Généralement, la consommation d’alcool est contre-indiquée lors de traitements pharmaceutiques. Dans le cas d’un traitement antidépresseur, la contre-indication est d’autant plus forte.

Comme nous avons pu le voir, certains antidépresseurs agissent en utilisant le même mécanisme que celui utilisé par l’alcool. La combinaison d’antidépresseurs et d’alcool suppose donc l’augmentation des effets individuels de chaque substance.

La conséquence la plus importante de la combinaison des deux substances est la réduction très profonde de l’activité du système nerveux central. Cela suppose une augmentation des symptômes dépressifs ainsi qu’une augmentation de la désinhibition et des comportements violents et incontrôlables.

De la même manière, les effets sédatifs suivant sont renforcés :

  • Diminution de l’état d’alerte
  • Augmentation de la somnolence
  • Diminution de la coordination et du contrôle des mouvements
  • Diminution et ralentissement des capacités motrices
  • Ralentissement des réflexes
  • Diminution de la capacité de mémoire

D’autre part, une augmentation des effets psychotropes se produit. Elle est le résultat de la capacité de certains médicaments antidépresseurs, telles que les IMAOs, à inhiber l a métabolisation de l’alcool par le foie. Ils inhibent ainsi les réactions d’oxydation métabolique de substances telles que l’alcool ou d’autres substances. Leurs effets sur le système nerveux central sont donc multipliés.

Une autre conséquence importante associée à la combinaison d’alcool et d’antidépresseurs est l‘intensification de leurs effets secondaires. L’altération du sommeil est un bon exemple de cette information.

effets secondaires des antidépresseurs

Antidépresseurs pour le traitement de l’alcoolisme

L’alcoolisme est une pathologie complexe sur laquelle agissent plusieurs facteurs. Comme nous l’avons mentionné auparavant, cette maladie est étroitement liée à la dépression. Certains symptômes de l’alcoolisme se traitent d’ailleurs avec des psychotropes tels que les anxiolytiques ou les antidépresseurs.

On étudie actuellement l’effet de la consommation d’antidépresseurs dans le processus de désintoxication du tabac. La trazodone, la venlafaxine et la fluoxetine sont des exemples de médicaments utilisés.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ISRS, ont démontré être efficaces sur les symptômes du syndrome d’abstinence à l’alcool ainsi que sur la réduction du craving.

Les antidépresseurs sont également utiles lorsque, lors du traitement contre l’alcoolisme, des épisodes dépressifs sévères interviennent. Il existe d’ailleurs de nombreux cas de patients souffrant à la fois de dépression et de dépendance à l’alcool. Le traitement de ce type de patient représente un véritable défi.

En conclusion, la combinaison d’antidépresseurs et d’alcool a des effets importants sur notre organisme. Nous devons connaître leurs conséquences et éviter les complications qui peuvent se présenter. Pendant un traitement pharmacologique, il est fondamental de suivre les directives du spécialiste et de poser les éventuelles questions que nous pouvons nous poser.

 

  • Romero, C., & González, J. B. (2005). Antidepresivos: revisión. Farmacia profesional19(10), 76-80.
  • Bolet Astoviza, Miriam, & Socarrás Suárez, María Matilde. (2003). El alcoholismo, consecuencias y prevención. Revista Cubana de Investigaciones Biomédicas22(1).
  • Marusić, Srdan, Thaller, Vlatko, & Javornik, Nenad. (2004). Psicofarmacoterapia en el tratamiento de los trastornos relacionados con el alcohol. The European journal of psychiatry (edición en español)18(4), 249-258.