Accepter les émotions négatives peut-il vous rendre plus heureux ?

17 juin 2019
Bien qu'il soit désagréable de vivre des émotions négatives, apprendre à les accepter peut apporter de nombreux avantages.

Vivre des émotions négatives n’est pas agréable et même parfois douloureux, surtout si l’on considère que notre cerveau a tendance à rechercher le plaisir et à éviter la douleur. Par conséquent, l’acceptation d’émotions négatives peut être compliquée, même s’il est vrai que cela a incontestablement un impact positif sur notre bien-être.

On a tendance à réprimer les émotions telles que la peur, la tristesse ou la colère – classées comme négatives. Le problème est que cette répression a des conséquences à long terme, tant physiques que mentales. Parce que le fait de les éviter ou de les rejeter n’implique pas qu’elles disparaissent, bien au contraire. D’une manière ou d’une autre, elles s’accumulent en nous et génèrent une plus grande souffrance.

Ainsi, la confrontation constructive de nos émotions négatives peut nous aider à évoluer, à atteindre des objectifs cruciaux dans la vie, à maintenir des liens sains avec les autres et, surtout, à apprendre à nous connaître. Allons plus loin sur ce sujet.

accepter ses émotions négatives
Accepter les émotions négatives sans les juger

La colère, la peur ou la tristesse sont des émotions qui font partie de notre vie quotidienne. Cependant, tout comme elles nous disent quelque chose sur nous-mêmes et sur les besoins que nous avons lorsque nous les vivons, elles causent aussi souvent du stress ou de l’anxiété si nous ne savons pas comment les gérer. C’est pourquoi elles sont souvent évitées, ignorées ou que nous nous les interdisons.

De fait, les émotions négatives peuvent être saines pour nous. Gérer ces émotions sans les nier ou les juger peut être mieux que de les ignorer.

Apprendre à gérer les émotions négatives est sans aucun doute un apprentissage complexe, car il s’agit de les affronter, de les analyser et de réfléchir à ce qu’elles veulent nous transmettre. Cela ne veut pas dire que nous devons être permissifs avec elles. Mais plutôt que nous savons comment agir face à elles, que nous sommes conscients de ce que nous sommes en train d’expérimenter et des raisons pour lesquelles nous les ressentons.

Gérer les émotions négatives, c’est ne pas les laisser nous envahir, mais les garder sous contrôle sans nier que nous les ressentons.

La différence entre l’acceptation et la souffrance

Il est important d’essayer d’être conscient de la différence entre accepter les émotions négatives qui peuvent nous faire souffrir et l’expérience de la souffrance que nous nous imposons.

L’acceptation est étroitement liée à l’équilibre. Pour autant, la culture occidentale d’aujourd’hui a tendance à exiger que nous essayions de rester constamment heureux. Il s’agit pourtant d’une attente irréaliste qui peut nuire à notre bien-être psychologique.

L’équilibre réside dans une vie faite de positivité et de négativité, dans une juste mesure. En effet, la combinaison des deux extrêmes peut nous aider à insuffler une satisfaction tranquille dans notre vie.

Cependant, il s’agit d’un processus qui demande du temps et du travail. Il n’est pas facile d’accepter des émotions négatives, car l’acceptation, comme toute autre habitude cognitive, est une habileté qui se perfectionne et se développe avec le temps.

« La douleur est inévitable, mais la souffrance est facultative. »

-Bouddha-

Des stratégies pour mieux gérer les émotions négatives

Plusieurs stratégies ont été explorées et développées pour accepter et traiter les émotions négatives. Pour autant, il existe un groupe spécifique d’approches qui gagne en popularité. Dans l’étude menée par Ceri Sims, ces approches sont désignées sous le nom de TEARS HOPE.

TEARS : Des larmes

  • T – Teach and Learn (enseigner et apprendre). Cette stratégie implique de travailler sur la conscience de soi et d’accroître les connaissances sur le corps et l’esprit, ainsi que sur la façon dont ils réagissent tous deux à différents états émotionnels. De cette façon, il sera plus facile de comprendre quand vous êtes contrarié et pourquoi, en plus de savoir comment interpréter les signaux que le corps envoie.
  • E – Express and enable sensory and embodied experiences (exprimer et permettre des expériences sensorielles et incarnées). Cette technique est basée sur l’encouragement de l’ouverture et de la curiosité intérieure pour augmenter l’acceptation de ce qui se passe dans la vie quotidienne.
  • A – Accept and befriend (acceptez et devenez votre ami). Il s’agit d’accroître l’auto-compassion et la tolérance à la frustration.
  • R – Re-appraise and re-frame (réévaluer et recadrer). Cette technique consiste à apprendre à voir les choses différemment. Des approches cognitivo-comportementales peuvent être utilisées à cette fin.
  • S – Social support (soutien social). Cette stratégie met en exergue le besoin d’accroître les sentiments de connexion avec les autres et d’auto-compassion, tout en investissant des efforts dans l’amélioration de nos relations personnelles. La méditation et la pleine conscience peuvent y contribuer.
émotions négatives et positives

 

(of) HOPE : « (d’)espoir ».

  • H – Hedonic wellbeing/happiness (bien-être hédoniste/bonheur). La science montre qu’il peut être bénéfique de maintenir un rapport de 3 à 1 entre les émotions positives et les émotions négatives. Cela signifie qu’il est important de manifester des expériences positives au quotidien, de se concentrer sur des souvenirs heureux et de savourer les succès. Mais également d’augmenter le temps passé dans un état d’esprit positif et d’essayer de compenser les émotions négatives.
  • O – Observe and attend to (observer et prendre en charge). Cette technique met l’accent sur la pratique de la pleine conscience. Pour y parvenir, nous devons cesser d’accorder trop d’attention aux choses qui ne sont pas vraiment importantes.
  • P – Physiology and behavioral changes (physiologie et changements comportementaux). Il est habituellement productif de se concentrer sur la relaxation, les exercices de respiration et les soins personnels.
  • E – Eudaimonia (eudémonisme). Cette technique implique un sens de l’authenticité et la recherche d’objectifs personnels dans la vie.

Accepter les émotions négatives vous aide à vous sentir mieux

La plupart des professionnels de la santé mentale s’accordent pour dire que le fait d’accepter les émotions négatives sans les juger peut être l’un des meilleurs moyens d’améliorer le bien-être psychologique général. Pour cette raison, il est courant pour les psychologues de recommander d’expérimenter les émotions négatives afin de les gérer.

Ainsi, une clé importante pour améliorer le bien-être émotionnel réside dans l’acceptation, en premier lieu, du fait que nous luttons contre les émotions négatives. A ce propos, Iris Mauss, professeure agrégée de psychologie à l’UC Berkeley, explique que « les personnes qui acceptent habituellement leurs émotions négatives vivent moins ce type d’émotions, ce qui est équivaut à une meilleure santé psychologique« .

De plus, selon plusieurs études, les personnes qui ont tendance à être moins bouleversées par les sentiments négatifs qu’elles éprouvent peuvent ressentir des niveaux de bien-être plus élevés que celles qui sont plus susceptibles de constamment se reprocher des choses à elles-mêmes.

Comme nous le voyons, accepter les émotions négatives et travailler avec elles est fondamental pour ressentir du bien-être.

 

  • Cacioppo JT, Gardner WL, Berntson GG. El sistema de afecto tiene componentes de procesamiento paralelos e integrativos: la forma sigue la función. Revista de Personalidad y Psicología Social. 1999; 76 (5): 839-855.
  • Cámaras R, Gullone E, Allen NB. Regulación emocional plena: una revisión integradora. Revisión de la psicología clínica. 2009; 29 (6): 560–572.
  • Sims, C. (2017). Second wave positive psychology coaching with difficult emotions: Introducing the mnemonic of ‘TEARS HOPE’. The Coaching Psychologist, 13(2), 66-78.