La tristesse des éléphants, une histoire vraie

· 27 avril 2019
Les protagonistes de l'histoire de la tristesse des éléphants sont Lawrence Anthony, un écologiste africain et un groupe d'éléphants rebelles avec qui il a vécu et parlé comme s'ils étaient humains.

L’histoire de la tristesse des éléphants est l’un de ces faits réels qui défient la fiction. En effet, certains éléments qui se sont produits au cours de cette histoire demeurent toujours inexpliqués. Ils se sont simplement déroulés ainsi, et nous ne savons toujours pas pourquoi.

Tout commence avec un homme nommé Lawrence Anthony, né en Afrique du Sud en 1950. Il était le fils d’un prospère mineur écossais qui avait quitté son pays natal pour tomber amoureux de l’Afrique. Lawrence a hérité à la fois de l’industrie minière et de l’amour de la nature qui a tant marqué son père.

Lawrence Anthony est devenu biologiste, puis conservationniste. Il avait un faible pour les éléphants, l’une des espèces les plus menacées au monde. C’est pourquoi il a fait tous les efforts possibles pour les protéger. Ainsi commence l’histoire de la tristesse des éléphants.

« Nos compagnons les plus parfaits n’ont jamais moins de quatre pattes. »

-Colette-

la tristesse des éléphants est une histoire vraie

La tristesse des éléphants

Avant de continuer avec l’histoire de Lawrence Anthony, évoquons d’abord les éléphants. Cette espèce est plus connue pour les spectacles de cirque auxquels elle est obligée de participer, que pour ses facultés extraordinaires, qui méritent pour d’être célébrées. Son évolution n’est comparable qu’à celle des chimpanzés et des dauphins.

Les éléphants ont un gros cerveau. De fait, aucun autre animal terrestre n’a un cerveau de cette taille. Cela en fait des animaux très intelligents. Et nous ne faisons par uniquement référence à leur mémoire impressionnante, mais aussi à leurs comportements sociaux, extrêmement sophistiqués.

L’un des aspects les plus frappants des éléphants est qu’ils sont l’une des rares espèces à vivre le deuil de leurs morts. La tristesse des éléphants s’exprime par de petits rituels funéraires lorsque l’un de leurs compagnons meurt. Il n’est pas nécessaire qu’il provienne de leur troupeau. Quand ils trouvent un cadavre, ou des os d’un des leurs, ils y restent un moment, l’entourant, dans une sorte d’hommage.

Les éléphants en danger

Revenons maintenant à Lawrence Anthony. Son nom a commencé à devenir célèbre pour un événement qui a eu lieu en 1999. Dans un petit village appelé Zuzulanda, une offre inhabituelle est apparue : un troupeau d’éléphants serait donné à qui le voulait. Le problème est qu’il s’agissait d’un groupe plutôt conflictuel, au point qu’ils étaient considérés comme des « éléphants sauvages ». Ils brisaient des choses, n’obéissaient à personne et s’enfuyaient dès qu’ils le pouvaient.

Lawrence Anthony a décidé de relever le défi. Il a adopté le troupeau d’éléphants et est allé avec eux dans la réserve qu’il avait lui-même construite : Thula Thula, qui signifie « paix et tranquillité ».

Il remarqua que Nana, la matriarche du troupeau, était l’une des plus rebelles. Elle portait des marques de maltraitance et s’enfuyait dès qu’elle le pouvait. Lawrence a décidé de dormir chaque nuit dans le troupeau, avec son assistant David et son chien. Une clôture délimitait le terrain.

Chaque matin, Nana faisait la queue avec les autres éléphants. Son intention était de démolir la clôture. Cependant, l’histoire de la tristesse des éléphants nous raconte que Lawrence leur parlait régulièrement du danger qu’il pourrait courir s’il s’enfuyait de la réserve.

Nana commença à être curieuse, sentiment qui allait rapidement céder sa place à de l’affection. Ils ont cessé d’être un troupeau d’éléphants rebelles et sont devenus de grands amis de leur gardien.

tristesse des éléphants et Lawrence Anthony

Des événements étranges

Lawrence a réussi à apaiser ces éléphants soi-disant sauvages. Plus tard, il a accompli d’autres exploits, comme le sauvetage de plusieurs spécimens du zoo de Bagdad pendant la guerre en Irak. Il a également sauvé d’autres éléphants dans le contexte de la guerre au Congo. Il a écrit plusieurs livres sur ses expériences et s’est particulièrement intéressé à la façon dont les éléphants communiquent.

Le 2 mars 2012, Lawrence Anthony est mort d’une crise cardiaque. Ainsi commença l’épisode le plus étonnant de l’histoire de la tristesse des éléphants. Il s’avère que deux jours après sa mort, les éléphants sauvages qu’il avait sauvés sont arrivés chez lui, le lendemain de son décès. Les deux troupeaux étaient dirigés par une matriarche. Les éléphants ont marché plus de 20 kilomètres pour s’y rendre et étaient au total 31 spécimens.

Ils étaient tous en file indienne. Ils ont encerclé la maison et y sont restés deux jours, n’acceptant ni de manger ni de boire. C’était peut-être leur façon d’exprimer leur tristesse, leur façon de dire leur dernier adieu à leur grand ami. Le troisième jour, ils partirent avec la même solennité que celle avec laquelle ils étaient arrivés. Personne n’explique comment ils ont découvert la mort de Lawrence.

 

  • Marina, J. A. (1994). Teoría de la inteligencia creadora. Barcelona: Anagrama.