Abandon de soi : 9 indices pour savoir si vous en souffrez

De nombreuses personnes s'abandonnent elles-mêmes, en mettant de côté leurs besoins émotionnels et même leurs valeurs. Que faire si vous vous négligez d'une manière ou d'une autre ? Voici quelques conseils.
Abandon de soi : 9 indices pour savoir si vous en souffrez
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 04 mai, 2023

Il existe deux formes de souffrance qu’aucun être humain ne devrait connaître. La première est l’abandon sous toutes ses formes, qu’il soit parental, de couple, amical, etc. La seconde a à voir avec la déconnexion avec nous-mêmes, avec la négligence des besoins, des émotions, des valeurs et des identités. Curieusement, c’est cette dimension qu’il nous est le plus difficile de reconnaître.

Bien que « l’abandon de soi » en tant que tel nous semble un concept étrange, il apparaît bien trop souvent. Il est vrai que nous sommes toujours avec nous-mêmes, que personne ne peut échapper à sa propre peau. Cependant, il est courant de se laisser de côté au point de mettre entre les mains des autres des dimensions que nous devrions nourrir nous-mêmes.

Cette caractéristique, cette paresse lorsqu’il s’agit de revoir, de renforcer et de promouvoir des choses essentielles telles que le concept de soi, la confiance en soi ou des valeurs, commence généralement dans l’enfance ou l’adolescence. Avoir grandi dans un environnement dysfonctionnel et émotionnellement froid nous rend souvent détachés de nous-mêmes. Une telle chose a un sérieux impact sur la santé mentale.

Vérifions si nous nous laissons également de côté sous certains aspects.

La croyance que nos besoins ne peuvent être satisfaits est une dynamique très fréquente dans le registre psychologique de nombreuses personnes.

Jeune garçon sur le dos souffrant d'abandon de soi
Les adultes ont tendance à répéter le même schéma qu’ils avaient dans leur enfance. Si personne n’a comblé nos besoins d’enfants, nous les négligeons également à l’âge adulte.

Voici comment nous laissons place à l’abandon de soi

Gabriel reproche toujours à sa partenaire de le négliger : à cause d’elle, il ne peut pas bien performer au travail. Ana s’occupe de sa mère dépendante toute la journée, mais chaque fois que son amie Clara l’appelle parce qu’elle passe une mauvaise journée, elle vient immédiatement, même si elle est épuisée. Roberto se défoule en faisant la fête et en buvant de l’alcool chaque fois qu’il se sent anxieux ou stressé.

Ces exemples sont des exemples de la façon dont les gens se mettent de côté, comme quelqu’un qui oublie ses lunettes dans un tiroir de la table de chevet. Nous essayons de nous déplacer dans le monde, mais notre myopie sévère ne nous permet pas de nous voir dans le miroir ou de marcher dans la rue sans nous étaler. L’abandon de soi consiste à rejeter ou à ignorer complètement les expériences psychologiques internes.

Une telle chose peut provoquer des situations aussi diverses et contrastées que de dépendre des autres pour valider notre estime de soi ou de devenir des figures complaisantes sans aucune autorité. Ignorer ce dont nous avons besoin nous conduit à la dissolution de soi, à ce malaise corrosif qui imprègne tous les domaines de notre existence.

Voyons ces dynamiques qui se manifestent généralement lorsque nous sommes dominés par le détachement interne.

L’abandon de soi est un mécanisme d’autodestruction lente qui peut nous conduire à des états de grande impuissance, comme la dépression, les troubles anxieux, les troubles alimentaires ou les addictions.

1. Vous blâmez les autres pour votre malheur

Il est possible que vous ayez eu une enfance difficile et que vous n’ayez pas eu de chance en amour. Cependant, la responsabilité ultime de promouvoir votre bien-être et votre bonheur vous incombe. Comme l’a si bien dit le psychothérapeute Albert Ellis, la meilleure étape de notre vie survient lorsque nous réalisons que nos problèmes n’appartiennent qu’à nous.

Arrêter de blâmer nos parents ou la société nous permettra de prendre le contrôle de nos vies.

2. Ne pas penser à ce qui fait mal et se distraire sont deux besoins constants en vous

Après une journée stressante, nous aimons tous nous déconnecter en regardant des séries ou en retrouvant un ami autour d’un verre. Cependant, il y a ceux qui s’acharnent à aller vers n’importe quel distracteur qui les empêche de prendre conscience de leur tristesse, de leur désaffection et de leur douleur émotionnelle.

Cela peut amener une personne à se tourner vers la nourriture comme mécanisme cathartique pour soulager l’anxiété. Faire du shopping, passer la journée à jouer à des jeux vidéo ou boire excessivement sont également des exemples d’abandon de soi.

3. Être incapable de fixer des limites

Les limites sont des barrières psychologiques que nous articulons devant les autres pour protéger notre bien-être et fournir les informations nécessaires à ceux qui nous entourent. Leur réalisation nécessite une communication ouverte et affirmée ; une chose qui, comme nous le savons bien, n’est pas toujours facile à réaliser.

Or, ceux qui sont définis par cette insouciance ou ce détachement envers eux-mêmes se sentent incapables de dire « non » à une quelconque exigence ou demande. Ils se laissent aller, disent oui à tout, assument tout, acceptent et bougent avec le courant par simple inertie. Tout cela s’explique par cette incapacité à sauvegarder leurs propres besoins.

4. Manque de conscience de soi émotionnelle

Dans un travail de recherche de l’Université de Caroline du Nord, on souligne l’importance de la conscience de soi pour le bien-être psychologique. Autrement dit, être capable de se connecter et de comprendre nos pensées et nos émotions nous permet d’avoir un plus grand contrôle sur nos vies, et d’être plus heureux dans n’importe quel domaine de la vie.

Maintenant, l’abandon de soi nous fait cesser de prendre la responsabilité de nos émotions et de nos sentiments. Nous attendons que les autres nous calment quand le monde s’agite, que notre partenaire se charge de valider ce que nous ressentons, de combler ces lacunes que nous ne pouvons nous-mêmes nourrir.

Si vous vous abandonnez, vous vivrez dans une prison de souffrance dans laquelle vous assumerez les valeurs des autres et réprimerez nombre de vos émotions et sentiments.

5. Vous vivez dans un évitement constant

Vivre dans l’évitement, c’est nier les problèmes qui vous tourmentent et minent votre équilibre interne. L’utilisation constante des mécanismes d’évasion les plus variés vous amène à vivre dans la procrastination, à ne pas admettre ce qui vous dérange et à être piégé dans l’immobilité. Ce genre d’existence, bien loin de résoudre la moindre chose, vous fait toujours vous sentir frustré.

6. Auto-exigence excessive

Lorsque l’abandon de soi imprègne profondément vos strates psychologiques, il fait de vous votre pire ennemi. Vous ne vous valorisez pas, vous n’appréciez pas vos réalisations et la voix critique en vous atteint des décibels assourdissants.

De plus, une réalité qui vous définit est cette exigence de soi qui vous empêche de faire la moindre erreur, qui vous met la pression et vous soumet à des états d’anxiété insupportables.

Triste jeune fille attendant que les autres agissent comme je le ferais
L’abandon de soi fait que l’évitement est presque toujours votre principal mécanisme de réponse.

7. Vous cachez des parties de vous-même

Insécurité, peur, manque d’initiative… vous êtes une personne de grande valeur et aux compétences notables, mais vous doutez tellement de vous-même que vous préférez masquer vos zones lumineuses. Vous le faites par peur des critiques, des jugements et des commentaires des autres à votre sujet.

Votre règle de survie vous rappelle que pour éviter d’être blessé, il vaut toujours mieux cacher certaines parties.

8. Vous êtes prisonnier de vos doutes

Les personnes définies par l’abandon de soi sont dominées par les pensées ruminantes, celles qui oxydent toute valeur et vous nourrissent de doutes. Cela vous amène à ne plus vous fier à votre intuition, à votre expérience acquise et même à votre instinct. Vous vous percevez comme faillible, même si face aux autres vous semblez décisif.

9. Vous agissez en dissonance avec vos valeurs

Ne pas vivre en harmonie selon ses valeurs fait mal. En effet, presque sans vous en rendre compte, vous agissez et bougez selon les valeurs de votre famille ou de votre partenaire, qui peuvent être très éloignées des vôtres. Ce sont les autres qui vous guident et vous conditionnent dans presque tous les aspects. Cela conduit à un style de vie marqué par l’insatisfaction et le malheur.

Conclusion

Prendre soin de soi est le contraire de l’abandon de soi. C’est le mot magique que vous devez garder à l’esprit, au cas où vous vous sentiriez identifié aux dimensions décrites ici. Il est temps de regarder en vous et d’ordonner cet univers chaotique et solitaire que vous avez mis de côté il y a de nombreuses années, pour les raisons les plus diverses.

C’est toujours un bon moment pour développer des compétences adéquates en matière de gestion émotionnelle, de responsabilité personnelle et d’affirmation de soi. Commencez par vous regarder dans le miroir et connectez-vous avec cette figure que vous avez mise de côté trop longtemps. Cette personne a besoin d’affection, de validation et de compassion. Au moment où vous vous sentirez comme votre meilleur allié, tout changera pour le mieux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment changer votre concept de soi
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment changer votre concept de soi

Modifier votre concept de soi changera ce que vous attendez de vous-même, des autres et de la vie. Découvrez comment transformer ces idées.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Ashley, Greg & Reiter-Palmon, Roni. (2012). Self-awareness and the evolution of leaders: The need for a better measure of self-awareness. Journal of Behavioral and Applied Management. 14. 2-17. 10.1037/t29152-000.
  • Emler, Nicholas. (2001). Self esteem: The costs and causes of low self worth. Youth Studies Australia. 21.
  • Katherine, A. (2010). Boundaries: Where you end and I begin. Hazelden Publishing
  • Silvia, Paul. (2002). Self-awareness and Emotional Intensity. Cognition & Emotion – COGNITION EMOTION. 16. 195-216. 10.1080/02699930143000310.
  • Li J, Ma W, Zhang M, Wang P, Liu Y, Ma S. Know Yourself: Physical and Psychological Self-Awareness With Lifelog. Front Digit Health. 2021 Aug 11;3:676824. doi: 10.3389/fdgth.2021.676824. PMID: 34713147; PMCID: PMC8521907.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.