A toi qui pleures en cachette

· 13 mars 2018

A toi, qui souffres en silence. A toi, qui souffres d’une douleur que tu ne mérites pas. A toi, qui as pris la décision de te taire pour ne pas blesser ceux qui t’entourent. A toi, qui chaque jour luttes pour continuer d’aller de l’avant. A toi, qui te surpasses et qui vis avec la peur de laisser paraître ta douleur. A toi, qui pleures en cachette.

Tu ne mérites pas de souffrir davantage, tu ne mérites pas de taire ta douleur, tu ne mérites pas de voir ta dignité brisée. Tu mérites de crier et d’être entendu, tu mérites de cesser de souffrir. Ne laisse personne te détruire et briser tout ce que tu as construit, tout ce que tu es, tout ce que tu vaux. Tu ne mérites pas la douleur que tu ressens, tu ne mérites aucune larme supplémentaire, et aucune autre cachette.

Sèche tes larmes et commence à dessiner. Permets-toi d’être libre et de décider ce que tu souhaites réellement. Ne laisse pas les autres parler pour toi. Ne laisse personne taire ce qui veut sortir de l’intérieur. L’époque des cachettes et de la collection des cicatrices est terminée, le premier changement est le premier pas. Les larmes ne résolvent désormais plus rien, les larmes ne calment désormais plus, ne pleure plus, c’est le moment d’agir.

Je te le dis à toi, car je sais que tu peux, car je sais que tu veux. Il te manque uniquement un encouragement, un encouragement pour demander de l’aide, pour faire connaître au monde ton ressenti et ta situation. A toi qui pleures, à toi qui cherches à être seul et qui profites des journées en attendant qu’elles se terminent mais qui manques encore de forces ; il reste encore de l’espoir, ne crois pas que tout est déjà perdu.

pleurer

Un petit pas te rapproche d’un grand changement

Ne permets pas à la solitude de te faire croire que c’est une situation réelle car tu n’es pas seul, tu n’es pas seule. Le premier pas est le plus difficile à donner, mais c’est à partir de celui-ci que se développent les grands changements. Davantage de carapaces ne vaudraient rien. Tu n’as pas non plus assez de mains pour davantage de boucliers. Ne crois pas que tu ne fais rien de bien, tu n’es pas celui qu’on te dit d’être. Cela vaudrait la peine que tu te réserves un moment pour être toi-même afin de te définir.

Le temps pendant lequel tu as caché ta douleur est beaucoup trop long, le temps pendant lequel tu as permis aux autres de prendre le pouvoir sur ce que tu es est beaucoup trop long. Tu pleures et tu continues d’alimenter la rivière de la douleur, mais ces larmes ne méritent pas de t’appartenir, tu ne mérites pas d’arroser quelque chose qui te fais tant souffrir. C’est le moment de diriger tes pas vers un autre chemin, vers une autre trajectoire.

Ceci est pour toi, pour ce que tu vois que quelqu’un écoute tes plaintes, que quelqu’un sait que tu pleures, que quelqu’un t’aime et ne t’abandonne pas. Sors et montre cette douleur. Donne-toi l’opportunité que tu mérites d’être heureux. Profite des quelques forces qu’il te reste pour ne pas abandonner et pour exprimer ce qui est en toi, pour parler.

aller de l'avant

Ne t’avoue pas vaincu, ne cède pas

Imagine qu’un chemin plus heureux que celui que tu empruntes maintenant t’attende, ne cesse pas de rêver à un quotidien meilleur. La douleur prendra fin, tu cesseras de pleurer. Il n’existe pas de tempête qui ne s’arrête pas dans le ciel. Elles ont toutes une fin. Alors… ne cesse pas de rêver, ne cesse pas de lutter, ne cesse pas de parler, ne te cache pas. Ne laisse pas les autres parler pour toi et t’empêcher d’être heureux.

J’espère que tu pourras comprendre que ceci est pour toi, qu’il y a des solutions et des personnes qui souhaitent t’aider et vivre avec toi les pas vers l’avant et certains pas vers l’arrière. Ces jours pendant lesquels on a l’impression que tout est positif et ceux pendant lesquels tout est au contraire négatif. Ces journées qui paraissent durer 48 heures et celles qui semblent n’en compter qu’une seule. Ceci est pour toi, toi qui pleures, toi qui souffres. Ecoute-moi, écoute-toi. Tu es celui qui mérite de décider pour toi, tu mérites quelque chose de mieux. Ne cesse pas d’imaginer que cette période aura une fin, car ça sera le cas.

« Car la vie est la tienne et le désir l’est aussi, car chaque jour est un nouveau départ, car c’est l’heure et le meilleur moment, car tu n’es pas seul. »

Mario Benedetti