Là où il y a des larmes, il y a de l’espoir

· 18 septembre 2017

Là où il y a des larmes, il y a de l’espoir. Tout ce qui nous fait du mal et nous change nous fait aussi grandir et lutter. Ce qui nous afflige nous enseigne la valeur des sourires, des caresses et des bons moments. Et nous fait apprendre des mauvais moments et chercher la force nécessaire pour les transformer.

S’il y a des larmes, il peut y avoir une motivation pour le changement et pour chercher quelque chose de mieux. Il n’y a pas de meilleure essence que celle qui émane de la tristesse la plus profonde, celle qui s’infiltre jusqu’à nos os et coupe notre souffle. Car dans la vie, les moments les plus bas précèdent les plus grands changements. Les sauts dans le vide sont toujours faits avec de la peur et de l’incertitude, mais nous allons en profiter énormément.

Là où il y a des larmes, il y a de la force, du caractère, et des sentiments qui viennent du cœurC’est d’ailleurs pour cela qu’il éclate. Chaque larme sert d’impulsion et représente une manière de toucher le fond pour mieux nous appuyer sur la force qui nous pousse à construire quelque chose de mieux.


On dit que seul celui qui a connu la tristesse et a pleuré de toutes ses forces connaît la grandeur de l’être humain.


Là où il y a des larmes, il y a de la vie

Là où il y a des larmes, il y a de la vie qui jaillit à toute vitesse de notre être et, par conséquent, de l’espoir pour continuer à lutter pour quelque chose de mieux. Souvenons-nous du fait que, de la même façon que l’eau nous donne la vie, les larmes nous aident à connaître les forces que garde notre cœur.

là où il y a des larmes, il y a de l'espoir

C’est pour cela que la tristesse est nécessaire pour pouvoir connaître notre propre valeur. Car les larmes ne fonctionnent pas comme la pluie sur les roches, elles n’érodent pas notre intérieur mais nous donnent le courage nécessaire pour que nous puissions retrouver le soleil après la tempête que nous avons traversée.

Les arcs-en-ciel n’apparaissent que s’il y a un orage et si nous ne laissons pas la pluie nous empêcher de voir au-delà de notre tristesse. Les plus belles choses de la vie, celles dont nous nous souvenons le mieux, sont celles qui nous paraissaient impossibles quand nous étions tristes mais qui sont devenues réelles parce que nous n’avons pas abandonné face à notre tempête intérieure.


Je peux survivre à des ouragans de reproches, à des éclairs de peur et à des grondements de douleur mais uniquement si, après la pluie de l’orage, je peux trouver des forces pour voir le soleil.


Apprenons à sortir notre parapluie, à nous libérer, à pleurer, à crier et à nous exprimer quand nous sentons que c’est nécessaire. Tirons des forces de nos émotions et libérons notre réalité intérieure. Car il n’y a rien de mal à être humain, il n’y a rien de mal à exprimer une émotion.

Là où il y a des larmes, il y a une opportunité pour apprendre

Ainsi, étant donné qu’il n’y a rien de mal à exprimer une émotion, pourquoi n’en profitons-nous pas pour en tirer des enseignements et obtenir quelque chose de mieux ? Nous pourrons être surpris-es de ce que nous sommes capables de faire quand nous nous connaissons et écoutons notre douleur.

Attention, les apparences peuvent être trompeuses. De la même façon que, derrière un sourire, peut se cacher la tristesse la plus profonde, des opportunités, des rêves et des joies peuvent se dissimuler derrière les larmes. Ne nous laissons pas emporter par les apparences, et ne plongeons pas notre esprit dans la tristesse.

femme en larmes qui a perdu espoir

Apprenons à écouter nos larmes pour en tirer de la force et chercher ce changement que nous voulons tellement. Déchiffrons leur sens pour distinguer ce qui nous gêne, éliminons de notre vie ce qui les déclenche et, s’il est impossible de dire au revoir, construisons un pont vers tout l’apprentissage qu’elles sous-entendent.

N’oublions pas que, si nous voulons nous exprimer, il y aura toujours une épaule sur laquelle s’appuyer et une étreinte qui nous fera du bien et nous donnera de l’amour ; après les orages violents, il y a aussi des instants de calme, de tranquillité, et beaucoup de moments pour penser. Quand il y a des larmes, il y a de l’espoir, car derrière chaque raison de pleurer, il y a une porte ouverte pour que tout puisse enfin changer.