Grandir c’est apprendre à dire au revoir

8 novembre 2015 dans Psychologie 0 Partagés

On dit que grandir, c’est apprendre à dire au revoir. Mais pas un à bientôt, un adieu. C’est un au revoir sans retour.

C’est un adieu sonore, avec un point sur le i et un point final. Ce qui nous coûte tant c’est d’écrire ce point final, alors que les points de suspension sont si faciles à mettre…

Dire au revoir c’est utiliser des mots plus forts. C’est arriver à une position angoissante de non retour, qui nous positionne face à un horizon de possibilités où ce à quoi nous disons au revoir n’existera plus.

Un adieu qui résonne dans l’âme.

Moi je ne me risquais jamais à dire adieu. Et ce faisant, j’ai laissé ouverte une fenêtre par laquelle entre la douleur, la désillusion et le désenchantement.

L’espoir est ce qui vient en dernier, mais si la cause est perdue, il vaut mieux laisser aller les choses, respirer profondémment et lâcher prise.

Dire adieu à qui t’a brisé le coeur, à qui t’a dévasté l’âme, à celui ou celle à qui tu préfères dire à bientôt, car il est plus facile de ressentir de la douleur que de ne rien sentir du tout.

Et ce froid dans ta poitrine qui te terrorise. Te met à nue. Te jette au sol. Tu choisis plutôt l’incandescence de la douleur, de la colère et de la rage.

Tu ne t’imagines même pas dire adieu. Tu crois que tes sentiments seuls peuvent changer ces états par lesquels tu passes. Du feu au froid glacé. Tu ne connais pas autre chose ces temps-ci. On ne t’a pas appris à sentir autre chose.

Parce que tu n’as pas osé dire au revoir, adieu.

Tu crois que ton coeur se congèlera, et que jamais plus tu ne sentiras à nouveau le feu qui l’irradiait. Tu as raison peut-être.

Tu penses que le mieux qui puisses t’arriver est de ne plus jamais ressentir cette ardeur qui te consumme. Qu’il doit bien exister un autre état, pas aussi froid ni aussi suffocant.

Un point intermédiaire, de tièdeur, accueillant.

Qui ne te brûle pas. Qui ne te gèle pas.

Qui te remplisse la poitrine et s’étende jusqu’aux pointes de tes pieds.

Et c’est seulement au moment de dire adieu, lorsque que quelqu’un apparaîtra et te serrera dans ses bras si fort, que ton coeur fondera à nouveau.

Ce jour arrivera. Lorsque tu apprendras à dire adieu, pour de vrai, avec toutes les conséquences que cela engendre, alors ton âme sera libre pour accueillir quelqu’un qui vaut vraiment la peine, et que tu mérites.

grandir 2

Peu à peu tu apprendras à dire adieu à ceux qui ont profité de toi, de ton amitié et de ta confiance. A ceux qui ne t’ont pas estimé.

Dis adieu à ces personnes qui aujourd’hui sont là, et demain le soleil brillera plus fort. Ces personnes qui cherchent à être dans l’ombre des autres car elles sont elles-mêmes incapables de briller.

Dis adieu à ces personnes intéressées, égoïstes et tristes. Ce sont elles qui méritent ton adieu. Celui qui est fort, avec un point sur le i et un point final.

Entoure-toi de gens qui ont appris à dire adieu, car avec eux tu auras la certitude d’une amitié fiable. Ils ont souffert, ils ont pleuré et ils ont lâché prise.

Ils savent ce qu’ils veulent, et ils sont sûrs qu’ils te veulent à leurs côtés.

Avec tes étrangetés, tes manies, ils te veulent à leurs côtés.

Lorsque tu apprendras à dire adieu, tu construiras des relations vrais et enrichissantes.

Ton cercle se réduira peut-être mais tu ne changeras pour rien au monde les personnes qui en font partie.

On dit que les amis sont la famille que l’on se choisit. Dis adieu à ceux que tu ne peux pas appeler frère ou soeur.

La peur d’être seul parfois nous pousse à mettre des points de suspension à nos relations. A dire à bientôt au lieu d’un je ne veux plus te voir.

Mais cette solitude est nécessaire pour savoir qui on souhaite avoir autour de soi.

Peut-être que c’est pour cela que nous maintenons tout au long de notre vie, des relations qui ne nous apportent rien, qui ne nous font pas grandir, et qui ne nous complètent pas.

Le pire que l’on puisse faire est de vivre entouré de gens et malgré cela se sentir seul.

Bien qu’ils fassent beaucoup de bruit, on écoute nos sentiments avec des interférences, comme si c’était un vieille radio mal branchée.

Ecoute-toi. Eloigne-toi du bruit.

Ton temps est précieux.

Ne le perds pas avec des personnes qui ne le méritent pas.

Apprends à dire adieu. Libère-toi de ces chaînes et fais de l’espace pour de nouvelles rencontres.

Comme le dit le Maître Sabina : « Pour dire va en paix avec Dieu, nous avons tous les deux plus de motifs qu’il n’en faut« .

A découvrir aussi