8 principes de l’optimisme pragmatique

29 janvier 2018 dans Développement personnel 64 Partagés
femme heureuse

Pour traverser tout ce qu’a traversé l’être humain et arriver au point où il est arrivé, il a été indispensable de compter sur un excès d’optimisme. Mais tout le monde n’a pas la même charge d’enthousiasme et de bravoure. L’écrivain et divulgateur Mark Stevenson a eu l’idée d’identifier les traits communs des personnes optimistes par excellence. Il a fini par établir les 8 principes de l’optimisme pragmatique.

Les changements scientifiques et technologiques sont en train de transformer la société dans laquelle nous vivons. C’est pour cette raison que Stevenson croit qu’il faut offrir une éducation distincte et vivre d’une manière légèrement différente de celle que nous connaissons actuellement. Il affirme que l’on doit faire un effort pour réussir à maintenir une pensée basée sur l’optimisme pragmatique.

Pour cela, il se demande comment certaines personnes parviennent à faire de bonnes choses dans un monde en constante évolution. Il cherche à savoir ce qu’ont en commun ces personnes, ce qui les fait lutter davantage pour le futur et pour transformer le monde.

Rêver et imaginer

L’optimisme est la tendance à espérer que le futur offre des résultats favorables. Il requiert, par conséquent, une grande volonté pour trouver des solutions, des avantages et des possibilités, en se concentrant en permanence sur les aspects positifs de la vie.

Stevenson conteste le conformisme qui régit la société actuelle et nous invite à imaginer, à rêver et à envisager le futur tel que nous le souhaitons. Nous laisser guider par nos désirs est la seule manière de mettre en pratique l’optimisme pragmatique.

femme optimiste qui sourit

Créer pour le bien de tous

Après avoir établi ces principes, Stevenson s’est rendu compte que les personnes qui apportent des avancées ou des progrès significatifs au niveau mondial sont engagées et liées à des projets qui vont bien au-delà de leur propre personne.

L’égoïsme n’a pas sa place dans ce courant de pensée car sa motivation est une fin ultérieure, éloignée de l’individualisme et du narcissisme: créer pour le bien de tous, pas pour son propre bien ou celui de quelques personnes.

Miser sur ce qui fonctionne

Les croyances sont subjectives. Les faits scientifiques sont objectifs. Stevenson considère que l’optimisme pragmatique doit s’appuyer sur ces derniers, pour pouvoir garantir une forme de pensée plus scientifique et basée sur des preuves. En d’autres termes, il recommande de se concentrer sur ce qui fonctionne, cela ayant été prouvé au préalable.

Pour cela, il prend l’exemple du travail d’un ingénieur comparé avec celui d’un politicien. Tandis que le premier construit des structures en partant de la réalité objective, le politicien se laisse guider par son idéologie en refusant très souvent de voir les choses telles qu’elles sont. Stevenson nous invite à penser comme des ingénieurs.

Partager pour exercer du pouvoir

Le fait de partager des idées les fait s’amplifier et grandir. Si, au contraire, nous protégeons ces idées, nous en privons le monde et effaçons le pouvoir qu’elles impliquent. Une idée brillante, si elle n’est pas partagée, reste isolée, en suspens, stagne et s’arrête. Pour finalement mourir.

Désormais, nous sommes tous connectés et les changements se généralisent plus rapidement. Cet écrivain assure que plus nous sommes connectés, plus les idées circulent rapidement. Il croit aussi que si le pouvoir est généralisé sur Internet, la responsabilité devrait aussi l’être. Nous ne devrions pas les déléguer à d’autres de manière systématique.

« Quand les idées sont partagées, on confère un pouvoir aux personnes au lieu de l’exercer sur elles. »

-Mark Stevenson-

travailleurs

Se tromper signifie progresser

Si nous nous trompons, cela ne fait rien. Nous nous relevons. Encore et encore. Mais une chose se produit si nous n’osons pas essayer : nous sommes victimes de la peur de l’échec.

Ainsi, Mark Stevenson nous pousse à nous tromper parce qu’il croit que commettre des erreurs est une manière d’avancer vers le succès. En fait, il considère cela comme la meilleure stratégie pour progresser. Personne n’a découvert la moindre chose sans se tromper au préalable.

Les personnes qui croient que l’erreur est la plus grande catastrophe qui puisse leur arriver restent bloquées. En faisant cela, elles commettent une grave irresponsabilité et se trouvent, sans le savoir, sur le mauvais chemin.

Faire au lieu d’essayer

L’intention pousse à l’action, mais nous ne cherchons pas les essais, nous cherchons l’action. La meilleure manière d’être fidèle à ce que nous sommes est d’agir, en mettant ce que nous croyons et pensons en pratique. Nous sommes ce que nous faisons et ressentons et pas ce que nous avons l’intention de faire ou tout simplement ce que nous imaginons.

Chasser la paresse

Stevenson considère que le cynisme gouverne culturellement le monde. Il reflète un manque d’ambition et d’espoir. L’optimisme pragmatique veut se débarrasser de la paresse, des excuses et de la stagnation personnelle. Ce n’est qu’en surmontant cette barrière mentale que nous serons capables de vivre dans la joie.

« L’innovation est le lieu où les idées pratiquent le sexe. »

-Mark Stevenson-

optimisme

Pratiquer la patience

Chaque projet est un plan à long terme. Une espèce de course où nous avançons à petits pas jusqu’à atteindre les objectifs proposés. Certains jours, nous avancerons un peu plus et d’autres, un peu moins, mais la récompense arrivera tôt ou tard. L’attente, l’effort, la patience et la persistance font en sorte que le bien social fourni en vaille la peine.

Ces 8 principes sont un guide parfait pour nous former au niveau de l’optimisme pragmatique. Cela nous permettra d’atteindre un état personnel plus productif et positif. Par ailleurs, si nous commençons à l’introduire dans notre vie quotidienne, il nous apportera plus de confiance pour transformer tout ce que nous voulons faire. Le changement est toujours possible.

A découvrir aussi