7 préjugés qui limitent votre bien-être

Les préjugés sont inconscients et incohérents et nous amènent souvent à prendre de mauvaises décisions. Les reconnaître et les désactiver vous permet de façonner un monde plus respectueux et plus heureux.
7 préjugés qui limitent votre bien-être

Dernière mise à jour : 06 janvier, 2022

Il existe différents types de préjugés qui limitent votre bien-être. Il s’agit de croyances prédéterminées et inconscientes que nous avons tous sur les gens, le monde et chaque réalité qui nous entoure.

Ces évaluations mentales sont soulevées dans de nombreux cas comme des préjugés qui limitent notre potentiel humain et même notre harmonie sociale. Ils entravent nos relations avec les autres, simplifient notre vision des choses et nous font agir avec crainte et scepticisme plutôt que de faciliter l’ouverture et la flexibilité cognitive.

Ce type de constructions psychologiques est dans de nombreux cas l’expression la plus pure de notre pensée illogique.

Le psychologue et prix Nobel Daniel Kahneman a montré que nous utilisons tous ces ressources cognitives. Son but est de nous permettre de donner des réponses rapides en filtrant les informations disponibles de manière subjective.

C’est un moyen de simplifier la complexité de nos environnements et de faire des prévisions immédiates dans des contextes d’incertitude. Dois-je faire confiance à cette personne ? Avec qui faire équipe au travail ? Quel type d’informations dois-je valider ? Comment réagir dans cette circonstance ?

Beaucoup de nos réponses et actions sont médiatisées par des préjugés inconscients qui ne nous mènent pas toujours vers les destinations les plus réussies ou souhaitées. Nous y plongeons.

“Rien ne nous trompe autant que notre propre jugement.”

-Leonardo da Vinci-

Couple se disputant et réfléchissant aux préjugés qui limitent votre bien-être

Le besoin d’organiser le monde en catégories mentales

Racisme, sexisme, âgisme, homophobie, xénophobie… Les préjugés qui limitent votre bien-être dépassent en réalité ces dimensions catégorielles que nous connaissons tous. Ce sont des architectures mentales inconscientes et stéréotypées qui renforcent les attitudes négatives envers de nombreux domaines de votre réalité. Et surtout envers les groupes de personnes.

Si nous nous demandons pourquoi nous les créons et les renforçons, il y a plusieurs explications à cela. Comme nous l’a expliqué le psychologue Gordon Allport dans son ouvrage The Nature of Prejudice (1954), les préjugés et les stéréotypes sont le résultat de la pensée humaine normale. Puisque notre monde est complexe et imprévisible, nous devons l’organiser en « catégories » mentales.

Daniel Kahneman nous a dit que nous utilisons tous ces heuristiques (raccourcis mentaux) pour prendre des décisions au quotidien. De même, ces préjugés sont également médiatisés par des motivations morales et émotionnelles, l’éducation reçue et l’influence de notre environnement.

Les préjugés qui nous limitent

Reconnaître et désactiver les préjugés qui limitent votre bien-être partiront toujours de votre capacité à prendre conscience que vous en faites usage. Par exemple, se demander pourquoi on renforce certaines croyances sur certaines personnes est déjà un progrès.

Cependant, il est également conseillé de faire un bref examen de ces biais négatifs que beaucoup d’entre nous intériorisent. Ils sont les suivants.

1. Ce que je ne sais pas est mauvais (craignez les préjugés)

C’est l’une des approches qui jette les bases de la plupart des préjugés. Ce qui est différent est dangereux, ce que je ne sais pas est mauvais et, par conséquent, je dois me défendre. La peur des préjugés façonne non seulement le racisme, mais aussi le comportement d’autodéfense.

Cette caractéristique définit ces personnes qui préfèrent toujours le mal connu au bien à savoir et qui répondent avec inquiétude et même mépris à tout changement ou nouveauté. De cette façon, et en référence à cela, l’Université James Cook a réalisé une étude très révélatrice à cet égard.

Lorsque nous montrons un comportement curieux, imaginatif et ouvert à l’expérience, les préjugés sont réduits. Ils tombent d’eux-mêmes. C’est la clé, pour voir ce qui est différent non pas comme une menace, mais comme une opportunité d’apprentissage.

Les préjugés par peur de la différence sont le substrat de l’intolérance et la racine qui bloque toute opportunité de changement et de progrès humain.

2. Si tu me ressembles, je t’aimerai davantage (biais d’affinité)

L’un des préjugés qui limitent votre bien-être est de comprendre le monde selon vos propres expériences et points de vue. Ceux qui ont des points de vue opposés ou qui n’ont pas vécu la même chose que vous ne sont pas dignes de votre confiance ou de votre amitié.

Les préjugés d’affinité nous disent qu’il y a beaucoup de gens qui auront toujours des préférences inconscientes pour ceux qui ont des qualités et des expériences similaires aux leurs.

Ceux qui ont les mêmes idées politiques que soi ou ceux qui ont étudié dans la même université ou qui ont la même nationalité seront regardés d’un meilleur œil.

3. Votre image me dit tout (préjugé d’apparence)

Le biais d’apparence est un classique. Qui n’a pas fait cela à un moment donné ?

La plupart d’entre nous ont tendance à préjuger les gens en fonction de leur image et de la façon dont ils s’habillent. Nous savons que l’apparence physique compte toujours, mais attention car parfois nous tombons dans de graves erreurs de jugement qui aiguisent l’arme de la discrimination.

4. Les hommes et les femmes ne seront plus jamais les mêmes (préjugés sexistes)

Parmi les préjugés qui limitent votre bien-être figurent sans aucun doute les préjugés sexistes. Réfléchissons-y, il ne suffit pas que la société elle-même continue à renforcer certains schémas sexistes. Parfois, nous aussi, nous continuons à intérioriser certains préjugés qui limitent notre plein potentiel.

C’est le cas, par exemple, de certaines femmes qui décident de ne pas opter pour des postes de direction ou de direction parce qu’elles estiment que ces catégories ne sont destinées qu’aux hommes.

5. Préjugés qui limitent votre bien-être (préjugé de pouvoir et de beauté)

Le préjugé de pouvoir et de beauté est très présent aujourd’hui. Par exemple, de nombreux jeunes croient que seuls ceux qui possèdent certains attributs physiques réussissent. S’il existe un biais débilitant et négatif, c’est de supposer que la minceur ou la beauté ouvrent des portes dans tous les scénarios.

Le préjugé de pouvoir et de beauté est soutenu par une faible estime de soi. C’est une composante émotionnelle et un biais qui limite notre potentiel en pensant que tout succès ou réalisation d’objectifs ne commence que par l’aspect physique.

6. Une erreur détermine tout (préjugé du diable)

Les gens sont parfois si cruels, à la fois envers nous-mêmes et envers les autres. Il suffit que quelqu’un se trompe pour conclure qu’il n’est pas digne de confiance ou ne vaut rien.

Le préjugé du diable nous dit qu’il suffit que quelqu’un fasse preuve d’une mauvaise qualité (même si c’est temporaire) pour qu’il soit mieux de s’en éloigner. De plus, ce genre de croyance peut aussi s’appliquer à nous-mêmes : il suffit d’avoir tort ou d’être faillible en quelque chose pour penser que nous sommes une catastrophe.

Femme pensant aux préjugés qui limitent votre bien-être

7. Quand quelque chose ne va pas, tout va empirer (biais en ligne droite)

Parmi les préjugés qui limitent votre bien-être, il y a l’hypothèse que lorsque quelque chose ne va pas, la tendance suivra le même chemin : tout continuera à aller mal. De cette façon, alors que les préjugés du diable s’appliquent aux relations entre les gens, la ligne droite apparaît dans nos expériences et événements quotidiens.

C’est un filtre de négativité qui nous fait tomber dans le désespoir en préjugeant que ce qui commence mal ne peut pas être redressé.

Pour conclure, rien ne peut être aussi cathartique pour notre potentiel que de prendre conscience de ces constructions psychologiques. Comme l’a dit William James, la plupart du temps, lorsque nous pensons que nous pensons, ce que nous faisons vraiment, c’est réorganiser nos préjugés. Ce n’est pas la bonne chose à faire.

Apprenons à les désactiver pour raisonner comme nous le méritons et dont nous avons besoin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les préjugés sexistes dans la société d’aujourd’hui
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les préjugés sexistes dans la société d’aujourd’hui

Le préjugés sexistes sont une attitude basée sur l'infériorité supposée des femmes en tant que groupe. Ce comportement existe depuis très longtemps...



  • Allport GW. The Nature of Prejudice. Reading, MA: Addison-Wesley; 1954.
  • Crawford JT, Brandt MJ. Who is prejudiced, and toward whom? The big five traits and generalized prejudice. Pers Soc Psychol Bull. 2019;45(10):1455-1467. doi:10.1177/0146167219832335
  • Rouse L, Booker K, Stermer SP. Prejudice. In: Goldstein S, Naglieri JA, eds. Encyclopedia of Child Behavior and Development. Boston, MA: Springer; 2011. doi:10.1007/978-0-387-79061-9_2217
  • Ng DX, Lin PKF, Marsh NV, Chan KQ, Ramsay JE. Associations Between Openness Facets, Prejudice, and Tolerance: A Scoping Review With Meta-Analysis. Front Psychol. 2021 Sep 28;12:707652. doi: 10.3389/fpsyg.2021.707652. PMID: 34650474; PMCID: PMC8506218.