Éduquer avec des menaces : une erreur des parents

Les menaces génèrent la peur et peuvent nous aider à imposer notre volonté à un certain moment, mais elles ne sont guère utiles pour éduquer.
Éduquer avec des menaces : une erreur des parents

Dernière mise à jour : 23 décembre, 2021

Personne n’a dit qu’élever un enfant était facile. À de nombreuses reprises, cela peut devenir un processus compliqué, donnant l’impression de ne jamais finir. Cependant, il ne faut pas oublier qu’élever un enfant signifie se connecter émotionnellement avec lui. Essayez donc de ne pas perdre patience ou de ne pas éduquer avec les menaces.

Car les menaces montrent des parents désespérés sans outils pour éduquer correctement leurs enfants. Et croyez-le ou non, autorité et menace ne sont pas la même chose. Le second est un renforcement négatif important pour l’enfant qui peut conduire à un repli émotionnel.

Éduquer avec les menaces

Il n’est pas si étrange que certains parents ou tuteurs utilisent la menace comme une ressource pour éduquer les plus petits. En fin de compte, c’est ainsi que nos grands-parents ont élevé nos parents et, en même temps, comment leurs parents les ont élevés.

Et, selon Maricela Fonseca Analco, psychologue cognitivo-comportementale de l’Université autonome de Guerrero, la menace est une ressource héritée. “La plupart des adultes le font de cette façon à partir de leur propre expérience”, dit-il. Il se souvient aussi qu'”eux aussi ont été menacés dans leur enfance ou leur adolescence”.

“La menace chez les enfants signifie que quelque chose de mauvais et de très grave va lui arriver, à sa famille ou à un objet précieux.”

-Maricela Fonseca Analco, psychologue cognitivo-comportementale-

Père punissant son fils

Considérant que la menace est avant tout destinée à intimider, il est clair qu’elle ne doit pas être un outil pédagogique. “Chez les enfants, cela signifie que quelque chose de mauvais et de très grave va leur arriver, à leur famille ou à un objet précieux”, explique Fonseca.

Fait intéressant, les menaces sont plus susceptibles d’avoir un effet contre-productif sur l’éducation de nos enfants. Il faut prendre en compte qu’« ils peuvent leur faire sentir qu’ils doivent se battre, se battre ou transgresser pour s’occuper de ce qui est menacé ».

Lorsque les enfants sont jeunes, les menaces peuvent fonctionner, mais ce n’est rien de plus qu’un faux sentiment d’autorité. Ce que les menaces provoquent chez les enfants, c’est la peur, l’une des valeurs opposées à toute bonne éducation.

Conséquences de l’utilisation de menaces

Mais, quelles conséquences réelles le recours aux menaces peut-il avoir sur l’éducation de nos enfants ? Différentes études assurent que, principalement, elles provoquent une distanciation émotionnelle avec les parents. Sans aucun doute, un facteur qui entravera l’éducation dans les étapes ultérieures de son développement et de sa croissance.

  • Elles affectent l’estime de soi de votre enfant. Et c’est que, bien qu’elles puissent avoir un effet au début, les menaces minent l’ estime de soi de notre fils. Le petit ne se sentira pas valorisé, ce qui peut entraîner par la suite un comportement belliqueux envers les parents.
  • Elles provoquent du stress. Le stress que peut provoquer une menace affectera le caractère de notre enfant ainsi que sa personnalité.
  • Ils n’ont aucune responsabilité. La seule chose que votre enfant apprendra avec les réprimandes est d’éviter la punition et de rester à l’écart de l’ennemi qui l’impose. C’est-à-dire : les menaces n’enseignent pas le concept de responsabilité. En fin de compte, c’est ce que nous aimerions inculquer aux plus petits lorsqu’ils doivent s’occuper d’une certaine tâche.
  • Elles normalisent l’agressivité. La menace est la violence et l’agressivité. Et si nous les utilisons fréquemment, l’enfant normalisera une série de comportements qui lui rendront difficile une bonne relation avec les gens qui l’entourent.
  • Elles produisent un manque d’autorité. Ne vous y trompez pas, la peur n’est pas la même chose que l’autorité. Nous pensons qu’une bonne menace nous donnera de l’autorité sur notre enfant, mais rien de plus. La seule chose à laquelle la peur mène, c’est de s’éloigner de nos petits.

Une menace qui ne se réalise jamais

Un autre inconvénient de menacer l’éducation est que la punition annoncée est rarement exécutée. Et que cela signifie-t-il ? Que notre enfant ne tardera pas à prendre notre mesure.

“Lorsque l’enfant se rend compte que celui qui le menace ne se conforme pas à son intimidation, il ne croira plus à cette méthode de discipline.”

-Maricela Fonseca Analco-

Selon Fonseca, il se peut que “les premières fois ça marche”, mais il ne faudra pas longtemps pour que les tableaux s’inversent. Et, « comme l’enfant s’aperçoit que celui qui le menace ne se plie pas à son intimidation, il ne croira plus à cette méthode de discipline.

Un phénomène très courant dans ce type de situation est que l’enfant pense qu’il peut ou doit « se battre encore plus pour protéger ce qui est menacé ».

Enfant se regardant dans le miroir avec des tendances narcissiques

La discipline positive, une alternative

“La première étape est pour les adultes d’accepter d’annuler cette forme de parentalité et d’apprendre de nouvelles stratégies”, suggère Fonseca. Et comme elle, de nombreux autres experts recommandent de recourir à la discipline positive pour amener nos enfants à accomplir une certaine tâche.

  • Objectifs à long terme. Nous voulons que les enfants se brossent les dents tous les jours, que nous soyons présents ou non, pour imposer des sanctions. C’est pourquoi il est important de se fixer des objectifs à long terme dès le départ.
  • Chaleur. Nous pouvons donner des ordres et diriger votre comportement de manière ferme sans renoncer à être chaleureux et amical. De plus, les jeux et les dessins peuvent être de grands alliés pour leur expliquer des concepts complexes.
  • Faites preuve d’empathie avec vos enfants. Si l’on veut favoriser l’empathie, il vaut mieux commencer par la pratiquer avec eux. Ils grandissent et n’ont ni la maturité ni la vision qu’un adulte peut avoir. Comprendre ce que pensent et ressentent les plus petits nous aidera à mieux les comprendre et à rendre la communication beaucoup plus fluide.
  • Dépannage. La relation entre un père et un enfant est basée sur la résolution de problèmes, pas sur leur génération. C’est pourquoi vous devez fournir à votre tout-petit des solutions à ses problèmes, aussi petits soient-ils. Il ne s’agit pas de créer des conflits, de gronder ou de frapper.

De nombreux experts en éducation de la petite enfance suggèrent de parler de nos enfants avec des conséquences et non des menaces. « Si tu ne te brosses pas les dents, ta bouche sentira mauvais ; si tu ne fais pas tes devoirs, tu n’auras pas le temps de jouer avec tes amis. C’est-à-dire que cela soulève les conséquences réelles de faire ou de ne pas faire une certaine tâche au lieu de les menacer d’endommager quelque chose qu’ils veulent. Au fil du temps, l’enfant saura par lui-même les conséquences de ses actes, c’est en quoi tout cela consiste.

This might interest you...
3 différences entre l’éducation d’un enfant et d’un adolescent
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
3 différences entre l’éducation d’un enfant et d’un adolescent

Beaucoup de parents se demandent ce qu'ils ont fait pour que leur "petit" se rebelle et s'éloigne. L'éducation d'un enfant et d'un adolescent diffè...