7 métaphores thérapeutiques qui vous aideront à mieux comprendre le monde

· 25 septembre 2017

Les métaphores présentent au/à la patient-e une situation qu’iel connaît, ou qu’iel a pu vivre, qui est directement associée au problème contre lequel iel se bat actuellement. Leur but est de lui offrir des solutions pour se sentir mieux.

Les métaphores thérapeutiques doivent remplir un certain nombre de critères pour être efficaces. En premier lieu, la métaphore doit être comprise par le/la patient-e, ce qui veut dire que son objectif doit être adapté à son niveau de compréhension. D’un autre côté, il faut que la métaphore permette au/à la patient-e de se projeter en elle, de manière à ce qu’iel comprenne ce qui se passe dans son existence et que cette motivation lui permette de réaliser le changement thérapeutique dont iel a besoin.

La métaphore doit aussi avoir une structure d’action, de sorte que dans la narration, les étapes que devra suivre le/la patient-e pour améliorer son état lui apparaissent clairement. De plus, la métaphore doit offrir une solution ou une issue au problème dont le/la patient-e souffre. Iel doit voir clairement cette porte de sortie, ainsi que les étapes qu’iel doit réaliser pour la franchir. Si tout se passe bien, iel devrait pouvoir trouver une solution au problème qui l’a poussé-e à consulter.

Quelques métaphores qui peuvent être utilisées en thérapie

C’est principalement la thérapie de l’acceptation et de l’engagement qui utilise des métaphores dans sa méthode. Dans la suite de cet article, nous allons vous présenter certaines métaphores que nous pouvons tou-te-s comprendre, et qui doivent permettre à certain-e-s patient-e-s de se sentir mieux.

La métaphore des deux escaliers

Imaginez que vous et votre thérapeute soyez deux escaliers, qui permettent de gravir deux montagnes différentes, mais proches l’une de l’autre. Le/la thérapeute peut voir, depuis sa montagne, un chemin en mesure de vous aider à gravir plus facilement votre montagne. Pas parce qu’iel est plus clairvoyant-e que vous ou parce qu’iel a déjà escaladé cette montagne, mais simplement car iel dispose d’un point de vue qui lui permet de voir des choses que vous ne pouvez pas voir. Même si le/la thérapeute vous indique le bon chemin, le fait de gravir la montagne n’appartient qu’à vous.


La fenêtre dont dispose le/la thérapeute sur le/la patient-e est ce que l’on pourrait appeler une perspective. Le/la thérapeute peut offrir au/à la patient-e une perspective dont iel ne dispose pas. Mais le/la patient-e est le/la seul-e à pouvoir intégrer cette information et à pouvoir agir.

métaphores thérapeutiques montagne

La métaphore de la lumière

Les pensées négatives automatiques, comme leur nom l’indique, apparaissent dans notre esprit de manière automatique, car nous les avons répétées depuis bien longtemps. De cette manière, nous avons créé une habitude de pensée.

Pour expliquer ce phénomène mental, certain-e-s thérapeutes utilisent une métaphore qui fait référence à une situation que nous avons tou-te-s connue ou expérimentée. Que se passe-t-il lorsqu’une ampoule claque ou lorsque la lumière est coupée ? Nous nous retrouvons dans une pièce obscure et, même si nous savons que la lumière ne va pas s’allumer, nous appuyons sur l’interrupteur. C’est exactement la même chose avec certaines de nos pensées : elles sont totalement automatisées.

La métaphore de la maison et des meubles

Une maison perd-elle de sa valeur si ses meubles sont vieux, dépassés ou abîmés ? La réponse est non, bien évidemment. La maison a une valeur intrinsèque, totalement indépendante des meubles qu’elle contient. La maison n’est pas les meubles, et inversement. De la même manière, l’être humain dispose d’une valeur indépendamment de ses pensées ou de ses actions ponctuelles.


Nous pouvons avoir des pensées ou agir d’une manière plus ou moins nocive, négative ou toxique, mais cela ne veut pas dire pour autant que toute notre personnalité peut être définie ainsi.

La métaphore des sables mouvants

L’anxiété est similaire à ce que nous pouvons ressentir dans des sables mouvants : plus nous luttons contre elle pour en sortir, plus l’anxiété nous enserre et plus nous sommes désespéré-e-s. Cette métaphore est recommandée aux personnes qui sont dans un état anxieux avancé, qui ne parviennent pas à lutter contre et qui sont prisonnières de leur propre corps.

métaphores thérapeutiques amour

La métaphore du voyage à Séville

Vous avez un objectif : voyager à Séville, pour changer d’air et vous installer dans cette ville magnifique. Vous partez pour ce long voyage en voiture. L’un des passagers qui se trouve à l’arrière de votre véhicule commence à vous dire : « Mais où croyez-vous aller comme cela ? Vous ne pouvez pas le faire ! Vous êtes incapable de prendre cette voiture, de conduire autant et d’aller vivre dans une nouvelle ville !« .


Ce passager clandestin et dérangeant incarne vos pensées négatives : elles essaient de court-circuiter vos objectifs, elles provoquent de l’anxiété et, finalement, elles vous font abandonner votre voiture pour votre maison, pour votre zone de confort.

La métaphore de la fête et de l’invité qui nous met mal à l’aise

Vous êtes invité-e à une grande fête : le mariage de votre meilleur ami. Évidemment, vous avez très envie d’y aller, mais vous venez d’apprendre qu’une personne que vous n’aimez pas sera également présente. Il s’agit du collègue de travail de la mariée que vous avez déjà vu une fois, mais qui vous met extrêmement mal à l’aise. Allez-vous manquer le mariage de votre meilleur ami pour autant ? La réponse est évidemment non, car vous allez pouvoir profiter de la présence de nombreuses autres personnes que vous aimez.

métaphores thérapeutiques idées

De la même manière, les émotions négatives ont un impact similaire à celui de votre invité : ce n’est pas parce qu’elles sont également invitées à la fête de votre vie que vous devez cesser de faire des choses importantes.

La métaphore de la chaleur

Les émotions négatives sont comme la chaleur excessive : elles sont désagréables. Vous vous dites sûrement qu’avoir trop chaud est quelque chose d’horrible et d’insupportable. Mais nous savons que, parfois, nous devons subir cette situation, notamment en été. Nous ne lui donnons pas plus d’importance que cela.

De la même manière, les émotions négatives existent et nous devons les expérimenter de temps à autre. Pourquoi ne serions-nous pas aussi indulgent-e-s avec nos différents états émotionnels qu’avec la météo ? Les émotions, de la même manière que la chaleur, qu’un mal de tête ou qu’un bouton dans le nez, sont des états physiologiques gênants, mais ils nous permettent bien souvent d’avoir des informations sur notre corps ou notre environnement.

Gardez à l’esprit toutes ces métaphores ! Vous allez voir que, grâce à la perspective qu’elles nous donnent, il est plus facile d’avoir des pensées positives.