5 phrases ingénieuses de Charles Bukowski

· 28 décembre 2018
Découvrez notre sélection de citations de Charles Bukoswski !

Les phrases de Charles Bukowski ont toujours créé une grande polémique. Cet écrivain et poète allemand, nationalisé aux Etats-Unis, a toujours été une voix critique et caustique. Il aimait dénoncer les contradictions de la société moderne, son hypocrisie et son manque de sens.

On considère Bukowski comme l’un des plus grands représentants du réalisme saleCe courant cherche à refléter l’aspect le plus décadent de la société à travers des œuvres. Il surgit en réponse au désenchantement et au manque de sens qui émerge dans la culture après les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale.

Les phrases de Charles Bukowski conjuguent dénonciation et lyrisme. Il parle sans euphémismes de l’égoïsme humain, de la cruauté sociale et de l’hypocrisie politique. Il ne croit pas en des idéaux ou des utopies. Bien au contraire: il déclare ouvertement son pessimisme et son absence de foi vis-à-vis du futur. Malgré cela, son oeuvre est touchante. Voici quelques-unes de ses phrases qui l’ont rendu célèbre.

« Pourtant, au départ, j’avais tous les dons. Par exemple, mes mains. De temps en temps, je les regarde et je réalise que j’aurais pu être un virtuose du piano, ou d’autre chose. Alors que, finalement, à quoi elles m’auront servi, ces mains ? A me gratter les couilles, à remplir des chèques, à cirer mes pompes, à tirer des chasses d’eau, etc. Conclusion, je les ai salopées, ces mains. Comme mon esprit, d’ailleurs. »

-Charles Bukowski-

1. L’intellectuel et l’artiste

« Un intellectuel est celui qui dit une chose simple d’une façon compliquée. Un artiste est celui qui dit une chose compliquée d’une façon simple. »

Il est très habituel de trouver des traces d’humour dans les phrases de Charles Bukowski. Dans cette dernière, par exemple, il fait un jeu de mot qui aboutit à une phrase pleine d’humour et, en même temps, de sarcasme. Un sarcasme qui le caractérise parfaitement bien.

Il est évident qu’en comparant l’intellectuel et l’artiste, il compare aussi, d’une certaine façon, la raison et la sensibilité. L’écrivain donne une plus grande sagesse et force à cette dernière. Il s’agit d’un contraste entre deux langages.

Charles Bukowski sur les artistes

 

2. L’une des phrases de Charles Bukowski sur la société

« Nous avons formé notre société avec notre manque d’esprit; c’est comme si nous la méritions. »

Il s’agit d’une phrase de Charles Bukowski qui, une fois encore, reflète bien sa pensée. Grand critique de la société nord-américaine, Bukowski n’a jamais cessé de pointer ses vides et ses failles. Tout comme ses grandes contradictions.

Dans cette phrase, il dénonce le paradoxe suivant: la société ne s’est pas créée grâce à l’action de ses intégrants mais à cause de leur manque d’action. Il s’inclut lui-même dans la phrase et signale que cette société correspond au vide qui a permis de lui donner vie.

3. Les gens intelligents

« Le grand problème dans le monde c’est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes alors que les personnes stupides sont plein de certitudes. »

Il s’agit d’une phrase de Charles Bukowski qui est devenue extrêmement populaire. Il y souligne le fait que l’intelligence authentique empêche toute certitude. Ceux qui regardent au-delà des apparences ont aussi des doutes sur la réalité et ses implications.

En revanche, ceux qui ne pensent pas ou ne voient pas (ou ne veulent pas voir) croient facilement à de petites vérités absolues. Ce sont des certitudes face auxquelles ils ne se posent pas de question. Ils ne les remettent pas en cause. C’est cela qui les rend « stupides » et pleins de certitudes.

Charles Bukowski sur l'intelligence

 

4. Mourir pour vivre

« Vous devez mourir à quelques reprises avant de pouvoir vraiment vivre ».

Dans cette phrase, nous retrouvons la veine poétique et sensible du grande poète qu’était Bukowski. Il s’agit de l’une des rares phrases où nous pouvons noter un soupçon d’espoir. Même s’il la commence avec une sentence lapidaire, il la finit par une conclusion optimiste.

Il nous parle de la vie comme une chose qui défie la linéarité. On naît et on meurt plusieurs fois. Pour savoir vivre véritablement, il faut avoir complété ce cycle plusieurs fois. En finir avec tout ce qui constitue notre monde pour pouvoir renaître. Après cela, on apprend réellement à vivre.

5. Ce qui importe réellement

« Ce qui importe avant tout, c’est la façon de traverser le feu ».

Encore une fois, Charles Bukowski laisse émerger son côté didactique et une sorte de tendresse cachée qu’il ne révèle que très rarement. Le feu, dans ce cas, fait référence à tout ce qui fait du mal, à ce qui détruit ou porte atteinte à notre intégrité.

Traverser le feu est donc lié à cette habilité permettant d’avancer au milieu des forces destructrices qui guettent l’être humain. Selon lui, c’est ce qui importe le plus. Traverser ces sentiers de flammes sans se brûler. Rien d’autre.

Charles Bukowski nous a légué une oeuvre polémique et osée qui est sans aucun doute représentative de la société qu’il est maintenant difficile de croire. Ses phrases, ses romans et ses poèmes sont le résultat d’une véritable vocation. Un cri à la fois violent et amoureux pour un monde différent.