5 mythes sur le somnambulisme

25 mai 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
somnambulisme

Le somnambulisme est un trouble du sommeil qui amène le patient à sortir du lit, marcher et même parler. La personne agit comme si elle était éveillée. Les membres de sa famille ont donc souvent peur que quelque chose lui arrive. Par exemple, qu’elle ouvre la porte de la maison et sorte dans la rue, au risque de se faire renverser.

Malgré ce que nous savons de ce trouble, nous découvrirons aujourd’hui certains mythes sur le somnambulisme. Certains d’entre eux sont en effet très répandus et nous les avons acceptés comme des vérités absolues. Beaucoup de mythes sur le somnambulisme ne sont toutefois que le résultat de croyances que nous n’avons pas été en mesure de remettre en cause ou d’en vérifier la véracité.

1. Il est dangereux de réveiller un somnambule

Plusieurs mythes sur le somnambulisme qui circulent traitent d’un thème principal : réveiller une personne somnambule est très dangereux. Certains disent que cela pourrait générer une crise cardiaque et le décès de la personne. D’autres soulignent que le somnambule peut devenir fou. Tout ceci n’est pas totalement vrai.

Que se passe-t-il lorsque nous nous réveillons désorientés ? Nous rêvons parfois si intensément que nous ne savons pas où nous nous trouvons lorsque nous nous réveillons. Quelque chose de semblable arrive à une personne somnambule lorsqu’elle se réveille dans un endroit différent de celui où elle s’était endormie.

somnambulisme

Même si la personne souffre du cœur, une crise cardiaque reste néanmoins peut probable. La personne se réveillera confuse, désorientée et pourra montrer une certaine irritation. Il conviendra alors de la rassurer, de la calmer et de lui expliquer ce qui s’est passé. Elle sera probablement consciente de son état et ira se recoucher.

2. Elles ne se blessent pas si elles heurtent quelque chose

Voici un autre mythe sur le somnambulisme. Il fait référence à l’incapacité pour les personnes souffrant de ce trouble de ressentir de la douleur ou de se blesser. C’est pourquoi les personnes qui accompagnent un somnambule à se recoucher ne s’inquiètent souvent pas si ce dernier trébuche ou heurte quelque chose.

Un somnambule ne perd pas de sensibilité. Il ne devient pas soudainement immunisé contre les stimulus. Il continue à se blesser. Nous devons donc être très prudent lorsque nous l’aidons à se remettre au lit. Si le coup est très fort, cela peut même le réveiller.

« Les épisodes de somnambulisme ont tendance à davantage se produire chez les jeunes. Ils sont notamment très caractéristiques chez les enfants de 3 à 13 ans environ. Les épisodes deviennent moins fréquents à mesure que l’âge avance. »
Partager

3. Ils gardent toujours les yeux fermés

Nous avons tous vu des films d’horreur où les somnambules apparaissent comme une ombre, avec des yeux fermés et une attitude sinistre. Cela n’arrive néanmoins que dans les films. La réalité est assez différente.

Les somnambules n’avancent pas les yeux complètement fermés. Comment un somnambule ouvre-t-il une porte ? Comment sait-il qu’il doit monter des escaliers ? Il peut effectuer cela car il a les yeux ouverts et peut voir ce qui l’entoure même si son cerveau est dans un état de rêve.

4. Ils ont des épisodes de somnambulisme tous les jours

Encore un autre mythe très répandu sur le somnambulisme. Il existe une tendance à croire qu’un somnambule souffre de cette caractéristique au quotidien. Autrement dit, nous devons tous les jours être vigilant car il est probable qu’il se lève. Ceci est faux.

Les somnambules ne se lèvent pas toujours. Cela arrive généralement lorsqu’ils traversent une période de stress intense. C’est le stress qui détermine le fait qu’une personne souffre de somnambulisme toute une semaine, un mois ou juste un quelques jours sporadiques. Le traiter est donc hautement important.

homme faisant du somnambulisme

Plus une personne sera stressée, plus elle aura d’épisodes de somnambulisme. Ces derniers seront cependant réduits si l’intensité du stress l’est également.
Partager

5. Ils doivent être enfermés

La préoccupation de la famille pour le bien-être de la personne qui souffre de somnambulisme peut l’amener à l’enfermer. Ceci n’est cependant pas très positif. En effet, confiner un somnambule dans un espace relativement petit où sa mobilité est limitée entraînera davantage de risques qu’il se blesse avec quelque chose.

L’idéal est de prendre des mesures telles que fermer de la porte de la maison et les fenêtres. Disposer de volets est encore mieux car le bruit nous réveillera si le somnambule tente de l’ouvrir. Il est également important de ne laisser aucun objet tranchant ou pouvant le blesser à sa portée. Un couteau tranchant ou des briquets, par exemple.

Les mesures de sécurité seront différentes pour chaque personne souffrant de somnambulisme.  En effet, certains tentent de quitter la maison, d’autres tendent à se rendre à la cuisine pour manger ou même cuisiner. Il est donc recommandé de mettre hors de portée tous les éléments qui mettent sa santé en danger.

femme endormie

Aucun traitement spécifique pour le somnambulisme n’existe à l’heure actuelle. Il est simplement recommandé d’avoir une bonne hygiène de sommeil. Les recommandations seraient ici de ne pas dîner abondamment, de se coucher pas tous les jours à la même heure, de dormir suffisamment et même de réaliser une thérapie pour faire face au stress.


A découvrir aussi