5 faits scientifiques surprenants sur l'amour

08 novembre, 2020
Il existe de nombreuses données scientifiques sur l'amour. Certaines vont à l'encontre de cette vision magique cinématographique ou littéraire. En voici quelques-unes.

Il y a de plus en plus de faits scientifiques sur l’amour, et beaucoup d’entre eux sont surprenants. Les recherches à cet égard nous ont permis de vérifier que ce sentiment a bien plus à voir avec le cerveau et les hormones qu’avec les rêves et les illusions.

Les données scientifiques sur l’amour nous rappellent que tomber amoureux relève de la physique, de la chimie et de la biologie. Bien sûr, ce sentiment ne se réduit pas à cela, car il acquiert également un sens dans l’esprit et façonne nos perceptions de la vie et nos relations avec les autres.

L’amour romantique est et restera une source de motivation et de rêves. Cela enrichit la vie, car il nous rend plus créatifs et plus heureux. Au-delà de cela, des données scientifiques sur l’amour expliquent que ce sentiment provoque des réactions physiologiques intéressantes, et que presque personne n’échappe à son charme.

“Le véritable amour est comme les esprits : tout le monde en parle, mais peu l’ont vu.”

-François de La Rochefoucauld-

La réalité sur l'amour.

Quelques faits scientifiques sur l’amour

1. L’amour, c’est comme une frénésie

L’expression “être ivre d’amour” peut être prise à la lettre. Une étude publiée par la revue Neuroscience and Biobehavorial Reviews en 2015 explique que le sentiment amoureux est ressenti “comme une ivresse”.

La recherche menée par des scientifiques de l’Université de Birmingham a indiqué que pendant l’engouement amoureux, il y a une forte libération d’ocytocine, également connue sous le nom de “l’hormone de l’amour”. L’effet que cette substance provoque dans le corps est très similaire à celui d’une consommation excessive d’alcool.

2. Des faits scientifiques surprenants sur l’amour ? Il peut modifier le cerveau !

Une étude intéressante réalisée par une équipe de scientifiques de l’Université des sciences et technologies de Anhnui a été publiée dans la revue Frontiers of Human Neuroscience. 100 volontaires ont participé à cette étude : parmi eux, il y avait des célibataires, des personnes en couple et des personnes qui sortaient d’une relation amoureuse.

Le cerveau de tous les participants a été examiné via un IRM. Le constat fut le suivant : les amoureux avaient une plus grande activité cérébrale dans les domaines liés à la motivation, à la récompense et aux compétences sociales. Leur cerveau ressemblait remarquablement à celui des toxicomanes.

3. L’amour n’a rien à voir avec le chocolat

Il y a une croyance qui dit que les chagrins d’amour s’oublient plus facilement lorsque l’on mange du chocolat. Cet aliment contiendrait des substances qui équilibrent l’effet chimique que crée l’absence de l’être cher sur le cerveau. C’est pourquoi certains d’entre nous consomment du cacao sous toutes ses formes suite à une déception amoureuse.

La science nous dit que cette croyance est absolument fausse. Il est vrai que le chocolat contient de la phényléthylamine, une substance liée à l’engouement. Mais lorsqu’elle est ingérée par le tube digestif, elle perd tout son effet.

4. L’amour nous fait sentir des papillons dans l’estomac

Lorsque nous aimons quelqu’un, nous avons tendance à dire que nous l’aimons de tout notre cœur. Au vu de certaines données scientifiques, nous pourrions également évoquer l’estomac : les fameux papillons dans l’estomac existent.

Ces papillons correspondent à une sorte de picotement qui évoque une “peur heureuse”. La science explique qu’il existe une association entre le cerveau et le système digestif. Si vous aimez une personne, le simple fait de la voir peut déclencher de nombreuses réactions physiologiques dont ces pulsations rapides et légères dans l’estomac.

Des informations sur l'amour.

5. La monogamie chez les animaux

Ce fait scientifique n’a pas à voir avec l’amour à proprement parler, mais plutôt avec la fidélité. Certaines espèces d’animaux ont un seul partenaire pour toute la vie. Pourquoi ? Les raisons ne sont pas particulièrement romantiques.

Dans certains cas, cela s’explique par le fait qu’il y a peu de spécimens. Dans d’autres cas, cela est dû au fait que les jeunes spécimens sont très vulnérables à un environnement hostile : rester ensemble améliore alors leurs chances de survie.

Les informations disponibles indiquent que seulement 5 % des espèces sont monogames. Et dans tous les cas, c’est pour des questions pratiques.

Quoi qu’il en soit, l’amour est et restera un état fabuleux. Cela nous amène à vivre intensément chaque sensation. Cela nous rend également plus dynamiques et plus sensibles. Que ce sentiment s’explique par la chimie, la physique, la biologie ou la sémantique, peu importe, l’amour vaut toujours la peine.

Orizano, A. N. L., & Zacarias, J. M. P. (2017, June). Las Neurociencias del Amor. In 6ta Jornada Científica de estudiantes-FACISAL.