5 erreurs que les parents font avec leurs enfants

· 22 septembre 2015

« Comme ma maman ne me laissait pas manger de chocolat, j’achète une tablette par jour à mon enfant ». « Mon père me lançait des défis si je n’étudiais pas, je vais laisser mon enfant faire ce qu’il veut à l’école ». Ces phrases vous paraissent familières ?

Il y a une multitude de manuels qui indiquent comment doivent être les parents parfaits ou idéaux. Cependant, la pratique fait le maître, et dans la vie réelle, il n’est pas si facile de mener à bien ces conseils qui ont pourtant l’air faits pour vous.

De fait, vous avez sûrement souffert d’injustice quand vous étiez petit. Il est également probable que vous ayez aussi juré de ne pas faire la même chose avec vos enfants. Peut-être que vous y arrivez, mais cela ne veut pas dire que c’est bon pour eux.

Saviez-vous que plus de la moitié des livres d’aide disponibles dans les libraires sont pour devenir de bons parents ?

Apparemment, la peur de se tromper ou de répéter les erreurs du passé est très forte et détermine ce que les adultes lisent aujourd’hui.

Mais attention, se tromper n’est pas la même chose qu’échouer. Personne n’est né sage. L’une des erreurs les plus fréquentes des parents est d’éviter que les enfants souffrent de la même chose qu’eux durant l’enfance.

Cela arrive car parfois, nous croyons que quelque chose était mauvais pour nous alors qu’en fait « on l’a fait pour notre bien ».

education-420x268

Par exemple, si notre mère ne nous laissait pas manger de chocolat tous les jours, ce n’est pas car elle était mauvaise, mais parce qu’elle savait que cette habitude provoquait des caries, de l’obésité ou d’autre problèmes.

Si notre père nous demandait si tout allait bien à l’école, c’est parce qu’il voulait que nous suivions bien les études, et non pas que nous allions en cours à notre guise ».

Selon les chercheurs, nous avons hérité des traumatismes et des clichés de nos parents, et il est très probable que nous finissions par faire la même chose avec nos enfants.

En plus des expressions typiques qu’ils vous disaient quand vous étiez petit, et que vous répétez sûrement à vos enfants, il peut arriver qu’à cause d’un problème de votre enfance, vos petits souffrent également des conséquences qui en découlent.

Les typiques « déjà-vu » de l’enfance

Nous parlons ici des choses que vous disaient vos parents, auxquelles vous obéissiez sûrement et que vous êtes en train de répéter à vos enfants :

1- “Il n’y a qu’à demander”

Vous vous sentez coupable de les laisser toute la journée quand vous partez travailler, alors vous leur achetez tout ce qu’ils vous demandent, vous cédez à tous leurs caprices peu importe ce dont il s’agit.

Le fait de ne pas être avec eux quand ils grandissent vous donne le sentiment qu’il faut vous purifier, avec des cadeaux.

2- “Le professeur a la lubie”

Avant, quand vous arriviez chez vous avec une mauvaise note, vos parents vous punissaient. Aujourd’hui, si cela arrive, les parents courent chez le professeur pour lui parler et lui demandent des explications concernant son comportement envers leur enfant.

N’essayez pas d’excuser la situation en pensant que le professeur est devenu fou ou que ce n’est pas de la faute de votre enfant.

peres-fils2-420x327

 

3- “Que la télévision les amuse”

Cela est un mal moderne dont vous n’avez peut-être pas souffert quand vous étiez petit car il y a quelques années, il n’y avait pas autant d’émissions, de jeux vidéos, de réseaux sociaux, de pages web etc.

Peut-être que vous vous êtes énervé plus d’un fois car vos parents vous envoyaient dans votre chambre sans regarder la télé.

Maintenant, vous pensez que vos enfants peuvent rester des heures et des heures devant l’écran, quelque chose qui vous permet aussi d’alléger la charge de leur garde.

4- “Ils savent que je les aime”

On n’exprime jamais trop notre tendresse aux êtres qui nous entourent. Quand ils sont bébés, c’est plus facile de leur dire qu’ils sont les plus importants au monde, qu’on les aime etc. Mais avec le passage des années, cette habitude disparaît petit à petit.

Quand les enfants arrivent à l’adolescence, par exemple, ce sont eux qui demandent aux parents de ne pas être si expressifs car cela leur fait honte. Au lieu de les écouter, continuez à leur montrer votre amour.

5- “Il comprend uniquement lorsque je le punis”

On peut dire que punir ses enfants est la voie la plus rapide pour que l’enfant ne fasse pas quelque chose de mal à nouveau. Mais pendant combien de temps apprennent-ils la leçon ?

S’ils savent que le jour suivant vous aurez oublié ce qu’il s’est passé, vos paroles n’auront aucune valeur. Même si vos parents ont été très sévères avec vous, n’oubliez pas qu’il n’y avait pas pire leçon qu’une réprimande à votre époque.