5 conseils pour mener une introspection libératrice

· 28 juin 2018

En termes généraux, l’introspection se définit comme la capacité à observer, à écouter et à nous connecter à notre monde interne. Ce processus se réalise pour augmenter notre niveau de conscience à propos de la personne que nous sommes et de ce que nous voulons. Une introspection libératrice permet aussi d’identifier les obstacles qui s’interposent dans notre évolution personnelle.

Les environnements actuels sont, dans leur grande majorité, très aliénant. Ils nous déconnectent de nous-mêmes et nous poussent à regarder uniquement vers l’extérieur. Ils essayent aussi de nous imposer une forme d’être et de désirer, qui ne coïncide pas nécessairement avec ce que nous sommes véritablement. Cela mène à une adaptation passive ou à un mal-être constant.

« La réflexion est l’œil de l’âme. »

-Jacques-Bénigne Bossuet-

Il est important d’introduire dans notre vie l’espace nécessaire à une introspection libératrice. Nous n’avons pas besoin de beaucoup de choses. Seulement de temps, d’un lieu adéquat et, surtout, d’une volonté authentique de naviguer dans notre monde interne. Voici donc quelques conseils pour vous aider dans ce processus.

1. Préparer le cadre adéquat

Le cadre adéquat pour réaliser une introspection libératrice implique de choisir un moment et un lieu propices. Le bon moment est celui où vous n’êtes pas pressé et où vous savez que personne ne vous interrompra.

mener une introspection

L’endroit idéal est celui où vous vous sentez à l’aise. Si vous avec accès à un lieu isolé, où il y aurait peu de bruit, c’est parfait! Dans tous les cas, l’essentiel est d’être décidé à faire une introspection bénéfique.

2. Examiner le passé pour mener une introspection libératrice

La meilleure manière de commencer une introspection libératrice consiste à explorer son passéSi vous voulez faire une révision ponctuelle, vous devez commencer par le passé immédiat. Si vous cherchez à réaliser une introspection profonde, il n’y a aucune limite.

Nous vous conseillons de vous poser des questions basiques. Quelles ont été mes erreurs les plus récurrentes ? Comment ai-je réussi à réaliser mes objectifs ? Ai-je été satisfait par les buts que j’ai atteints ? Quelles sont mes failles ?

3. Identifier les vides

Une partie très importante de l’introspection libératrice est celle qui consiste à identifier ses videsCeux-ci comprennent les besoins insatisfaits, l’absence de réponses face à des questions importantes et les difficultés au moment de trouver des buts dans la vie.

mener une introspection

Il est important d’analyser ces vides et de découvrir celui qui crée le plus d’insatisfaction, de douleur ou d’angoisseVisualiser le panorama général et voir s’il y a des solutions ponctuelles à tester. Si ce n’est pas le cas, vous devez vous concentrer sur les vides les plus simples à résoudre.

4. Comprendre des erreurs de diverses natures

Lors de cette phase, il faut parvenir à s’auto-critiquer mais de façon constructive. Il s’agit d’identifier les obstacles qui vous empêchent de combler vos vides et de mener une vie plus satisfaisante. Ces obstacles peuvent être d’ordre mental, émotionnel ou être influencés par un facteur externe.

L’essentiel est de ne pas se fustiger et de garder une attitude compréhensive vis-à-vis de vous-même. Vous n’êtes pas là pour évaluer vos erreurs mais pour identifier les barrières qui ne vous laissent pas progresser.

Vous devez distinguer s’il existe des sentiments de culpabilité, explicites ou cachés, qui vous tourmentent fréquemment. Si vous êtes en colère contre une personne ou une situation. Si vous avez peur d’une chose et n’arrivez pas à surmonter cette crainte. Le résultat de cet examen est définitif pour que l’introspection soit réellement libératrice.

5. Reconnaître ses forces et se fixer des buts

Le véritable objectif d’une introspection libératrice est de vous renouveler et de changer certains aspects de votre vie. Par conséquent, l’étape finale consiste à reconnaître vos forces. La première est l’intérêt qui vous a poussé à suivre tout ce processus. La question que vous devez vous poser est: quels facteurs de ma personnalité constituent mes plus grandes forces ? Comment ces forces peuvent-elles m’aider à changer « x » aspect ?

mener une introspection

Implicitement, cela vous pousse à vous fixer des objectifs. L’idéal est qu’ils ne soient pas nombreux. Le mieux étant que vous ne vous en fixiez qu’un, avec tous les petits buts implicites qu’il implique. Tout dépend de la motivation que vous ressentez. De toute façon, vous devez terminer votre introspection libératrice avec une proposition de changement.

Il est conseillé de réaliser l’un de ces processus d’introspection de façon régulière. La première fois, cela vous semblera un peu curieux mais au fur et à mesure que vous la pratiquerez, elle deviendra beaucoup plus fluide. Nous avons besoin, de temps en temps, d’ouvrir ces espaces personnels.