Derrière nos nombreux excès se cachent nos vides

· 13 janvier 2018

Notre vide émotionnel nous rappelle qu’il existe quelque chose que nous ne parvenons pas atteindre, quelque chose qui nous génère instabilité et frustration. Nous pouvons essayer de remplir ce vide à travers les excès, en buvant de l’alcool jusqu’à ce que nos sens se troublent, en s’exigeant dans une salle de sport, en mangeant émotionnellement ou en achetant compulsivement, mais le sentiment de désespoir subsistera ou augmentera après avoir exécuté ces comportements.

Le sentiment de vide peut produire un blocage émotionnel, ce qui finit par nous empêcher de faire face à notre réalité, menant à une vie de désordre afin de couvrir nos manques.

La lutte contre le vide émotionnel n’est pas facile, mais les excès ne sont pas la solution. Une bonne partie des émotions et des sensations les plus négatives que nous pouvons expérimenter se recoupent, nous laissant la sensation d’avoir plongé dans un puits très profond. Ces émotions produisent un sentiment d’impuissance qui apparaît lorsque nous sommes incapables de réagir à des situations douloureuses.

Lorsque nous considérons que tout est perdu, les excès semblent être la seule solution. Tout comportement agréable normal se transforme en un comportement psychologiquement addictif. En effet, nous pourrions utiliser de façon anormale des comportements normaux en fonction de l’intensité, de la fréquence, du degré d’interférence dans les relations personnelles.

femme de dos

Se sentir incapable de faire face à nos vides conduit à l’excès

Les excès contrôlent notre comportement, nous amenant même à nier de façon manifeste ledit comportement. Ce cercle vicieux, dans lequel les excès augmentent nos vides, ne prendra fin que lorsque nous ferons face à ce qui nous conduit à ces « comportements d’abandon ».

Lorsque nous sommes incapables de réagir à des situations problématiques, une barrière se crée entre nous et ce à quoi nous devons faire face, générant un terrain propice à un comportement excessif. Il existe des signes qui nous avertissent que nous pouvons tomber dans un comportement excessif pour dissimuler la réalité qui nous tourmente. L’évitement des activités, la nervosité quotidienne, la peur et le manque de motivation sont les conséquences de ne pas faire correctement face à nos vides.

femme avec un trou en forme de coeur dans le buste

Considérer tout comme un nécessité peut s’avérer être un problème de taille. Derrière les nécessités se trouvent nos vides et derrière les manques se cachent nos excès. Identifier les besoins qui nous conditionnent est essentiel pour comprendre nos vides. Un besoin modéré est normal et sain, le problème survient lorsque ce besoin devient irrépressible.

« Selon les choses qui nous procurent du bonheur, ces dernières conduiront à un jeu dans lequel la somme sera toujours nulle : comme une addiction, qui nécessite des doses constantes d’acquisitions et, au fur et à mesure que nous possédons davantage que  nos voisins, rien de ce que nous possédons n’a vraiment d’importance. »
-Mihály Csíkszentmihályi-

Nous devons être courageux pour reconnaître ce qui nous manque

Il n’existe rien de mieux que de nous connaître nous-même pour combler nos vides. Beaucoup de personnes qui recourent à la consultation et qui disent éprouver un grand sentiment de vide savent très peu de choses sur elles-mêmes, n’ont pas mis à jour depuis longtemps la vision d’elles-mêmes qu’elles ont générée autrefois et qu’elles regardent avec nostalgie.

Sachant qu’elles sont différentes, que les années ont passé ; sachant qu’elles ne sont plus les mêmes qu’avant mais sans savoir qui elles sont aujourd’hui. Lorsque la sensation de l’anhédonie nous envahit et que nous ne savons pas ce qui nous arrive et/ou pourquoi cela nous arrive, il est temps d’agir, d’être courageux et de reconnaître que quelque chose ne va pas.

Reconnaître ce qui nous manque implique une réflexion profonde de nos besoins émotionnels, au-delà du trivial, du matériel et de ce que les autres attendent de nous. Nous devons être très courageux pour reconnaître que nous sommes loin de mener la vie que nous voulons ou la vie que nous avons gribouillée à l’horizon. Seule une personne complète est capable de confesser ses fautes et de reconnaître ses erreurs.

Seule une personne qui se regarde avec de bons yeux, et met de l’affection dans ce regard, est prête à s’accepter et à intégrer ses désirs dans son identité, dynamique et mutante par définition, de sorte que cette fusion ne produise pas de dissonance.

« Lorsque nous nous débarrassons de tout ce que nous possédons, cela consiste en réalité à posséder tous les trésors du monde. »
-Mahatma Gandhi-
peinture