4 phrases de Jung qui vous accompagneront dans votre processus de croissance

23 juin 2017 dans Psychologie 5908 Partagés

Parler de Carl Gustav Jung n’est pas une tâche aisée car son raisonnement est, pour une bonne partie, profond et complexe. Avec sa capacité d’introspection, il a été capable d’éclairer le chemin des autres âmes perdues de ce monde pour se trouver elles-mêmes. Il a donc apporté de la lumière à la connaissance humaine et a parlé avec honnêteté des points qu’il considérait nécessaires pour entrer dans la psychologie profonde.

Nous allons donc par la suite rassembler quelques idées sorties de l’esprit de Jung. Des idées qui, très souvent, résonnent en nous comme des mantras. Des pensées révolutionnaires qui, bien interprétées, peuvent se transformer en authentiques moteurs de changement…

« La vie non-vécue est une maladie dont on peut mourir »

Effectivement… Nous avons tou-te-s des envies, des désirs, des motivations et un potentiel immense à découvrir. Très souvent, nous nous retrouvons à vivre une vie qui ne nous correspond pas. Notre être tout entier hurle et personne ne l’écoute. Il se démène et lutte mais finit par accepter un destin qui n’est pas celui qu’il recherche.

Parfois, nous finissons par vivre d’une façon qui ne nous correspond pas. Qui ne cadre pas avec nous, qui ne s’emboîte pas avec nos idées. Le manque d’authenticité et de vérité envers nous-mêmes pénalise notre corps et notre esprit. Vivre une vie sans la moindre authenticité a des répercussions que votre corps et vos expériences se chargeront de vous montrer très rapidement.

« Tout ce qui nous irrite chez les autres nous conduit à une meilleure connaissance de nous-mêmes »

Une fois de plus, les projections améliorent notre auto-connaissance. En même temps que nous nous projetons, nous générons l’opportunité de voir très clairement chez l’autre ce que nous ne sommes pas capables de voir en nous-mêmes. Ou ce que nous ne voulons pas voir… Le paradoxe réside dans le fait que, même sans miroir, nous sommes capable de reconnaître des choses qui nous concernent.

Les projections peuvent se faire par rapport à ce que nous détestons chez l’autre ou par rapport à ce que nous admirons chez d’autres personnes ; ce sont dans tous les cas des choses que nous ne voyons pas en nous. Quand vous vous sentez profondément irrité-e par quelque chose qui, a priori, ne devrait pas vous toucher, demandez-vous si cela peut avoir un lien avec une chose que vous détestez aussi chez vous mais que vous n’acceptez pas.

Il ne s’agit pas d’en arriver à se détester, ce n’est pas du tout ce que voudrait Jung. Il s’agit de comprendre ses propres points obscurs et de les accepter pour pouvoir les changer. Si nous ne passons pas par cela, nous projetterons toujours chez l’autre ce que nous n’acceptons pas de nous-mêmes. Et, une fois de plus, nous serons condamnés à une vie de tromperie et de non-authenticité.

« Tout ce à quoi vous résistez persiste »

Toutes les leçons que vous allez devoir apprendre dans votre vie se répéteront jusqu’à ce que vous réussissiez à en tirer un enseignement et à les incorporer dans la connaissance que vous avez de vous et du monde. Combien de fois vous êtes-vous heurté-e avec le même genre de personnes qui vous ont fait du mal et avez-vous continué à vous immoler dans une tâche impossible ? Ou combien de fois avez-vous résisté à accepter vos ombres ?

Vous accumulez toutes ces choses dans une caisse que vous ne voulez pas ouvrir. Mais elles sont bien là, et plus vous vous efforcerez de dissimuler votre véritable nature, plus elle surgira avec virulence dans le monde extérieur. D’une manière incontrôlable et imprévisible car en essayant de la recouvrir d’un drap, vous avez renoncé à ce contrôle.

« La dépression est comme une femme vêtue de noir. Si elle arrive, ne l’expulsez pas ; invitez-la à table comme s’il s’agissait d’une convive et écoutez ce qu’elle a à vous dire »

Comment, sinon, allons-nous comprendre la raison de son apparition…? Si nous ne faisons pas asseoir ces invités inattendus à notre table et ne les écoutons pas, nous ne saurons jamais pourquoi ils sont apparus. Les émotions s’agrippent à un sens pour exister. Elles apparaissent pour une raison concrète. Pour pouvoir être changée, une chose doit pouvoir être vue, écoutée et acceptée. Nous tourner le dos à nous-mêmes ne nous servira à rien. Des sensations désagréables et difficiles à digérer ne tarderont pas à faire leur apparition.

Ce sont sans aucun doute des phrases qui résonneront en vous. Elles nous invitent toutes à être authentiques, à ne pas dissimuler notre nature, à écouter ce que la vie veut nous dire et à ne pas lui tourner le dos. À nous respecter et à respecter les autres sans leur attribuer de façon injuste des choses qui ne leur correspondent pas. Merci, Jung, pour tout l’héritage que tu as laissé et qui nous aide dans chacun de nos processus de croissance. Des processus qui, d’ailleurs, ne s’interrompent jamais et n’ont pas de fin.

A découvrir aussi