33 belles phrases d’Erich Maria Remarque

· 24 avril 2016

L’écrivain allemand Erich Maria Remarque a vécu à l’époque de la Première Guerre mondiale.

Cette expérience difficile a fait de lui une personne incroyablement sensible qui a donné naissance à une âme des plus vulnérables et à un talent humain fors du commun.

Dans chacun de ses livres et de ses écrits, son travail se base sur des visualisations personnelles de l’environnement et de sentiments authentiques, sur tout ce qu’il a pu ressentir avec son cœur si sensible ; observer, voir de ses yeux magnifiques.

Dans ses livres, nous pouvons percevoir que pour lui, l’amour est un sentiment replet de passion sur lequel il base sa vie est son existence.

Il partage avec ses lecteurs ses idées selon lesquelles la guerre est un acte néfaste qui touche et détruit principalement la volonté, la foi, et le destin de chacun des êtres humains. 

Son travail se base surtout sur la génération perdue pendant cette guerre, et sur les personnes qui n’ont pas vécu la tragédie qu’est la guerre.

 “ Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »
-Albert Einstein-

femme arrosant une fleur

Aujourd’hui nous vous invitons à lire, ou relire, les plus belles phrases des livres de Remarque dans « Trois camarades », « Arc de Triomphe », « À l’Ouest, rien de nouveau » et « Le ciel n’ont pas de préférés ».

  • “Non”, dit-il rapidement. « Pas ça. Rester amis ? Semer un petit potager sur la lave de sentiments éteints ? Non, ce n’est pas pour nous. C’est ce qu’il se passe après de petites amourettes, mais ça sonne faux. L’amour ne se tache pas avec l’amitié. La fin est la fin ».
  • Personne ne peut t’être plus étranger que la personne que tu as aimée jadis.
  • Comme un être humain qui aime vraiment peut devenir maladroit ! Il perd si vite la confiance en soi ! Et comme il se sent seul ! Toute son expérience fanfaronne se dissipe tout-à-coup comme la fumée, et l’on se sent si incertain.
  • Seul celui qui a été maintes fois tout seul connaît le bonheur que les rencontres avec sa bien-aimée lui procurent.
  • L’amour ne tolère pas les explications, seuls les actes.
  • Tout amour veut être éternel, et c’est bien là son éternel tourment.
  • C’est seulement lorsque vous rompez avec une personne de façon définitive que vous commencez à ressentir un profond intérêt pour tout ce qui la concerne. C’est là l’un des paradoxes de l’amour.
  • Seul celui qui a vécu la tristesse peut reconnaître le bonheur. Celui qui est heureux ne sait pas plus de la joie de vivre qu’un mannequin qui fait semblant d’être vivant. La lumière ne brille pas quand tout est éclairé, elle resplendit dans l’obscurité.
  • Parler du bonheur ne te prend pas plus que cinq minutes. Il n’y a rien à dire sauf que tu es heureux. Tandis que les gens peuvent parler éternellement de leurs malheurs.
  • Une personne est vraiment heureuse quand elle ne fait pas attention à l’heure et lorsque la peur ne la presse point. Mais même si tu as peur, il faut rire. Que pourrait-on faire d’autre ?
  • Le bonheur est la chose la plus indéfinie et coûteuse du monde.
  • La ville la plus belle du monde est celle où tu es heureux.
  • Tant que l’homme n’abandonne pas, il est plus fort que son destin.
  • Plus l’être humain est primitif, plus il croit en lui-même.
papillon

  • «Rien n’est perdu», me suis-je dit. «L’on ne perd une personne que lorsque l’on meurt».
  • Les cyniques ont la meilleure personnalité. Les idéalistes sont les plus intolérables. Bizarre, non ?
  • Moins tu présumes, plus tu vaux.
  • Tu as tort si tu crois que tout le monde a la même capacité d’avoir des sentiments.
  • Si tu veux que les gens ne se rendent pas compte de quelque chose, ne sois pas précautionneux.
  • Souviens-toi de cela : jamais, jamais, et encore jamais tu n’auras l’air ridicule devant une femme si tu fais quelque chose pour elle.
  • La femme n’a pas besoin de dire à l’homme qu’elle l’aime. Ses yeux scintillants et heureux le disent. Ils disent plus que mille mots.
  • Une femme, il faut l’idolâtrer, ou la quitter. Le reste, ce ne sont que des mensonges.
  • Un vieux diction dit : «Si une femme appartient à quelqu’un d’autre, elle est cinq fois plus désirable que celle que tu peux séduire».
  • Il ne faut rien expliquer aux femmes, avec elles il faut toujours agir.
  • Une femme n’est un meuble en métal, une femme, c’est une fleur. Elle ne souhaite pas de formalités. Elle a besoin de jolis mots chaleureux. Il vaut mieux lui dire quelque chose de beau chaque jour, que de travailler pour elle frénétiquement et la regarder avec rancune toute la vie.
  • J’étais à son côté, je l’écoutais, je riais et je pensais à quel point cela devait être horrible que de se sentir aimé par une femme et d’être pauvre.
  • Ce que tu ne peux pas obtenir a toujours l’air mieux que ce que tu as. C’est ça l’amour et l’idiotie de la vie humaine.
  • On dit que les 70 premières années sont les plus difficiles à vivre. Après l’affaire s’améliore.
  • La vie est un bateau qui a tant de voiles qu’il peut couler n’importe quand.
  • Le repentir est la chose la plus inutile du monde. On ne peut pas revenir dans le temps. On ne peut rien corriger. Autrement nous serions tous des saints. La vie n’a jamais eu l’objectif de nous rendre parfaits. Celui qui est parfait devrait être exposé dans un musée.
  • Parfois il faut rompre avec les principes, autrement ils ne te donneront aucune joie.
  • Il vaut mieux mourir quand tu as envie de vivre, que de vivre jusqu’au moment où tu souhaites mourir.
  • Quoi qu’il en soit, ne prends pas les choses si au sérieux. Il y a tellement peu de choses qui importent réellement dans la durée !