Les 30 affirmations les plus fausses de l’histoire

· 28 janvier 2017

Il est curieux de voir qu’il y a autant de personnes qui ont peur de l’erreur dans le monde. Et d’autant plus car, en vérité, l’histoire de l’humanité est l’histoire d’une accumulation d’erreurs successives. Même les plus grand-e-s expert-e-s, les génies, ou les plus érudit-e-s ne peuvent y échapper. Elleux aussi ont affirmé des choses totalement fausses tout au long de l’histoire.

Pour la démonstration, voici trente exemples : des prédictions et affirmations qui, à leur époque, paraissaient incontestables et qui, avec le temps, se sont révélées être de grandes « fausses vérités ». Les voici :

« Les machines volantes plus lourdes que l’air sont impossibles »

Lord Kelvin, mathématicien britannique et physicien, 1895

 

« Une fusée ne pourra jamais sortir de l’atmosphère de la Terre »

New York Times, 1936

 

« Tout ce qui pouvait être inventé a été inventé »

Charles Duell, mandaté par le bureau des brevets des États-Unis, 1899

 

« Le cheval est ici pour rester, l’automobile est seulement une nouveauté, une mode »

Président de la caisse d’épargne du Michigan, suggérant à l’avocat de Henry Ford de ne pas investir dans la Ford Motor.

 

« La télévision ne durera pas. Elle n’apporte aucune valeur à part celle d’avoir eu un lancement très retentissant »

Mary Someville, pionnière de la radio éducative aux États-Unis, 1948

 

« La télévision ne durera pas car les gens se fatigueront rapidement de regarder une boîte en contreplaqué tous les soirs »

Darryl Zanuck producteur de la 20th Century, 1946

 

« Cette boîte à musique sans fil n’a pas de valeur commerciale. Qui paiera pour un message envoyé à personne en particulier ? »

Associés de David Sarnoff, en réponse à sa proposition d’investir dans la radio, 1921

Le mouvement de la terre et les voyages à grande vitesse impossibles !

« Les voyages en train à grand vitesse ne sont pas possibles car les passagers ne peuvent pas respirer et meurent d’asphyxie »

Dr Dionysys Larder, professeur de Philosophie Naturelle et d’Astronomie de l’Université de Londres, 1793-1859.

phrases-histoire

« J’ai du mal à accepter la théorie de la relativité, comme l’existence des atomes et d’autres dogmes du même style ».

Ernst Mach, professeur de physique à l’Université de Vienne

 

« L’énergie que produit la désintégration d’un atome est complètement insignifiante. Qui espère produire une source d’énergie de la fission de ces atomes dit des bêtises »

Ernest Rutheford, découvreur du noyau de l’atome et Premier Prix Nobel de Chimie

 

« Le ciel et la terre ont été créés ensemble au même moment, le 23 octobre en 4004 av. J.C., à 9 heures du matin »

John Lightfoot, vice-recteur de l’Université de Cambridge, peu avant la publication de « L’origine des espèces ».

 

« Les animaux, qui bougent, ont des membres et des muscles. La terre n’a ni membres, ni muscles, et ne bouge donc pas »

Scipione Chiaramonti, père du pape Pie VII

 

« Nous n’aimons pas sa musique. Et la musique de guitare est en voie de disparition. »

Decca Recording Company, quand elle refusa de signer un contrat avec les Beatles, 1962

histoire-personnes-devant-un-volcan

 

« Ce ‘téléphone’ a trop de déficiences pour être sérieusement considéré comme un moyen de communication. Ce dispositif en soi n’a pas de valeur pour nous »

Rapport interne de Western Union, 1876

 

« Reagan n’a pas ce regard présidentiel »

Direction de United Artists, après avoir refusé Reagan pour personnage principal du film The Best Man en 1964.

 

« Je crois qu’il y a un marché mondial pour, peut-être, cinq ordinateurs »

Thomas Watson, président de IBM, 1943

 

« Tôt ou tard, on découvrira que les rayons X ne sont qu’un immense canular »

Lord Kelvin, président de la Royal Society, 1883

 

« Quand tout le monde connaîtra le sujet, on le reconnaîtra comme un échec évident »

Henry Morton, président de l’Institut Stevens de Technologie, sur l’ampoule d’Edison, 1880.

 

« Personne ne va payer pour aller de Berlin à Postdam en une heure, quand il peut y aller gratuitement en un jour sur son cheval »

Roi Guillaume Ier de Prusse, à propos des trains, 1864

 

« Il n’y a aucune raison qu’un individu ait un ordinateur chez lui »

Ken Olson, président fondateur de Digital Equipment Corporation (DEC), lors d’une discussion à la World Future Society, Boston, 1877.

 

« Si l’excès de tabac joue un rôle dans la production du cancer du poumon, il semblerait qu’il soit très petit »

WC Heuper, Institut National du Cancer, 1954

 

« Non, elle rendra la guerre impossible »

Hiram Maxim, inventeur de la mitrailleuse, en réponse à la question « Cette arme ne rendra-t-elle pas la guerre plus terrible encore ? » de Havelock Ellis, un scientifique anglais, 1893.

inventions

Les ordinateurs et le rock’n’roll allaient être un détail de l’histoire…

« On ne construira jamais un avion plus grand »

Un ingénieur de Boeing, après le premier vol du 247, un avion bi-moteur avec une capacité de 10 personnes.

 

« Vous feriez avancer un navire contre vents et marée en allumant un brasier sous le pont ? Je n’ai pas de temps à perdre avec de telles inepties ! »

Napoléon Bonaparte, quand on lui parla du bateau à vapeur de Robert Fulton, 1800.

 

« L’idée que la cavalerie soit remplacée par ces appareils en fer est absurde. C’est rien de moins qu’une trahison »

Commentaire d’un assistant du maréchal Haig, lors d’une démonstration du tank en 1916.

 

« Je dois avouer que mon imagination refuse de voir un sous-marin qui ne fasse autre chose que couler son équipage et se débattre dans la mer »

HG Wells, romancier britannique, 1901

 

« Le marché potentiel mondial de photocopies est de 5.000 au maximum »

IBM, aux fondateurs de Xerox, affirmant que les photocopies n’avaient pas un marché suffisamment grand pour justifier leur production, 1959

 

« Les États-uniens ont besoin du téléphone, mais nous non. Nous avons un tas de messagers »

Sir William Preece, ingénieur en chef de la Poste britannique, 1878.

 

« Il disparaîtra en juin »

Revue Variety à propos du rock’n’roll, 1955.

 

« Quand l’Exposition de Paris [de 1878] se refermera, la lumière électrique s’évanouira avec et on n’en entendra plus parler ».

Erasmus Wilson, professeur à Oxford

histoire