11 films sur la dépendance

Les films nous permettent de nous immerger et de nous connecter avec les histoires des autres. Lorsque le sujet de l'histoire est la dépendance, la regarder se dérouler peut nous aider à comprendre la nature de la dépendance et sa capacité à tout détruire.
11 films sur la dépendance

Dernière mise à jour : 22 octobre, 2021

Montrer la réalité de la dépendance sur le grand écran est un défi. Cependant, il existe des films sur la dépendance qui la décrivent de manière honnête. Ils reflètent jusqu’où les gens vont pour maintenir leur dépendance, désintégrant leur routine, leurs relations et leurs capacités cognitives.

La dépendance détourne et remodèle le cerveau, obligeant les gens à se comporter d’une manière où la dépendance devient la plus importante. Ils lui consacrent tout leur temps, leur argent et leur énergie.

Il n’est pas facile de faire comprendre quelque chose d’aussi intense et intime au niveau cinématographique. Sur l’écran, on voit le comportement, mais on ne comprend pas pourquoi une substance est capable de détourner la volonté d’une personne. Cependant, les films de dépendance suivants permettent au public de se connecter et de comprendre le personnage.

Nous avons sélectionné 11 films qui dépassent le morbide dans la représentation d’un sujet difficile.

11 films sur la dépendance

L’addiction n’existe pas seulement autour d’une substance; de nouvelles addictions comportementales ouvrent le champ des possibles.

Parce que le problème n’est pas de boire ; le problème n’est pas le sexe ou le travail. Vous devez vous inquiéter lorsque la consommation monte dans l’échelle de priorité, reléguant d’autres points qui occupaient auparavant cette place. Nous allons ici vous proposer 11 films sur l’addiction qui reflètent ce processus d’isolement et d’autodestruction.

Gia (1998)

Gia est un biopic télévisé de HBO de 1998 qui raconte la tragédie du premier mannequin américain, Gia Marie Carangi.

Originaire de Philadelphie, Gia arrive à New York, les yeux plein d’étoiles et débordant d’ambition de mannequin. Le film met en vedette Angelina Jolie dans le rôle-titre, tandis que Mila Kunis joue le rôle de Gia à 11 ans.

Avec l’aide d’un agent, Wilhelmina Cooper, Gia se hisse bientôt au sommet de l’industrie du mannequinat. Le film détaille les situations qui se présentent sur le chemin de la gloire : solitude, manque d’amis, dépression.

Il montre comment Gia essaie de surmonter sa dépendance à la cocaïne en passant à la méthadone, qui à son tour se transforme en dépendance. La dépendance est si fermement ancrée qu’elle la préfère d’abord à la compagnie de son amante, Linda.

Clean and sober (1988)

Clean and Sober est un film de 1988 qui explore la vie de Daryl, un vendeur astucieux accro à la cocaïne. Se réveillant avec une fille qui a fait une overdose et découvrant qu’elle a détourné l’argent de son entreprise, Daryl entre dans un centre de réadaptation pour échapper à la loi.

Pendant sa cure de désintoxication, il entre en contact avec Craig, un conseiller en cure de désintoxication difficile mais plein d’empathie. Après des efforts considérables, Craig confronte Daryl à la réalité de sa dépendance et se rend compte à quel point sa vie est en désordre.

La philosophie sous-jacente à l’acceptation d’un problème de toxicomanie et à son traitement dans le film est basée sur ce qui suit. « La meilleure façon de briser les vieilles habitudes est d’en créer de nouvelles. » Puisque l’honnêteté est l’une des nouvelles habitudes que Daryl doit finir par acquérir, il finit par avouer tous ses crimes.

Journal d’un rebelle (1995)

Jim Carroll, joueur de basket-ball au lycée, mène une vie heureuse avec ses amis. Lorsque son meilleur ami Bobby meurt d’une leucémie, Jim se tourne vers l’héroïne pour surmonter sa douleur. Il est expulsé de chez lui lorsque sa mère découvre sa réserve de drogue. Jim et ses amis se livrent à la petite délinquance pour financer leur dépendance.

Journal d’un rebelle analyse le phénomène de l’addiction dans la vie d’un adolescent. Il détaille les expériences qui poussent un jeune homme prometteur à consommer des drogues et des substances.

S’il montre que la toxicomanie peut créer des situations pouvant conduire une personne en prison, le film montre également que la prison peut être le point de départ d’une vie très différente.

A Star is born (2018)

Ce film est un monstre émotionnel pour quiconque faisant face à des luttes contre la maladie mentale et la toxicomanie. Un monstre qui ne fait pas fausse route. A Star Is Born a été nominé pour 8 Oscars, remportant celui de la meilleure chanson (“Shallow”).

Le film suit la relation entre un célèbre musicien, Jackson (Bradley Cooper), et une chanteuse en herbe nommée Ally (Lady Gaga).

Jackson fait la connaissance et tombe amoureux d’Ally alors qu’elle continue de lutter contre une grave dépendance à l’alcool et aux médicaments sur ordonnance. Alors que la carrière d’Ally décolle, Jackson s’occupe de ses démons.

A Star Is Born montre la vraie lutte que peut entraîner la tentative de maintenir une relation conditionnée par la dépendance.

Days of Wine and Roses (1962)

C’est l’un des films les plus réalistes sur la dépendance dans le cinéma classique. Il a été écrit par JP Miller et réalisé par Blake Edwards, réalisateur de Breakfast at Diamonds.

Ce drame met en vedette Jack Lemmon dans le rôle d’un buveur à problèmes qui lie son partenaire (Lee Remick) à son mode de vie. En 2018, Days of Wine and Roses a été sélectionné pour la conservation dans le National Film Registry.

Le film raconte comment un alcoolique rencontre et tombe amoureux d’une femme qui s’avère être une abstinente. Il l’initie à la boisson sociale et bien qu’elle soit réticente au début, elle commence à apprécier le plaisir de l’ivresse. Ils se marient et il l’encourage à devenir accro à l’alcool afin qu’ils puissent partager ensemble son appétit pour la bouteille.

Drugstore Cowboy (1989)

Le deuxième long métrage déchirant de Gus Van Sant, basé sur un roman autobiographique de James Fogle, montre un réseau de toxicomanes dans le nord-ouest du Pacifique. Bob Hughes (Matt Dillon) est le chef d’une “famille” de toxicomanes composée de sa femme, Dianne (Kelly Lynch) et d’un autre couple.

Ils alimentent leur dépendance en cambriolant des pharmacies et en parcourant le pays. Après qu’un des membres du groupe se retrouve face à face avec le malheur, Bob décide qu’il doit quitter son clan dysfonctionnel et passer à autre chose.

Se séparer de son passé de drogue est plus difficile, surtout lorsque Bob est harcelé par une vieille connaissance qui cherche à acheter de la drogue à tout prix. Le film de Van Sant se caractérise par un regard froid, contemplatif et parfois comique sur la culture américaine liée à la drogue.

Quand un homme aime une femme (1994)

Il n’est pas habituel que, dans les films sur la toxicomanie, la femme soit la plus touchée. Peut-être à cause de la stigmatisation sociale qu’une femme alcoolique a subie.

Le film offre l’une des meilleures performances de tous les temps de Meg Ryan. Elle incarne une épouse et une mère dont le problème d’alcool la conduit à une cure de désintoxication. Co-vedette avec Andy Garcia, le film examine l’alcoolisme comme une maladie familiale. Meg Ryan a reçu une nomination SAG en tant que meilleure actrice pour son travail.

Alice Green (Meg Ryan) est une épouse, mère de deux filles, et une alcoolique. Michael (Andy Garcia), le mari d’Alice, est compréhensif et n’accorde pas trop d’importance au problème. Lorsque sa dépendance compromet la sécurité de ses filles, Alice décide de demander de l’aide dans une clinique de désintoxication. Lorsqu’elle rentre chez elle, son rétablissement et ses relations devront être mis à l’épreuve.

Films sur la dépendance : Quitter Las Vegas (1995)

Quitter Las Vegas représente un voyage brutal vers l’autodestruction. Un ancien scénariste qui a perdu sa famille, son travail et ses amis à cause d’une dépendance à l’alcool et a décidé de se résigner au suicide par l’alcool. Ce film a permis à Nicolas Cage de remporter un Oscar. Il dépeint les ravages physiques et psychologiques de la dépendance avec une honnêteté sans faille.

Sa relation inattendue avec une travailleuse du sexe qui fait face à son propre traumatisme montre à la fois les limites profondes que son alcoolisme a créées et la capacité de continuer à se connecter avec quelqu’un de manière significative.

Déprimant, poignant et parfois teinté d’humour noir, le film était basé sur un roman semi-autobiographique de John O’Brien, qui a également lutté contre l’alcoolisme et s’est suicidé peu de temps avant le début du tournage.

Requiem for a dream (2000)

Ellen Burstyn a reçu une nomination aux Oscars pour son rôle dans le drame de Darren Aronofsky sur quatre habitants de Coney Island qui succombent aux horreurs de la toxicomanie. La représentation de la toxicomanie dans Requiem for a Dream est susceptible de vous rester en tête, longtemps après que vous l’ayez vue.

Le film raconte la vie de quatre personnes qui traversent différentes étapes de la toxicomanie, en se concentrant sur ses conséquences les plus importantes. Les caractéristiques clés de la dépendance, telles que la perte du sens de la réalité, la fixation absolue sur l’obtention de la drogue, l’isolement et le désespoir sont affichées sans censure.

Films sur la dépendance : Shame (2011)

Il s’agit de l’un des rares films qui se rapproche de la dépendance sexuelle. Shame est l’histoire d’un cadre new-yorkais nommé Brandon (joué par Michael Fassbender). Il consomme de la pornographie et fait appel aux services de travailleuses du sexe.

L’arrivée inattendue de sa sœur dans son appartement, qui souffre aussi, mais d’une manière différente, met au jour un traumatisme familial profondément enraciné à l’origine de l’addiction, bien que le film n’en parle jamais explicitement.

Les rencontres sexuelles du personnage principal sont souvent difficiles à regarder, manquant d’intimité ou de sensualité. Ce qui est un bon signe de la déconnexion qu’il ressent et qu’il désire. La honte révèle clairement que malgré la proximité physique du contact sexuel, la dépendance sexuelle, comme toutes les dépendances, est une condition profondément solitaire.

Candy (2006)

Le Joker et Ennis Del Mar ne sont pas les seuls grands personnages que Heath Ledger a joué dans sa vie tragiquement courte. Au sommet de sa carrière, la star australienne est rentrée chez elle pour jouer dans un petit film indépendant local intitulé Candy.

Candy est l’un des meilleurs films sur les accros et la dépendance dans les relations. Il est difficile et dévastateur de voir un couple finir par s’autonomiser et se dégrader par le pouvoir asservissant de la drogue.

Ledger et Abbie Cornish représentent parfaitement la beauté de la jeunesse rongée par des vices. Ce n’est pas un film facile. Mais son résultat doux-amer et en même temps plein d’espoir offre une grande lumière au bout du tunnel.

Films sur la dépendance : Trainspotting (1996)

Trainspotting est peut-être le summum des films sur l’addiction. La distillation parfaite de ce que signifie vraiment être accro à l’héroïne.

Ce joyau des années 90 offre un équilibre presque parfait entre le glamour de la drogue (les drogues sont amusantes, après tout !) et la décadence extrême (des moments difficiles se cachent pendant le sevrage).

Lister les séquences mémorables de Trainspotting revient pratiquement à en faire un synopsis complet. La créativité ne s’arrête jamais. Et la bande-son emblématique qu’il utilise comme carburant (Iggy Pop, Lou Reed, Underworld, etc.) ne fait qu’augmenter son niveau légendaire.

Danny Boyle est passé directement dans l’élite du cinéma grâce à ce film, ce qui est compréhensible. Avec le soutien du scénariste John Hodge et du roman d’Irvine Welsh, Boyle a réussi à représenter parfaitement la culture de la drogue de toute une génération, en se concentrant sur un personnage local d’Édimbourg interprété par Ewan McGregor.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 films sur l’optimisme
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
5 films sur l’optimisme

Connaissez-vous des films sur le sujet de l'optimisme ? Découvrez ici avec nous quelques-uns de nos films préférés sur le sujet.