Le vice du pouvoir : l'hermétisme de Dick Cheney

01 octobre, 2020
Si ce que nous souhaitons, c'est passer un moment agréable sans trop réfléchir, alors mieux vaut ne pas voir Le vice du pouvoir. Le dernier film d'Adam McKay est bourré de sarcasmes, invitant ainsi le spectateur à réfléchir sur le cours de sa plus récente histoire. A travers la figure de Dick Cheney, ce film nous présente le côté le plus déshumanisé du pouvoir.

Parmi les nominés pour le meilleur film, on trouvait The Vice of Power, réalisé et écrit par Adam McKay, un film mettant en vedette un Christian Bale méconnaissable. Cependant, malgré huit nominations, il a dû se contenter de la statuette du meilleur maquillage et de la meilleure coiffure.

Le fait qu’il n’allait pas recevoir le prix du meilleur film n’était un secret pour personne. Nous savions également que l’Académie n’allait pas le récompenser excessivement. Pour autant, c’est un film à regarder et l’un des meilleurs parmi les nominés.

Si vous avez vu The Big Bet (McKay, 2015), vous savez ce que vous allez trouver : un film qui oscille entre fiction documentaire et fiction critique.

Si vous ne l’avez pas vu, courez le voir, car il est d’une grande qualité. McKay nous avait déjà fait part de ses intentions en 2015 avec The Big Bet, un film dans lequel il a également fait confiance à Bale et dans lequel il a éclaté la bulle immobilière.

McKay semble déterminé à raconter des histoires de manipulation, de tenants et aboutissants et de mensonges qui émergent du sommet de la pyramide du pouvoir et que la population générale ignore.

Le vice du pouvoir, un biopic sarcastique

Il s’agit ici d’un biopic, mais pas sous forme d’ hommage : ce biopic est sarcastique. Le ton humoristique, insouciant et voyou anime une intrigue totalement dramatique. Dick Cheney n’était qu’un timide bureaucrate qui passait complètement inaperçu, mais qui est parvenu à devenir vice-président pendant le mandat de George W. Bush.

Le vice du pouvoir déloge ce personnage. Il nous montre comment, de l’ombre, il a réussi à gérer tous les fils de certains des événements les plus importants de notre histoire la plus récente.

La politique n’existe pas, ce n’est qu’un théâtre qui trompe la population générale : c’est sur ce sentiment de désespoir que nous laisse le vice du pouvoir.

AVERTISSEMENT : nous parlons pas du film dans sa totalité, mais l’article peut contenir des spoilers.

À la découverte de Dick Cheney

Pendant le générique, on nous présente le film comme étant une histoire vraie ou, du moins, très proche de la réalité. Le réalisateur nous prévient qu’il n’a pas été facile d’entrer dans la vie de Cheney, car c’est un personnage absolument hermétique. Avec son ton insouciant il nous prévient : “Nous avons travaillé comme des salauds.”

Le vice du pouvoir, comme son nom l’indique, confirme nos soupçons : le pouvoir corrompt et crée une énorme dépendance.

Dick Cheney n’était personne, c’était un jeune homme qui n’excellait en rien. Il n’était pas bon en sport, il avait été expulsé de l’université et il avait passé des heures à se saouler et à faire usage de la violence.

Après avoir vu le film, la vérité est que nous préférons presque Dick ivre plutôt qu’en politicien. Au moins, avant sa carrière en politique, il n’a eu aucun impact à l’échelle mondiale.

McKay n’a pas de cheveux sur la langue, il se positionne et est déterminé à nous montrer un vrai monstre et des personnages sans scrupules. L’épouse de Cheney, Lynne, sera chargée d’inscrire Cheney en politique.

Elle, en tant que femme, a du mal, malgré ses excellentes qualifications et son charisme incontestable. Pour satisfaire sa soif de pouvoir, elle convaincra son mari d’entrer en politique et, ainsi, presque sans réfléchir, Cheney s’approchera des organes du pouvoir.

“Derrière un grand homme, il y a une grande femme”. Cette phrase, dont l’origine est différente et qui a été mal interprétée, trouve très bien sa place dans cette situation.

Son parcours

Il commence comme étant un serviteur, un homme invisible au milieu d’hommes très puissants. Mais il est rusé, silencieux et très observateur, petit à petit, il occupera des postes de plus en plus importants. Aux États-Unis, la figure du vice-président n’est pas vraiment pertinente, c’est une position symbolique, mais Cheney sera l’exception.

Cheney et sa famille ont commencé leur ascension avec l’aide des médias et des familles riches du pays. Soudain, les énergies renouvelables et les politiques sociales qui avaient été créées auparavant ont fait place au paradis des riches, des grandes entreprises et, finalement, du pouvoir.

Sur scène, au cri de “Que Dieu bénisse l’Amérique”, d’innombrables panneaux solaires sont détruits. Oui, nous voyons une satire totalement sauvage et effrontée.

Cheney, l’homme dont la cible a toujours été l’Irak, a trouvé sa meilleure chance après les attentats du 11 septembre. Une cible nommée avec une géographie identifiable sur la carte, comme en avait besoin la société, et Cheney n’a pas hésité à la montrer du doigt. Une mine d’or liquide que les États-Unis ne voulaient pas manquer.

Sans beaucoup de charisme, mais avec une ruse et une froideur incontestables, Cheney a porté un coup sur la table qui allait changer le cours de notre histoire actuelle. “La tribu a parlé” – nous disent-ils – l’opinion publique a été dominée et le peuple soutient la guerre : objectif atteint.

Le vice du pouvoir est un film d'Adam Mckay.

Le vice du pouvoir, un sourire aigre

Les digressions, les images, les commentaires de ce narrateur spectaculaire… Le vice du pouvoir part de la comédie de l’affaire, mais cache une vérité très désagréable. Certains rires nous échappent, mais nous voulons aussi nous arracher les cheveux.

Le narrateur, dont l’identité n’est dévoilée qu’à la fin, se présente comme un homme de la classe ouvrière. On le voit chez lui avec sa famille, au travail et même en temps de guerre. Le faible vs. pouvoir, la satire prend encore plus de sens à la figure du narrateur.

Le pouvoir exécutif individuel et la loi sur l’équité sont des termes qui nous sont répétés à maintes reprises tout au long du film. Cheney était clair sur ce dont il avait besoin : un contrôle absolu et la loi de son côté.

À l’écran, un puissant slogan se manifeste en haut de la Cour suprême des États-Unis : “Equal Justice Under Law”. Pendant ce temps, Dick et ses amis modifient les lois pour s’en tirer : ironie ?

Comment Cheney est-il arrivé depuis là ? Le spectateur tentera de comprendre comment cet homme est désormais un fabuleux stratège déshumanisé devenu omniprésent. Comme dans un jeu Monopoly, Dick a été fait avec d’innombrables dépêches. Tandis que Bush n’était que la face visible de tout ce qui se trouvait derrière lui.

La figure de George W. Bush y est assez ridiculisée. Il y a une scène, le meilleur du film à mon avis, qui capture, par un simple geste, la terreur des deux côtés du monde. La terreur de l’homme puissant exposé devant les caméras, et la terreur de l’homme invisible dont la famille va être bombardée par les puissants.

La fausse fin

La satire se renforce énormément dans l’un des moments les plus épiques du film : la fausse fin. La première moitié du film nous a présenté Cheney et son ascension au pouvoir. Mais ils nous l’ont présenté comme un père de famille soucieux des siens., capable de tout abandonner pour le bien de sa famille.

Le vice du pouvoir au cinéma, un film bourré de sarcasmes.

Sur scène, une famille américaine attachante appréciant avec bonheur leurs précieux golden retrievers nous amène à créditer des titres qui se terminent brusquement.

Non, le film ne s’arrête pas là… Vous pensiez que vous alliez voir une fin heureuse ? Absolument pas, le meilleur – ou le pire – reste à venir. De là, le rythme s’accélère et nous plongeons dans un abîme terrible qui continue jusqu’à ce jour.

Nous ignorons ce que nous avons devant nous. Les médias nous manipulent, les politiciens jouent avec nous et notre avenir est très noir. Nous quittons ainsi le cinéma, désespérés et dans un état qui va du tragique à l’absurde. Qui est à blâmer pour tout cela ?

Nous pourrions pointer le doigt vers le protagoniste du biopic, mais il vaut mieux le pointer dans une autre direction : nous. Et, à la fin, celui qui nous fait la leçon, c’est le monstre que nous avons détesté tout au long du film.

En somme…

Le vice du pouvoir est le portrait – ou la caricature – d’un homme terrible mais extrêmement intelligent. C’est un film absolument nécessaire, avec un style qui nous rappelle profondément des films documentaires comme Fahrenheit 11/9 de Michael Moore.

Il dissèque tout le complot derrière la guerre en Irak. Il nous montre la dépendance du pouvoir et les grands mensonges que les gouvernements nous ont racontés. Les guerres sont-elles justes ? Absolument pas. Cependant, ils essaient de les justifier, de les vendre via les médias afin que nous pointions tous le doigt vers un ennemi commun.

Silencieusement et très lentement, en passant presque inaperçu, Dick Cheney a atteint le sommet et a tout contrôlé à partir de là.

Le vice du pouvoir, par sarcasme, fait appel à la réflexion. Il nous rappelle que les gens doivent toujours être une priorité, même si certains semblent l’avoir oublié. Comme une claque, ça nous fait mal, mais dans le même temps, ça nous réveille de notre léthargie.