10 habitudes mentales qui rendent la vie plus difficile

· 12 novembre 2018
Certaines habitudes mentales dont nous n'avons parfois même pas conscience sont moins des tremplins que des obstacles dans notre vie quotidienne.

Tout est parfois compliqué. Or, nous sommes souvent les responsables directs de ce fait. Parce que nous n’abandonnons pas certaines habitudes mentales qui rendent la vie plus difficile. Nous ne pouvons pas toujours choisir de nous éloigner de personnes toxiques, par exemple. Nous résistons parfois dans un travail qui ne nous plaît pas parce que nous avons des besoins économiques. Il y a aussi des moments où nous devons affronter des pertes importantes. Pour résumer, nous n’avons pas d’autre choix que de faire face à des situations réellement complexes.

Si tout est déjà compliqué en soi, il est important que les habitudes mentales ne se transforment pas en un ennemi supplémentaire. Si vous ne voulez pas vous compliquer encore plus la vie, cet article peut vous intéresser.

Découvrez les habitudes mentales qui rendent la vie plus difficile

Beaucoup de personnes ont pris l’habitude de s’attacher à des émotions qui leur font du mal. Il s’agit d’un premier point qui nous fait souffrir plus qu’on ne le devrait. C’est de cette façon que se créent les habitudes mentales qui rendent la vie plus difficile.

habitudes mentales

Être le centre de l’univers

Même si nous pouvons être tentés de le croire, notre corps n’a pas assez de poids pour que tout tourne autour de lui. Si vous avez une vision égocentrique de ce qui vous entoure, vous compliquez votre existence.

Ne vous attendez pas à ce qu’on réponde immédiatement à l’un de vos messages ou à ce que les autres puissent toujours tout laisser tomber pour satisfaire vos besoins. Cette tendance qui porte le nom d’effet de projecteur (Spotlight effect) a été étudiée par des experts de l’Université de Cornell. Elle n’est pas seulement erronée: elle est aussi douloureuse et nocive.

Tout ou rien

Il s’agit d’une autre habitude qui peut rapidement devenir votre ennemie. Dans le monde, peu de choses se situent à un extrême (ou blanc ou noir). Cette phrase qui affirme que « ou on le fait bien (parfait) ou on ne le fait pas » n’est souvent rien d’autre qu’une utopie menant à une grande frustration.

Selon une étude réalisée au sein de l’Université de Waseda, la rigidité cognitive génère des attentes impossible. Cela débouche généralement sur des conséquences assez décevantes.

Procrastiner face aux décisions importantes

Dirigeons-nous maintenant vers la Case Western Reserve University. Elle a étudié en profondeur le monde de la procrastination. En fait, elle a démontré que celle-ci n’est pas toujours négative; à un moment donné, elle peut nous aider à faire baisser nos niveaux de stress en remettant à plus tard des tâches désagréables.

Cependant, lorsque la décision à prendre est de plus grande envergure, il est normal que la peur devienne de plus en plus forte. Cette procrastination finit donc par nourrir l’anxiété et nous paralyser.

Se plaindre constamment

Il y a une différence entre une plainte ponctuelle et le fait de se plaindre constamment. Si vous transformez ce mal-être en un état permanent, il perd l’effet cathartique qu’il pourrait avoir pour se métamorphoser en un cauchemar capable de provoquer des changements cérébraux. Or, ceux-ci vous invitent à vous concentrer uniquement sur l’aspect négatif de chaque situation.

Des neuroscientifiques de l’Université de Yale ont vérifié que les personnes qui sont constamment déprimées ont un plus faible taux de rénovation neuronale. C’est comme si leur cerveau était beaucoup plus lent.

Avoir des attentes irréelles

Tout comme il n’est pas bon d’être toujours négatif, placer nos attentes dans un optimisme illusoire ne nous aide pas non plus. Un certain degré de positivité par rapport à ce que nous espérons nous aide à aller de l’avant. Mais une dose démesurée ne peut mener qu’à des grandes déceptions. Celles-ci peuvent ruiner notre auto-estime.

Si nous créons des attentes trop élevées par rapport à un fait, nous finirons par nous frustrer si elles ne se réalisent pas. Or, ce fait est extrêmement probable.

femme frustrée à cause de mauvaises habitudes mentales

D’autres habitudes qui inhibent votre capacité cognitive

D’autres habitudes rendent la vie plus difficile parce qu’elles inhibent notre capacité cognitive. Voici les plus habituelles:

  • Réflexion. Il n’est pas bon de repasser en boucle dans sa tête des événements frustrants. Car ils finissent par provoquer des perturbations émotionnelles.
  • Culpabilité. L’excès de culpabilité empêche la libération d’émotions et se transforme en distraction.
  • Plainte. Les plaintes excessives nourrissent les états de frustration et de colère.
  • Rejet excessif. Si nous analysons constamment les rejets que nous vivons, nous devenons nos pires critiques. Or, ce point est nocif pour l’estime de soi.
  • Préoccupation. Il est important de se préoccuper mais de ne pas le faire constamment. Si nous y passons trop de temps, notre état émotionnel sera extrêmement négatif.

Les habitudes sont donc très importantes pour être plus productifs et comblés. Si nous nous entourons d’habitudes négatives, nous entrerons dans une boucle qui pourra nous faire souffrir de troubles mentaux. Il est donc préférable de mettre de côté ces habitudes mentales qui nuisent à notre humeur. Et qui nous empêchent d’atteindre nos objectifs.

« Faites en sorte que votre tête soit à votre service et, petit à petit, vous prendrez l’habitude de ne pas vous déranger quand les choses iront mal. »

-Wayne Dyer-