Vous êtes solitaire? Votre cerveau est spécial

Les personnes solitaires ont un cerveau différent anatomiquement et fonctionnellement. Nous vous montrons les découvertes scientifiques les plus intéressantes à cet égard.
Vous êtes solitaire? Votre cerveau est spécial

Dernière mise à jour : 01 octobre, 2022

Une étude indique que les personnes qui préfèrent être seules voient les choses différemment et un pouvoir de décision ou d’analyse différent des autres. Par ailleurs, une personne solitaire présente moins d’activité dans la zone du cerveau liée au système de récompense. On ne sait pas encore ce qui se passe en premier : l’isolement ou le changement d’activation. Vous considérez-vous solitaire ?

Un solitaire peut être seul par choix ou à cause des autres. En d’autres termes, quelqu’un peut dire qu’il se sent mieux s’il passe la plupart de son temps loin de la compagnie des autres ou il se peut que, bien qu’il ne le veuille pas, il ne puisse pas trouver quelqu’un avec qui passer ses heures. Quoi qu’il en soit, le cerveau des personnes seules y est pour beaucoup.

“L’homme solitaire est une bête ou un dieu”

-Aristote

Les récompenses et le cerveau solitaire

Selon le rapport du Journal of Cognitive Neuroscience, la région du cerveau appelée « striatum » a moins d’activité chez les personnes solitaires. Cette zone est associée à certaines récompenses quotidiennes, telles que l’argent et la nourriture.

solitaire

Pour arriver à cette conclusion, 23 étudiants universitaires ont été regroupés. On leur posa une série de questions pour discriminer dans quelle mesure ils se sentaient socialement isolés, dans quelle mesure ils étaient des personnes seules et dans quelle mesure ils aimaient et voulaient le contact social.

Ils scannèrent ensuite leur cerveau en regardant des photos de personnes heureuses. Ils constatèrent alors que chez les élèves qui n’avaient pas une vie sociale intense, la zone « récompense » s’éclairait moins, signe d’une moindre activation.

L’échantillon prélevé pour l’étude étant petit et très restreint quant à la variabilité de certains paramètres, tels que l’âge, la dévotion ou le sexe, les auteurs demandèrent d’interpréter les conclusions de l’étude avec prudence.

“La vérité est, voyez-vous, que l’homme le plus puissant du monde est l’homme qui reste seul”

-Henrik Ibsen-

Les scientifiques en charge de l’expérience traitèrent l’hypothèse suivante : chez une personne seule, moins dépendante de la société, les récompenses liées à ce contexte ne suscitent pas un grand enthousiasme.

Solitude, introversion et perception

Il n’y a pas encore assez d’études pour avoir des caractéristiques cérébrales bien définies de ceux qui préfèrent la solitude. Cependant, malgré le fait que la littérature dans ce domaine ne soit pas abondante, des résultats curieux ont été trouvés.

Par exemple, il existe une relation étroite entre l’introversion, la créativité et l’originalité. Il est également surprenant que les personnes seules éprouvent plus de plaisir ou de satisfaction lorsqu’elles obtiennent des résultats de leurs «efforts mentaux».

solitaire

Selon Amanda Guyer, psychologue au National Institute of Health du Maryland, les personnes en retrait social sont plus sensibles aux interactions sensorielles et émotionnelles. Cela voudrait dire que ce qui se passe dans ce contexte d’interaction les affecte davantage.

Pour arriver à cette théorie, la chercheuse conçut une étude avec deux groupes d’enfants. Certains réservés et d’autres non. Tout le monde devait participer à un jeu où, en appuyant sur un bouton, ils gagnaient de l’argent. Les réservés avaient jusqu’à trois fois plus d’activité cérébrale – région striée – que les membres de l’autre groupe.

D’autre part, des recherches montrèrent que le cerveau des personnes seules a un plus grand volume de matière grise et des réseaux de neurones mieux connectés. Plus précisément, les réseaux prédéterminés (zones cérébrales liées à la mémoire du passé, à la planification de l’avenir ou à l’imagination) sont plus fortement connectés chez ces individus. Vraisemblablement, cela peut résulter du fait que les solitaires passent plus de temps sur de telles tâches mentales.

Le cerveau des personnes seules est plus activé dans les situations de contact social

L’une des situations que doivent traverser les personnes seules est de se voir au milieu d’une réunion, d’une fête ou d’un événement qui implique d’être proche d’autres personnes. Dans ces moments-là, certaines zones du cerveau augmentent considérablement le flux sanguin, éprouvant une sorte de surexcitation. Cela pourrait être l’une des raisons pour lesquelles les personnes timides n’aiment pas socialiser.

“Ils disent que je suis un héros. Je suis faible, timide, presque insignifiant. Si étant comme je suis j’ai fait ce que j’ai fait, imaginez ce que vous pouvez tous faire ensemble”

-Mahatma Gandhi-

Cependant, ce ne sont pas toutes de mauvaises nouvelles. Des études suggèrent que le cerveau d’une personne introvertie a la capacité de s’adapter à diverses expériences grâce à sa sensibilité supplémentaire. De ce fait, par exemple, elles peuvent réagir plus rapidement lorsque la demande sociale est élevée, comme dans certains états d’urgence.

solitaire

Enfin, il convient de dire que les personnes timides sont douées pour percevoir des subtilités ou des détails que le reste d’entre nous ignore. C’est pourquoi ils sont généralement de bons écrivains, peintres ou témoins puisque leur cerveau les y prépare. En fait, le génie, à part un certain degré de folie, est associé à la solitude.

Cela pourrait vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
Je suis solitaire : puis-je trouver l’amour ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Je suis solitaire : puis-je trouver l’amour ?

Tomber amoureux est une chose dont tout le monde rêve. Alors, comment trouver l'amour en étant une personne solitaire ? Est-ce possible ?



  • Cacioppo, J. T., Norris, C. J., Decety, J., Monteleone, G., & Nusbaum, H. (2009). In the eye of the beholder: individual differences in perceived social isolation predict regional brain activation to social stimuli. Journal of cognitive neuroscience21(1), 83-92.
  • Spreng, R. N., Dimas, E., Mwilambwe-Tshilobo, L., Dagher, A., Koellinger, P., Nave, G., … & Bzdok, D. (2020). The default network of the human brain is associated with perceived social isolation. Nature communications11(1), 1-11.