Vivre avec le syndrome des ovaires polykystiques : à quoi cela ressemble-t-il ?

5 août 2019
On sait qu'un grand nombre de femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques finissent par souffrir de dépression à un moment donné de leur vie. Les altérations hormonales ajoutées aux changements physiques engendrent des troubles dans l'état de l'esprit.

Vivre avec le syndrome des ovaires polykystiques n’est pas toujours facile. Il existe des réalités réduites au silence qui touchent une grande partie de la population féminine et dont nous ne sommes pas toujours conscients. Douleurs, irrégularités menstruelles, infertilité, risque de diabète de type 2, maladies cardiaques, dépression… La symptomatologie associée à cette condition métabolique est aussi large que complexe.

Il est clair que chaque femme vit ce type de pathologie d’une manière très spécifique. Cependant, comme cette pathologie a été décrite en 1935 par les médecins Stein et Leventhal, nous savons que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) pourrait affecter 1 femme sur 10. De plus, de nombreuses adolescentes présentent déjà ces caractéristiques peu après le début de leurs règles.

La bonne nouvelle, c’est que les traitements ne cessent de se perfectionner et d’améliorer la qualité de vie des patients. Les thérapies hormonales, de même que l’association des contraceptifs et des inhibiteurs de l’insuline, les antiandrogènes ou les suppléments alimentaires pour améliorer l’ovulation, sont des stratégies qui donnent de bons résultats.

Il est également important de se rappeler la nécessité d’une supervision médicale adéquate. De fait, de nombreuses femmes mettent des années à recevoir un diagnostic de syndrome des ovaires polykystiques parce qu’elles ne consultent pas un spécialiste.

Il faut garder à l’esprit que derrière les douleurs menstruelles, les irrégularités et la croissance anormale des cheveux, il y a une pathologie qui doit être traitée.

Voyons plus de données ci-dessous.

Les ovaires polykystiques sont douloureuses

 

Le syndrome des ovaires polykystiques, de quoi s’agit-il ?

Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble du système endocrinien qui affecte les femmes en âge de procréer. Il se caractérise par un dysfonctionnement ovarien, où les ovules matures ne sont pas toujours libérés. Ceux-ci restent épaissis à la surface de l’ovaire, formant de petits kystes bénins.

  • L’origine de ce trouble se trouve dans une altération des androgènes. Pour mieux le comprendre, il faut se rappeler que les ovaires produisent à la fois des œstrogènes et de la progestérone
  • Cependant, les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques ont tendance à générer un plus grand nombre d’androgènes. C’est ce qui fait que les œufs matures, au lieu d’être libérés, finissent par être conquis

Ces kystes, comme nous le disions, ne sont pas malins et ne nécessitent généralement pas d’intervention chirurgicale. Cependant, ils entraînent de nouveaux déséquilibres hormonaux qui se manifestent dans la symptomatologie suivante.

L’anovulation dans le syndrome des ovaires polykystiques

L’anovulation est l’une des manifestations cliniques qu’une femme atteinte de ce trouble médical remarque. Que signifie ce terme ? Fondamentalement, ce qui suit :

  • Cycles menstruels irréguliers
  • Diminution de l’ovulation, ce dont souffre la moitié des femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques. L’aménorrhée ou l’absence de règles peut durer au moins 3 mois. Quelque chose comme cela implique, comme nous pouvons l’imaginer, des problèmes d’infertilité évidents
  • Cependant, un autre problème qui survient habituellement est la douleur métrorragique. Certaines femmes éprouvent en effet des saignements soudains entre leurs règles

L’hyperandrogénisme

L’hyperandrogénisme répond à une altération des hormones où un niveau excessif d’androgènes apparaît dans le sang. Ceci entraîne généralement :

Les ovaires polykystiques provoquent de l'acné

Acanthosis nigricans, des taches cutanées

Acanthosis nigricans est une affection de la peau où les zones telles que l’aine, les aisselles ou des parties du cou deviennent plus foncées et plus rugueuses. C’est un trouble qui a pour origine les altérations hormonales elles-mêmes, ainsi que la résistance à l’insuline. Dans certains cas, il peut être démontré qu’il s’agit d’un effet secondaire à un médicament ou à un contraceptif.

Maladies associées au syndrome des ovaires polykystiques

Nous le soulignions au début de cet article. Le syndrome des ovaires polykystiques peut générer des altérations métaboliques qui, à long terme, entraînent d’autres problèmes de santé relativement graves. En voici quelques-uns.

  • Environ 50 % des femmes atteintes de cette condition peuvent développer une résistance à l’insuline. Des études comme celle du Dr Richard Legro, de l’Université de Californie, indiquent que ce syndrome est lié au développement du diabète sucré de type II
  • Il est également fréquent de souffrir d’hypertension, ce qui peut entraîner diverses pathologies cardiovasculaires
  • D’autre part, il y a un fait que nous ne pouvons ignorer. Cette condition médicale est associée à un plus grand nombre de diagnostics de dépression. L’origine de ceci se trouve dans les problèmes d’estime de soi générés par l’apparition de poils, l’acné et ces altérations physiques qui limitent l’image de soi de nombreuses jeunes femmes

Comment traite-t-on le syndrome des ovaires polykystiques ?

L’approche médicale de l’ovaire polykystique est multidisciplinaire. De même, chaque femme recevra un traitement individualisé qui commencera par le degré d’affection de son altération hormonale. Pour ce faire, quelques étapes simples sont suivies :

  • Examen gynécologique avec échographie
  • Un test sanguin pour mesurer les concentrations d’androgènes, d’insuline et d’autres hormones. De cette façon, un diagnostic plus précis est établi pour chaque patient

 

Gynécologues, endocrinologues, nutritionnistes et psychologues

La femme atteinte de ce syndrome métabolique a sans doute besoin d’une approche multidisciplinaire où différents professionnels donnent un traitement approprié pour chaque domaine qui caractérise ce trouble.

En moyenne, l’approche thérapeutique intègre les stratégies suivantes.

  • Pharmacologique :
    • Contraceptifs pour réguler l’ovulation
    • Antiandrogènes pour traiter l’hirsutisme (cheveux, acné….)
    • Médicaments pour traiter l’insulinorésistance
  • Nutritionniste :
    • Afin d’améliorer l’alimentation en cas de prise de poids
    • Pour réguler l’hypertension et les problèmes liés à l’insuline
    • Pour réguler les hormones et les gonflements
  • Psychologique
    • L’aide psychologique est essentielle pour améliorer l’estime de soi, les problèmes d’anxiété, l’image corporelle, les altérations psychosexuelles possibles, ainsi que les problèmes psychologiques associés à l’infertilité dont souffrent de nombreuses femmes atteintes de ce syndrome

En conclusion, l’assistance multidisciplinaire est vitale dans ce type de maladie. Un diagnostic précoce aidera également toute femme atteinte de cette condition à jouir d’une meilleure qualité de vie. D’où l’importance de faire connaître et de normaliser ce type de maladie.

 

  • Meier, R. K. (2018, September 1). Polycystic Ovary Syndrome. Nursing Clinics of North America. W.B. Saunders. https://doi.org/10.1016/j.cnur.2018.04.008
  • Legro, RS (2003). Síndrome de ovario poliquístico. En El Ovario: Segunda Edición (pp. 489–512). Elsevier Inc. https://doi.org/10.1016/B978-012444562-8/50030-6